Acalculie : définition, cause, test, que faire ?

Conséquence d'une lésion neurologique à cause d'un traumatisme crânien, d'une tumeur cérébrale ou encore d'un Accident vasculaire cérébral (AVC), l'acalculie désigne le trouble du calcul et du traitement des nombres. Il existe plusieurs formes d'acalculie. Éclairage avec Charlotte Fernandez, orthophoniste.

Acalculie : définition, cause, test, que faire ?
© stylephotographs

Définition : c'est quoi une acalculie ? 

L'acalculie, ou plus récemment appelée trouble acquis de la cognition mathématique, désigne la difficulté à traiter les nombres, à calculer et à résoudre des problèmes. L'acalculie peut toucher un ou plusieurs niveaux de traitement selon la sévérité de l'atteinte. Elle peut être primaire ou secondaire à un autre trouble des fonctions cognitives telles que la mémoire, la concentration, les fonctions visuospatiales, les fonctions de contrôle cognitif…

Quelles sont les causes d'une acalculie ? 

L'acalculie survient principalement chez l'adulte près une légion neurologique. "On a toujours avancé qu'une acalculie nécessitait une lésion des deux hémisphères du cerveau mais on revient là-dessus", explique Charlotte Fernandez, orthophoniste. Cette lésion peut être causée de façon : 

  • Traumatique : un accident de voiture, une chute, une bagarre ; 
  • Vasculaire : un AVC à cause du déficit d'apport de sang dans le cerveau ; 
  • Tumorale : une tumeur cérébrale ;

ou plus rarement : 

  • Inflammatoire : la sclérose en plaques ;
  • Infectieuse : une méningite herpétique ;
  • Métabolique : une maladie auto-immune. 

C'est quoi une acalculie primaire ? 

L'acalculie primaire décrit une atteinte assez "pure" après la lésion neurologique. Elle se manifeste par des symptômes bien spécifiques au calcul et au traitement des nombres sans autres troubles expliquant ces difficultés. Sur le plan du traitement des nombres, l'atteinte pourra concerner les aspects linguistiques : le codage d'une quantité en chiffres arabes (ex : 4-5) ou en mots (" quatre – cinq "), les transcodages (lecture et dictée de nombres), la connaissance des tables de multiplication, par exemple. Mais aussi les capacités de calcul simple et/ou complexe. Enfin la capacité à résoudre des problèmes en termes de raisonnement logique. Dans la littérature, c'est le modèle du triple code de Stanislas Dehaene qui fait référence : il avance que le trouble de la cognition mathématique repose sur 3 codes. Le code analogique qui comprend la représentation des quantités, le code oral qui comprend les "étiquettes" mots des nombres ("quatre") et le code arabe qui comprend les "étiquettes" chiffres ("4"). L'altération de l'un de ces codes ou des liens les unissant peut aboutir à une acalculie.

C'est quoi une acalculie secondaire ? 

L'acalculie secondaire, en revanche, serait conséquente à d'autres troubles cognitifs. On peut ainsi avoir des troubles du langage parlé qui viennent se répercuter sur le traitement des nombres. On peut aussi présenter des troubles du langage écrit et ne plus pouvoir traiter les nombres à l'écrit. On peut avoir une altération des concepts ne permettant plus de manipuler les quantités. Un trouble attentionnel, et/ou mnésique aurait ainsi des conséquences évidentes sur le calcul mental et le raisonnement complexe. Un trouble visuo-spatial ne permettrait pas de traiter les notions géométriques ou de poser des opérations. Un trouble du contrôle (fonctions exécutives) aurait des conséquences sur la gestion des informations numériques par exemple.

C'est quoi une acalculie spatiale ? 

"L'acalculie peut être associée à un trouble visuo-spatial qui occasionne de nombreuses conséquences quand on doit gérer l'espace." Ce n'est donc pas gênant pour le calcul mental, en revanche, cela peut être difficile d'organiser les nombres dans l'espace, poser une opération écrite, ou comprendre leur position les uns par rapport aux autres, c'est-à-dire savoir que 4 vient avant 5 sur une ligne représentée mentalement. Cependant l'acalculie spatiale n'est pas la forme la plus fréquente, surtout chez l'adulte. 

