Test d'âge mental : comment le calculer ?

L'âge mental correspond à notre niveau de développement intellectuel. Il est mesuré grâce à des tests. Quelles sont ses limites et comment le mesurer ? L'éclairage de Nicolas Thierry, psychologue du développement.

Test d'âge mental : comment le calculer ?
© sinenkiy-123RF

Définition : c'est quoi l'âge mental ?

L'âge mental est une notion introduite par le psychologue français Alfred Binet. En 1905, il développe le premier test d'intelligence où est mise en avant la notion d'âge mental. "Il s'agit d'un concept qui reflète un seuil de performance moyen (obtenu par un individu) qui serait associé à un âge déterminé par le test. La difficulté éprouvée par la personne testée par ce type d'outils est graduelle" explique Nicolas Thierry avant d'ajouter "Par exemple si un enfant de 9 ans parvient à répondre correctement à une vingtaine de questions, son âge mental pourrait être équivalent à un enfant de 14 ans tandis que si ce même enfant réussit à répondre aux cinq premières questions des tests on obtient un âge mental de 7 ans". On parle plutôt du quotient intellectuel, une notion initialement développé en 1912 par le psychologue William Stern. 

Quels tests pour calculer son âge mental ? 

Il est évalué via quatre grands domaines distincts : les aptitudes en compréhension verbale, les facultés de mémorisation, les capacités de raisonnement et la vitesse de traitement. "Cela est mesuré à l'aide de tests psychométriques. Ce sont des outils considérés comme fiables, car ils ont été testés au préalable, et sont validés scientifiquement. Ce sont des tests standardisés. La passation sera la même pour tout le monde", explique le spécialiste. Actuellement, les échelles d'intelligence de Weschler sont les plus utilisées pour évaluer le quotient intellectuel d'un enfant, d'un adolescent ou d'un adulte.  

Cette donnée n'est pas figée : elle évolue tout au long de notre vie.

Âge mental bas : causes, que faire ?

Un quotient intellectuel faible pourrait s'expliquer en partie par des causes génétiques et aussi par le survenu handicap. "Les troubles DYS sont par exemple des pathologies qui ne permettent pas toujours à un individu d'exploiter pleinement son potentiel intellectuel. Un grave traumatisme crânien peut également avoir un impact très important sur les capacités cognitives d'une personne" décrit Nicolas Thierry. L'âge mental varie également en fonction des opportunités d'apprentissage d'une personne et de sa trajectoire de vie. "Un individu qui n'a pas eu l'occasion d'être scolarisé et qui a été très peu stimulé durant son enfance par son entourage aura plus de chance d'avoir un quotient intellectuel relativement faible", précise le psychologue. Il prévient néanmoins. Cette donnée n'est pas figée : elle évolue tout au long de notre vie. "Cela dépend de la personne et de son degré de déficience intellectuelle. Une personne atteinte par une déficience intellectuelle très importante aura toutefois peu de chances d'améliorer nettement ses capacités cognitives", complète le thérapeute. L'âge mental peut s'améliorer en fonction des opportunités d'apprentissage - telle que la reprise d'études longues - et professionnel  avec l'accès à un travail hautement qualifié. "Les personnes qui possèdent un âge mental relativement bas et qui rencontrent des difficultés dans leur vie quotidienne peuvent également effectuer de la remédiation cognitive auprès d'un neuropsychologue", conseille le psychologue. Cela peut contribuer, par exemple, à améliorer les capacités de mémorisation ce qui peut avoir un impact sur son quotient intellectuel. Il y a également la possibilité de prendre des cours particuliers afin d'améliorer ses capacités de compréhension verbale et /ou de raisonnement.

Âge mental élevé : causes, que faire ?

