Coqueluche en France : avez-vous fait votre dernier vaccin ?

Pour être vraiment protégé contre la coqueluche, il faut avoir fait ses rappels.

Coqueluche en France : avez-vous fait votre dernier vaccin ?
© meeboonstudio - stock.adobe.com

Maladie bactérienne plutôt discrète ces dernières années, la coqueluche connaît une recrudescence en France en 2024. Après une première alerte de Santé publique France au mois d'avril, les données de la Direction Générale de la Santé de juin confirment la résurgence de la maladie sur le territoire. Le nombre d'hospitalisations pour coqueluche après passage aux urgences a été multiplié par 7 entre mi-mars et début juin. Cette forte augmentation du nombre de cas est également observée au niveau européen avec plus de 32 000 cas rien qu'au premier trimestre 2024 (contre 25 000 pour tout 2023). Dans ce contexte et en prévision des grands rassemblements prévus cet été notamment pendant les Jeux Olympiques, il est plus que nécessaire d'être à jour dans ses vaccinations. 

Un rattrapage possible jusqu'à 40 ans 

La coqueluche est une infection bactérienne qui se manifeste par des quintes de toux fréquentes et prolongées. Elle est très contagieuse. Bien plus que la varicelle et autant que la rougeole. Elle se transmet par voie aérienne, en particulier par les gouttelettes de salive émises lors de la toux, principalement au sein d'une famille ou d'une collectivité. En plus des mesures de prévention (port du masque, lavage des mains...), la meilleure protection reste la vaccination :

► Elle est obligatoire chez tous les nourrissons, nés à partir du 1er janvier 2018, à partir de 2 mois. C'est la gravité potentielle de la coqueluche chez le nourrisson qui justifie de commencer les vaccinations dès cet âge. 

► Elle est recommandée pour les mères pendant la grossesse et à chaque grossesse de préférence entre la 20ème et la  36èmesemaine après les dernières règles. Le médecin doit vérifier le statut vaccinal de la mère et envisager un rappel s'il le faut à chaque grossesse, quelque soit l'âge de la mère

► Elle doit être envisagée pour les personnes non vaccinées au cours des dix dernières années, et en particulier pour :

  • les membres de l'entourage familial (frères et sœurs, conjoint, grands-parents, baby-sitters…) d'une femme enceinte, si celle-ci ne s'est pas faite vacciner pendant la grossesse ou si elle s'est faite vacciner moins d'un mois avant l'accouchement ;
  • la mère venant d'accoucher si elle n'a pas été vaccinée pendant la grossesse, même si elle allaite son enfant.

Les schémas vaccinaux sont les suivants :

>> Pour les nourrissons et les enfants jusqu'à 13 ans : primovaccination obligatoire à l'âge de 2 mois, 4 mois et premier rappel à 11 mois (3 doses). Ce schéma ne doit pas être différé. Rappels suivants à 6 ans et entre 11 et 13 ans.

>> Pour les adultes : 

  • Rappel à 25 ans : 1 dose de vaccin combiné contenant le vaccin contre la coqueluche (sauf en cas de vaccination contre la coqueluche qui date de moins de 5 ans). Si ce rappel n'a pas été effectué à 25 ans, il peut être fait n'importe quand entre 26 et 40 ans.
  • À l'âge de 45 et 65 ans en contexte professionnel uniquement : personnels soignants, dans les EHPAD, les maternités, les services de néonatalogie et de pédiatrie, les personnels de la petite enfance dont les assistantes maternelles et les personnes effectuant régulièrement du baby-sitting, les étudiants des filières médicales et paramédicales.
  • Rappels éventuels dans le cadre de la stratégie du cocooning, à faire au cas par cas.

Pour savoir si vous êtes à jour, il suffit de regarder dans le carnet de santé (papier ou électronique). Normalement, tous les vaccins y figurent. En cas de doute, consultez un médecin, infirmier, sage-femme ou pharmacien qui pourra vérifier. Le vaccin contre la coqueluche est combiné avec celui contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (tétravalent), les méningites Hib (pentavalent) et l'hépatite B (hexavalent). Il peut être prescrit et administré par un médecin, une sage femme ou un pharmacien ou un infirmier pour les personnes de plus de 11 ans. Il est pris en charge à 65% par l'Assurance maladie, le montant restant est généralement remboursé par les mutuelles. Il est vendu sous les noms : Tetravac-acellulaire®, Infanrix Tetra®, Repevax®, Boostrixtetra®, Infanrix Quinta®, Pentavac®, Hexyon®, Infanrix Hexa®, Vaxelis®.