Polyglobulie (primitive, secondaire) : symptômes, causes et traitement

La polyglobulie est une anomalie de la production des globules rouges. Le sang s'épaissit, ce qui entraîne de nombreux symptômes pouvant aller jusqu'à la thrombose. Explications avec le Dr. Philippe Goëb, médecin généraliste.

Polyglobulie (primitive, secondaire) : symptômes, causes et traitement
© 123RF

Définition : qu'est-ce que la polyglobulie ?

La polyglobulie est une augmentation anormale du volume total pris par les globules rouges du sang.

Polyglobulie primitive ou maladie de Vaquez

La polyglobulie primitive est due à un fonctionnement exacerbé de la moelle osseuse, qui produit les globules rouges. "Ce dysfonctionnement est causé généralement par une maladie de la moelle osseuse, comme la maladie de Vaquez. Celle-ci se caractérise par la présence d'une protéine qui entraine une prolifération incontrôlée des cellules pourvoyeuses de globules rouges", explique le Dr. Philippe Goëb, médecin généraliste.

Polyglobulie secondaire

La polyglobulie secondaire est liée à l'augmentation du taux sanguin d'hormones stimulant la production des globules rouges, en particulier l'EPO. Elle est souvent causée par une bronchite chronique avec BPCO, un emphysème, une tumeur rénale, des cancers…

Symptômes d'une polyglobulie

La polyglobulie est responsable d'une augmentation de la viscosité du sang conférant plus de risques de faire des phénomènes de thromboses. "Parmi les autres signes, on note des maux de tête, une hypertension artérielle et des acouphènes, des vertiges, des sensations de percevoir des sifflements ou des bourdonnements dans les oreilles", indique le Dr. Goëb. Elle peut aussi provoquer des thromboses.

Causes

Ces dernières peuvent survenir à la suite d'une baisse d'oxygène dans le sang, fréquentes en haute altitude où l'oxygène de l'air se raréfie, mais aussi en cas de problèmes respiratoires divers ou dans certaines tumeurs ou maladies de l'hémoglobine.

Il existe un risque que cette maladie évolue vers une leucémie.

Bilan de la polyglobulie et diagnostic

La polyglobulie est évoquée devant :

  • Une augmentation du taux d'hémoglobine > 170 g/l chez l'homme et > 160 g/l chez la femme
  • Une augmentation du taux d'hématocrite > à 50% pour l'homme et >  à 45% pour la femme

"La polyglobulie n'est affirmée que par l'objectivation de l'augmentation du volume globulaire total mesuré par la dilution des hématies autologues marquées au 51Cr :> 36 ml/kg chez l'homme, et >  à 32 ml/Kg chez la femme", précise le Dr. Goeb. D'autres examens peuvent être demandés pour objectiver une polyglobulie primitive (Vaquez par exemple) ou secondaire telle que bronchite chronique avec BPCO, emphysème, tumeur rénale, cancer du foie, de l'ovaire, sténose d'une artère rénale, etc…

Polyglobulie vraie ou fausse

Parfois, une simple augmentation du taux de l'hémoglobine est possible, sans que cela soit pour autant une polyglobulie : le tabagisme, l'obésité, l'hypertension, l'alcoolisme, un stress excessif… peuvent entrainer n'augmentation de ce taux. On parle alors de fausse polyglobulie. "Dans ce cas, le nombre des globules rouges est augmenté tandis que l'hématocrite et le taux d'hémoglobine ne bougent pas. La définition de la polyglobulie impose légitimement une augmentation de l'hématocrite", remarque notre expert.

Traitement

Il consiste à traiter la cause du dysfonctionnement : problèmes respiratoires, tumeurs…. 

Espérance de vie

Le pronostic est bon, supérieur à 15 ans. Mais il existe un risque que cette maladie évolue vers une leucémie.
Merci au Dr. Philippe Goëb, médecin généraliste.

Maladies du sang