Un quotient intellectuel élevé pourrait aussi s'expliquer par des origines génétiques et biologiques. "Des études récentes en neuropsychologie ont démontré que les personnes ayant un haut potentiel intellectuel auraient des capacités pour traiter une densité d'information beaucoup plus importante" détaille Nicolas Thierry "Cette faculté s'expliquerait notamment par des zones du cerveau qui fonctionnerait plus efficacement". L'environnement aurait aussi une influence particulière comme l'explique le psychologue. "Un enfant qui a grandi dans un milieu favorable (accès à la culture, stimulation, intellectuelle, investissement des parents, environnement chaleureux) aura certainement plus de chance de posséder un quotient intellectuel important". Si beaucoup le vivent très bien et se servent de leur disposition intellectuelle pour faire face aux difficultés d'autres peuvent être confrontés à des problèmes dans leur vie courante : sensation d'être incompris et/ou en décalage, difficultés dans les relations sociales, instabilité professionnelle, difficultés psychiques. Il est possible d'y remédier en entreprenant un travail thérapeutique avec un psychologue spécialisé dans le domaine. "Parler de soi et de ses difficultés du quotidien peut engendrer une libération émotionnelle. De plus, la connaissance de soi et de son mode de fonctionnement atypique est une aide précieuse pour aborder certaines situations de la vie quotidienne différemment ou en étant plus serein", recommande le professionnel. Il est aussi possible de consulter des spécialistes de la médecine douce pour gérer des difficultés via la relaxation ou méditation, par exemple, et de se documenter avec des livres traitant de développement personnel.

Qui consulter pour faire un test d'âge mental ?

Il est possible de réaliser les tests en consultant un psychologue spécialisé dans le domaine cognitif ou un neuropsychologue. Nicolas Thierry explique le processus. "Un bilan cognitif s'effectue par étapes. Il y a en général un premier rendez-vous d'anamnèse qui permet de récolter toutes les informations nécessaires et où le professionnel mesure le bien-fondé de la demande, car il faut avoir un motif légitime pour passer un test de QI". "Le fait de vouloir connaître son quotient intellectuel pour le plaisir ne suffit pas d'ailleurs les personnes désirent faire un bilan, car elles rencontrent des difficultés dans leur vie quotidienne et /ou souhaitent obtenir des réponses ciblées comme par exemple savoir si c'est opportun que leur enfant saute une classe", souligne le psychologue. Le test peut durer entre 60 et 120 minutes. La restitution est faite oralement quelque semaine plus tard.

Quelles sont les limites d'un test d'âge mental ?

Nicolas Thierry prévient : "Le chiffre correspondant à l'âge mental ou quotient intellectuel doit toujours être interprété avec précaution et avec du recul". En effet, ce type de test ne reflète pas toujours avec exactitude les capacités intellectuelles d'une personne. De plus, il faut prendre en considération qu'il peut y avoir des biais lors de la passation pouvant affecter le résultat. "Ils sont adaptés pour une population particulière. Il ne serait donc probablement pas opportun de le faire passer à une personne d'une culture différente qui n'a jamais été confrontée à des questions à choix multiple ou à des formes géométriques" souligne le psychologue. Il se peut aussi que ce type d'outils ne soit pas forcément adapté à ceux qui n'ont pas été très à l'aise pendant leur scolarité. Sans compter que ces tests ne prennent pas en compte d'autres éléments tels que la sociabilité, la gestion émotionnelle, l'intuition, les qualités adaptation, les dons et les talents. Pour le psychologue "Les théories d'intelligence ont été élaborées certes par des scientifiques, mais elles font l'objet de controverse. La psychologie est avant tout une science humaine faite de tâtonnements et qui évolue sans cesse". C'est donc avant tout un outil d'aide à la décision qui bien souvent doit être associée à d'autres tests pour effectuer un diagnostic. "Il s'agit d'un outil perfectible et controversé qui évolue selon les avancées scientifiques", conclut le spécialiste. 

Merci à Nicolas Thierry, psychologue du développement spécialisé dans l'enfance et adolescence.