Quelle différence avec une dyscalculie ? 

L'acalculie se distingue de la dyscalculie car la première est un trouble acquis alors que la seconde est un trouble neurodéveloppemental. Lorsqu'un événement survient plus ou moins soudainement (tumeur cérébrale, traumatisme crânien, AVC…), une partie (ou la totalité) des connaissances déjà acquises (selon l'âge et la scolarisation de l'individu) est altérée en particulier pour accéder à ces connaissances. Dans le cas des maladies dégénératives c'est plus une dégradation progressive des connaissances qui a lieu. La dyscalculie, actuellement nommée trouble du développement de la cognition mathématique survient donc chez l'enfant en développement et signe des difficultés de développement de cette fonction spécifiquement. Ainsi on peut rencontrer des enfants avec une bonne réussite scolaire mais présentant un trouble du développement du calcul et du traitement des nombres. Chez l'enfant on retrouve la notion de trouble secondaire dans le cas de TDAH (trouble de l'attention avec hyperactivité), de trouble du langage oral et/ou écrit, de trouble visuo spatial, etc…

Quels sont les tests pour diagnostiquer une acalculie ? 

Lors d'un AVC ou d'un traumatisme crânien, l'évaluation du langage reste actuellement plus fréquente et il n'existe que peu de tests adaptés à l'évaluation spécifique de la cognition mathématique. Cependant, il existe un test appelé Batterie d'Évaluation du Nombre au Quotidien (BENQ), créé en 2007 par Breille et Giard, ayant pour but de prendre en considération l'utilisation des nombres dans le quotidien des patients. Celui-ci s'organise autour de 8 épreuves avec notamment la lecture de l'heure, l'estimation de prix d'articles courants, la recherche et la lecture de données chiffrées, la transcription de chèques, la manipulation de la monnaie. Il existe également une Évaluation Clinique des Aptitudes Numériques (ECAN), élaborée en 2011, et qui comporte également une mesure du temps de réponse du patient à chaque épreuve. L'ECAN est composée de 36 épreuves analytiques portant sur 4 domaines : la connaissance des nombres avec des épreuves de comptages (6 épreuves, 12 sous-épreuves), les transcodages (8 épreuves), le calcul (7 épreuves, 13 sous-épreuves) et la connaissance usuelle (3 épreuves). "Pour procéder à un test, un avis et une prescription médicale sont nécessaires car les orthophonistes sont des auxiliaires médicaux dont les soins sont, à ce titre, remboursés par la sécurité sociale.  Les tests sont issus de la recherche et étalonnés statistiquement sur des centaines de personnes afin de comparer le patient à une norme", explique l'orthophoniste. 

Pour procéder à un test, un avis et une prescription médicale sont nécessaires

Comment soigner une acalculie ?

A partir des résultats du test, "on analyse le profil du patient en déterminant ses capacités altérées et celles préservées afin d'établir avec lui une rééducation adéquate. "Le but premier de toute rééducation est de solliciter la plasticité cérébrale" de nouvelles connexions neuronales. "Comme il s'agit d'un trouble acquis, l'orthophoniste aide le patient à accéder à nouveau à ses connaissances. " Parfois on cherche aussi à compenser le trouble sans pour autant récupérer la fonction telle qu'elle était avant l'événement. Enfin parfois on cherche avec le patient à adapter son environnement à ses troubles afin de limiter le handicap généré", précise Charlotte Fernandez. "On adapte la rééducation au quotidien du patient. On ne rééduquera pas la même chose chez un comptable ou chez une personne qui ne se sert pas des maths tous les jours." Une évaluation de l'efficacité du traitement est effectuée pour ajuster les soins et rester au plus près des besoins du patient. 

Merci à Charlotte Fernandez, orthophoniste au sein du service neurochirurgie du CHU de Nice. 

Source : Mémoire publié : "Validation d'un test écologique de calcul (B.E.N.Q.) auprès de patients adultes cérébrolésés"  

Dysfonctions cérébrales : langage, mémoire, mouvement