Muscle antagoniste : définition, schéma, exemples

Un antagoniste se dit de toute substance, organe ou phénomène dont l'action est opposée à toute autre substance, organe ou phénomène. Biceps, triceps... Quelle signification quand on parle d'un muscle antagoniste en opposition à un muscle agoniste ? Explications.

Muscle antagoniste : définition, schéma, exemples
© vladimirfloyd - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'un muscle antagoniste ?

Un antagoniste se dit de toute substance, organe ou phénomène dont l'action est opposée à toute autre substance, organe ou phénomène. Concernant les muscles, le mouvement généré par un muscle antagoniste s'oppose au mouvement du muscle agoniste. Lors d'un mouvement, l'agoniste est le muscle principal sollicité pour son exécution ; l'antagoniste est au repos pendant que l'agoniste travaille. De plus, le muscle antagoniste est étiré quand le muscle agoniste est contracté et inversement. 

Exemples de muscle antagoniste

Le muscle antagoniste est le muscle qui ne produit pas le mouvement considéré. Par exemple, si on fait une flexion du coude, le muscle qui fléchit est le biceps, c'est le muscle agoniste. Le muscle antagoniste est le muscle opposé à la flexion qui permet l'extension c'est-à-dire le triceps.

Mouvements Agonistes Antagonistes
Flexion du coude Biceps brachial Triceps brachial
Extension du coude Triceps brachial Biceps brachial
Flexion du genou Ischio-jambiers, mollets Quadriceps
Extension du genou Quadriceps Ischio-jambiers, mollets

Schéma

Triceps et Biceps - Muscles agonistes et antagonistes
Triceps et Biceps - Muscles agonistes et antagonistes © Sante-medecine.net

Système musculaire