Signe de Babinski : définition, cause, que faire s'il est positif ?

Le signe de Babinski est un réflexe cutané plantaire. Que traduit-il ? Que faire s'il est positif ? Réponses avec le docteur Antoine Moulonguet, neurologue.

Signe de Babinski : définition, cause, que faire s'il est positif ?
© Viacheslav Iakobchuk - 123RF

Définition : qu'est-ce que le signe ou le réflexe de Babinski ?

Le signe de Babinski (ou réflexe cutané plantaire) est utilisé pour détecter une éventuelle lésion du système nerveux central. Il consiste à stimuler la plante du pied à l'aide d'un objet tel qu'une pointe de stylo en allant du talon vers les orteils. Si le patient ne présente aucune lésion neurologique, la réaction réflexe sera un fléchissement des orteils, le pouce se dirigeant vers la plante du pied et la voûte plantaire se creusant (signe de Babinski négatif). Si le signe de Babinski est positif, le patient peut soit tendre les orteils soit, plus classiquement, étendre lentement (de façon dite majestueuse) le gros orteil.

Interprétation du signe de Babinski

Le signe de Babinski signe une lésion du système nerveux central : moelle ou encéphale. "Historiquement, il permettait de différencier les paraplégies hystériques des paraplégies dues à une maladie neurologique. Il s'intègre dans le cadre d'un syndrome dit pyramidal, dû à la lésion du faisceau pyramidal partant de l'encéphale et descendant dans la moelle épinière pour commander la motricité ", explique le Dr Antoine Moulonguet.

Unilatéral ou bilatéral ?

"Dans les maladies de la moelle épinière, il peut être uni ou plus souvent bilatéral. Après un AVC qui touche les voies pyramidales commandant la motricité, le signe de Babinski est contro-latéral à l'AVC. Un accident à droite donne un signe de Babinski à gauche", continue-t-il.

Quelles sont les causes d'un signe de Babinski positif ?

"Les causes du signe de Babinski sont extrêmement nombreuses, en fait elles recoupent toutes les lésions du système nerveux central (moelle épinière ou cerveau) lorsque la voie pyramidale est touchée, par exemple par une tumeur ou une lésion d'origine vasculaire ", note le neurologue. Le signe se retrouve également dans les maladies dégénératives type maladie de Parkinson ou Alzheimer. Dans la sclérose en plaques, affection qui peut toucher à la fois la moelle et la substance blanche encéphalique, le signe est fréquemment retrouvé. 

Que faire s'il est positif ?

Les examens complémentaires à visée diagnostique devant la découverte d'un signe de Babinski commencent par la réalisation d'une I.R.M. médullaire et /ou cérébrale.

Merci au Dr Antoine Moulonguet, neurologue, auteur sous le nom d'Antoine Senanque de "Guérir quand c'est impossible" aux éditions Marabout.

Neurologie