Les (premiers) symptômes du cancer de la prostate

"Les (premiers) symptômes du cancer de la prostate"

Avec 50 000 nouveaux cas par an, le cancer de la prostate reste le plus fréquent chez l'homme. Douleur, fatigue... Quels symptômes au début ? Quand il y a des métastases ?

Avec 50 000 nouveaux cas par an et plus de 8 000 décès en France, ce qui représente environ 1 décès chaque heure, le cancer de la prostate reste le plus fréquent chez les hommes. Pour ne pas qu'il se propage et qu'il soit pris en charge tôt, il est important de s'informer, notamment sur le dépistage à partir de 50 ans, voire plus jeune en cas d'antécédents familiaux. Mais est-ce qu'il y a des signes annonciateurs d'un cancer de la prostate ? Des douleurs ? Une grosse fatigue ? Au début ? Quand il est agressif ? En cas de récidive ? Nous avons fait le point sur les signes qui peuvent alerter (ou pas) d'un cancer de la prostate, que ce soit au début de la maladie ou à un stade plus avancé, avec l'expertise du Dr Natacha Naoun, oncologue spécialisée en oncologie Génito-Urinaire à Gustave Roussy.

Quels sont les premiers signes évocateurs du cancer de la prostate ?

"La plupart du temps, le cancer de la prostate ne donne pas de symptômes, on dit qu'il est asymptomatique, répond d'emblée le Dr Natacha Naoun. Les symptômes qui peuvent conduire à l'identifier fortuitement, quand il y en a, peuvent être des signes urinaires avec des difficultés à uriner et/ou des saignements, et des signes digestifs comme l'arrière de la prostate est à proximité du rectum mais tout cela est rarissime quand le cancer est localisé. Généralement, l'homme le découvre à l'occasion d'un bilan pour troubles urinaires ou par le dosage du PSA (antigène spécifique de la prostate)"

Schéma du cancer de la prostate
Schéma d'un cancer de la prostate © blueringmedia - stock.adobe.com / Journal des Femmes

Le cancer de la prostate est-il responsable de troubles urinaires ?

La prostate est située en-dessous de la vessie d'où le fait qu'un problème à la prostate puisse se manifester par un dysfonctionnement urinaire (envie d'uriner fréquente, impression de ne pas réussir à vider sa vessie, difficulté à uriner…) mais ce n'est pas forcément le signe d'un cancer. "La prostate est une glande qui a tendance à dégénérer en hypertrophie avec l'âge, c'est un phénomène normal et progressif qui peut être accompagné d'une augmentation de son volume qu'on appelle "adénome" ou hypertrophie bénigne de la prostate, explique le Dr Naoun.

Adénome de la prostate ne veut pas dire cancer.

L'adénome, c'est ce qui donne le plus de symptômes dont des symptômes urinaires. L'adénome est bénin et non lié au cancer." En cas de troubles urinaires, il convient de consulter l'urologue ou le médecin traitant pour voir s'il y a un adénome. "A cette occasion, peut être retrouvé un cancer de la prostate via le dosage du PSA ou sur l'analyse de tissu lorsque l'adénome est retiré pour soulager les troubles urinaires (mais ce n'est pas systématique, adénome ne veut pas dire cancer, ndlr)" précise le Dr Naoun. 

Le cancer de la prostate peut-il donner des symptômes physiques ?

"La plupart du temps, aucun. La personne se sent bien" répond notre interlocutrice. Quand il y a des symptômes physiques "ils sont liés le plus souvent à l'adénome de la prostate qui peut conduire à la découverte d'un cancer mais ce n'est pas lui qui l'entraîne". Une maladie avancée peut donner des symptômes physiques "mais ils ne sont pas spécifiques au cancer de la prostate et peuvent se voir dans d'autres cancers". 

"La maladie avancée peut se manifester par des douleurs osseuses"

Quels sont les symptômes d'un cancer de la prostate avancé ?

