Cannabis thérapeutique : bientôt disponible sur ordonnance ?

L'Agence du médicament vient de confirmer l'intérêt thérapeutique du cannabis dans le traitement de certaines pathologies et voudrait mettre en place une expérimentation. Actuellement illégal, pourrait-on bientôt imaginer sa mise à disposition à des fins médicales en France ?

Cannabis thérapeutique : bientôt disponible sur ordonnance ?
© Janifest - 123RF

[Mis à jour le 3/01/19] Depuis le 10 septembre 2018, un Comité Scientifique Spécialisé Temporaire (CSST), mis en place par l'Agence nationale de la santé et du médicament (ANSM), s'est réuni à trois reprises afin d'évaluer "la pertinence et la faisabilité de la mise à disposition du cannabis thérapeutique en France". Après de longs débats, leurs premières conclusions ont été publiées le jeudi 13 décembre 2018. Verdict : selon ces experts, le cannabis thérapeutique aurait un intérêt dans le traitement de certaines pathologies et de certains symptômes de maladies. Après analyse et selon un communiqué du 27 décembre 2018, l'ANSM trouve également pertinent d'autoriser le cannabis dans certains situations thérapeutiques. Toutefois, "l'accès à l'usage du cannabis à visée thérapeutique devrait faire l'objet dans un premier temps d'une expérimentation [...] avec un ciblage des situations thérapeutiques étudiées et un encadrement des conditions de prescription et de délivrance", précise-t-elle.

En effet, l'usage de cette substance à visée thérapeutique semblerait pertinent seulement pour les patients se trouvant dans certaines situations cliniques et en cas de soulagement insuffisant ou d'une mauvaise tolérance des thérapeutiques, médicamenteuses ou non, accessibles (et notamment des spécialités à base de cannabis ou de cannabinoïdes disponibles). En somme, le cannabis thérapeutique pourrait être envisagé à des fins médicales, en complément ou en substitution d'un traitement inadapté. On rappelle qu'actuellement, l'usage du cannabis reste illégal en France, qu'il soit à visée médicale ou "récréative". Suisse, Canada, Allemagne, Pays-Bas, Norvège... Au total, une trentaine de pays autorisent pourtant le cannabis thérapeutique. 

Cannabis thérapeutique : dans quelles situations ? Le Comité d'experts a retenu plusieurs situations pour lesquelles le cannabis aurait un intérêt thérapeutique :

  • pour des patients souffrant de douleurs réfractaires aux thérapies, médicamenteuses ou non, accessibles sur le marché ;
  • dans certaines formes d'épilepsie sévères et pharmacorésistantes ;
  • dans le cadre des soins de support en oncologie (spécialité médicale qui s'intéresse aux tumeurs cancéreuses) ;
  • dans les situations palliatives ;
  • dans la spasticité douloureuse (raideurs et contractions musculaires) de la sclérose en plaques

Ces situations concerneraient entre 300 000 et un million de personnes en France, selon les chiffres des associations de patients. L'usage de cette plante à visée thérapeutique nécessitera un avis médical et une ordonnance. Par ailleurs, le Comité devra tenir compte de la voie d'administration du cannabis (vapotage, infusions, suppositoires, comprimés, mélangée à des aliments...) et rappelle que la plante est plus toxique lorsqu'elle fumée.  

Un usage encadré. La consommation de cannabis à visée thérapeutique devra ainsi être limitée à certaines situations et très encadrée, pour que cette proposition soit mise en oeuvre par la loi. Pour cela, un registre national pourrait être mis en place pour "assurer une évaluation de son bénéfice/risque, ainsi qu'une évaluation des effets indésirables par les réseaux de pharmacovigilance et d'addictovigilance", espèrent les treize membres du Comité Scientifique. Mais quel médecin pourra prescrire du cannabis thérapeutique ? Seront-ils tous autorisés à le faire ? Les patients seront-ils remboursés par l'Assurance Maladie ? Jusqu'en quelle quantité pourront-ils en bénéficier ? Plusieurs questions restent en suspens et devront être clairement précisées dans les six prochains mois par les experts de ce comité. La prochaine réunion du CSST aura lieu le 30 janvier 2019 à l'ANSM et sera suivie de quatre autres concertations. Avant le lancement de l'expérimentation proposée par l'ANSM, un avis définitif devra être donné avant l'été sur les modalités de prise en charge médicale des patients (définition du type de prescripteurs, du circuit de distribution et de délivrance, des modalités d'administration et des formes pharmaceutiques, des dosages et concentrations en principe actif dispensés) et les modalités de suivi des patients qui pourraient bénéficier du cannabis à visée thérapeutique.

Lire aussi :