Comment arrêter de se poser des questions ?

Dois-je changer de travail ou de vie ? Devrais-je partir ou rester dans cette relation ? Est-ce que je l'aime toujours ?Que ce soit dans le travail ou en amour, il n'est pas rare de se poser des questions. Est-ce normal et quelles sont les conséquences si on s'en pose trop ? Aude Lechere, psychologue clinicienne, nous éclaire.

Comment arrêter de se poser des questions ?
© ximagination-123RF

Est-ce normal de se poser des questions ? 

Qui ne s'est jamais posé de questions ? Peu de personnes. Savoir quand, pourquoi, comment et où nous sert à chercher des réponses et à mieux comprendre ce qui nous entoure. Est-ce pour autant normal ? "Oui, il est normal de se poser des questions. Cela permet de changer sa trajectoire de vie, de modifier certains aspects de notre existence qui ne nous conviennent pas ou plus et d'aller vers ce qui nous correspond" explique Aude Lechere. "Se poser des questions, tenter d'y répondre et prendre une décision, tout en mettant en place une action - car la décision n'a de sens que si elle est suivie d'une action - permet d'enrichir sa vie.

Pourquoi certaines personnes se posent plus de questions que d'autres ? 

Nous fonctionnons tous différemment. Il est donc naturel que certaines personnes se posent plus de questions que d'autres. "L'histoire de la personne, sa sensibilité et son fonctionnement cognitif peuvent jouer un rôle" souligne la psychologue. En somme, une multitude de facteurs sont à l'origine de l'émergence de questions. "Il y a les éternels insatisfaits, les perfectionnistes, les personnes qui manquent de confiance en elles, les grands anxieux mais aussi les personnes très curieuses qui ont soif de connaissance et qui veulent comprendre en se posant des questions" explique la professionnelle. 

Quelles sont les conséquences quand on se pose trop de questions ? 

Si se poser des questions est "normal", s'en poser trop peut être problématique. "Si ces questions prennent la forme d'une rumination mentale, cela peut créer beaucoup de souffrance et avoir un impact négatif sur la santé mentale et physique de l'individu à long terme" explique Aude Lechere. Se poser trop de questions et avoir peur de passer à l'action peut aussi générer beaucoup d'angoisse. "On retrouve cette particularité chez l'obsessionnel, dont l'avancement et la mise en action peuvent être troublés par son besoin d'ordre, de perfectionnisme et de contrôle". 

"En région parisienne, environ 50% des couples se séparent et 35% des couples se résignent"

Comment arrêter de se poser des questions sur son couple ? 

"En région parisienne, environ 50% des couples se séparent et 35% des couples se résignent, c'est-à-dire qu'ils ne sont pas satisfaits de leur équilibre de couple, mais qu'ils ne se séparent pas. Seuls 15% des couples sont vraiment heureux" constate la spécialiste. Beaucoup de personnes en couple sont donc susceptibles de se poser des questions même si elles restent. Ce n'est pas problématique en soi car cela permet de changer une habitude déplaisante, de modifier un équilibre qui ne convient plus. "La vie est un rééquilibrage constant et ce rééquilibrage passe par une remise en question" estime la psychologue. Pour arrêter de se poser des questions sur son couple, plusieurs pistes sont à explorer. Lorsque la tension au sein du couple, les conflits, parfois la violence ont pris trop d'ampleur, il devient très compliqué voire impossible de communiquer à deux. Si l'on ressent de la souffrance et qu'on a l'impression d'être dans une impasse il est – par exemple - possible d'obtenir l'aide d'une tierce personne telle qu'un thérapeute de couple ou un ami. Car la communication et l'expression de ses émotions permettent souvent de trouver des réponses pour avancer et se libérer d'un mal-être. "La présence d'une tierce personne peut alors énormément favoriser la circulation de la pensée et des informations. Faire appel à un thérapeute de couple dans un lieu cadré, bienveillant et sécurisant permet généralement au couple de se sentir en confiance et d'oser parler" estime Aude Lechere.  

Comment arrêter de se poser des questions au travail ? 

Ne pas négliger l'aide extérieure

Comme pour les couples, se poser des questions au travail n'est pas problématique en soi. Cela peut même avoir un effet bénéfique car exprimer une souffrance, une injustice ou toute difficulté rencontrée favorise le dialogue. Il est ensuite possible de trouver une solution en équipe ou avec sa hiérarchie. "Comme le dit si bien un proverbe ''Africain'' "Une de nos armes les plus puissantes est le dialogue". Alors parlons, exprimons nos souffrances, nos doutes, nos questions, pour mieux y répondre" conseille la spécialiste. "Si malgré tout la souffrance persiste il existe des professionnels dont le rôle est d'aider chacun à trouver sa place dans une organisation tels que les psychologue du travail, les DRH, les délégués syndicaux et les coachs professionnels" préconise la psychologue. Ne pas négliger l'aide extérieure, lorsque les questions se font trop nombreuses et qu'elles sont sans réponses, est alors primordial.  

Merci à  Aude Lechere, psychologue clinicienne.

Travail sur soi et conseils psy pour le quotidien