Environ 10% des cancers de la prostate sont métastatiques d'emblée c'est-à-dire lors de leur découverte. Les personnes qui ont des formes localisées de cancer peuvent par ailleurs évoluer vers des formes métastatiques. "Le premier site des métastases du cancer de la prostate sont les os, la maladie avancée peut se manifester par des douleurs osseuses" explique l'oncologue. L'homme peut aussi présenter une altération de l'état général, de la fatigue, une perte de poids, d'appétit "mais ces signes de maladie métastatique ne sont pas spécifiques du cancer de la prostate. Il peut s'agir de métastases d'autres cancers puisque le cancer de la prostate survient à un âge où le risque de cancer est déjà plus important" poursuit-elle.

Le cancer de la prostate entraîne-t-il des douleurs ?

"Il n'y a pas de douleur spécifique au cancer de la prostate" répond le Dr Naoun. Si une douleur ne passe pas, consulter le médecin traitant pour en parler. Au stade avancé, il peut exister des douleurs, notamment osseuses comme l'os est le principal site de dissémination métastatique du cancer de prostate.

A quel âge survient le cancer de la prostate ?

"L'âge moyen de survenue du cancer de la prostate est autour de 68 ans, en tout cas au-delà de 65 ans. Il y a aussi des formes précoces chez les sujets d'origine africaine et afro-caribéenne, et quand il y a des antécédents de cancers de la prostate dans la famille surtout si les apparentés sont tombés malades jeunes" répond le Dr Naoun. 

Quand consulter son médecin ?

"Il ne faut pas se fier aux symptômes pour en parler au médecin mais anticiper" recommande le Dr Naoun. Il est ainsi conseillé à tous les hommes de discuter avec leur médecin traitant d'un éventuel dépistage du cancer de la prostate à 50 ans "voire plus tôt, vers 40-45 ans, selon leurs origines ethniques (africaines/afro-caribéennes) et les antécédents familiaux". Il est important d'informer le médecin, lors de cette consultation, de cas de cancer de la prostate, mais aussi du sein, de l'ovaire ou du pancréas dans la famille. "Dans le cadre de mutations qui peuvent être héréditaires, on peut retrouver des cas groupés dans la famille" précise notre interlocutrice. Il n'y a pas de dépistage organisé du cancer de la prostate (comme il existe pour le cancer du sein chez la femme, ndlr) car "on n'est pas certain que le diagnostic précoce soit pertinent. Il y a débat. Pour des sujets d'un certain âge chez qui ont fait un PSA, on risque de les sur-traiter et d'aggraver leur état de santé global pour un cancer qui ne les aurait probablement pas emporté donc le dépistage est fait au cas par cas" explique notre interlocutrice. En cas de doute, le médecin demandera un dosage du PSA.

Une élévation du taux de PSA n'est pas à 100% significatif d'un cancer de la prostate.

"Le PSA est l'antigène spécifique de la prostate, c'est un marqueur sanguin du cancer de la prostate mais son augmentation ne signifie pas à 100% des cas qu'il y a un cancer. Il peut aussi augmenter en cas de prostatite (inflammation ou infection de la prostate, ndlr), prévient l'oncologue. S'il est élevé sur un premier dosage, on va le recontrôler." D'autres examens pourront être réalisés selon les résultats : toucher rectal, IRM prostatique ou encore biopsies de la prostate.

Une femme peut-elle avoir des symptômes de cancer de la prostate ?

Non, une femme ne peut pas présenter de symptômes de cancer de la prostate puisqu'elle n'a pas de prostate. "La prostate est une glande qui existe uniquement chez l'homme et fait partie de l'appareil reproducteur masculin" rappelle le Dr Naoun. Il n'y a donc pas de cancer de la prostate chez la femme.

Merci au Dr Natacha Naoun, oncologue spécialisée en oncologie Génito-Urinaire à Gustave Roussy.

Autour du même sujet