Les contraceptions les plus utilisées en France sont...

La pilule a de moins en moins la côte auprès des Françaises alors que le recours au stérilet au cuivre ne cesse de s'accroître selon une étude de l'ANSM. Qu'en est-il des patchs ? Implants contraceptifs ? Palmarès des contraceptions privilégiées en France.

Les contraceptions les plus utilisées en France sont...
© Krakenimages.com - stock.adobe.com

Les Françaises utilisent de moins en moins les contraceptions hormonales combinées (pilule, anneaux, patch), qui présentent plus de risque d'effet indésirable pour la santé, montre une étude de l'Agence nationale du médicament (ANSM) réalisée en collaboration avec le GIS EPI-Phare, actualisée le 26 septembre 2022. Par exemple, l'utilisation des pilules oestroprogestatives - liées à un sur-risque de thrombose veineuse - est en baisse de 36% depuis 10 ans. En revanche, les contraceptions hormonaleS contenant un progestatif seul (pilule) ou les stérilets au cuivre sont de plus en plus plébiscités. 

Quelles sont les pilules les plus utilisées en France ?

Même s'il s'agit de la méthode contraceptive la plus utilisée en France (32% des femmes de 15-49 ans en 2018 en France), le recours à la contraception orale (pilule) connaît une baisse de 15% depuis 10 ans.

► Le recours aux pilules combinées œstroprogestatives est en baisse de -36 %. Ces pilules, qui entraînent un sur-risque de thrombose veineuse (phlébite, embolie pulmonaire), ne représentent plus qu'environ 10% du total des ventes actuelles de cette catégorie, contre 46 % en 2011.

► Les ventes de pilules à base de progestatifs seuls ont été multipliées par deux entre 2011 et 2021. Ces pilules contiennent uniquement un progestatif (lévonorgestrel, désogestrel ou drospirenone) et ont donc un profil de tolérance différent d'une pilule combinée. 

► En 2021, un peu plus de 50 millions de plaquettes de pilules (tous types confondus) ont été vendus en France (contre 60 millions en 2011). Les pilules les plus vendues sont celles de 1ère ou 2eme génération contenant du lévonorgestrel associés à un dosage faible en estrogènes (20 μg) : Adépal®, Daily Gé®, Ludéal Gé®, Minidril®, Leeloo®...

ventes annuelles de contraceptifs oraux en France (source Openhealth)
ventes annuelles de contraceptifs oraux en France (source Openhealth) © ANSM

Quelles sont les stérilets les plus utilisés en France ?

► Les ventes de dispositifs intra-utérins (DIU ou stérilets) au lévonorgestrel (Mirena®, Jaydess® et Kyleena®) sont stables. Les porteuses de DIU au lévonorgestrel sont plus souvent âgées de plus de 35 ans et avec plus d'antécédents gynécologiques que les utilisatrices de DIU au cuivre.

L'utilisation des DIU au cuivre est en augmentation constante ces 10 dernières années, avec une augmentation de l'ordre de 80 %.

► Les ventes de DIU au cuivre sont stables depuis ces 3 dernières années (hors 2020) et représentent plus de la moitié des ventes de DIU en France comme : Gynelle®, Mona Lisa®...

Quid des autres contraceptions ?

► Le recours à l'implant contraceptif Nexplanon® (méthode à base de progestatif seul (etonogestrel)) est stable depuis 10 ans (sauf sur toute la période de l'épidémie de Covid (mars 2020 à avril 2021) où il a diminué de 16%). En 2021, environ 225 000 implants Nexplanon® ont été vendus en France.

► Le recours au patch contraceptif (Evra®, le seul patch commercialisé en France) est en baisse depuis 10 ans, avec une diminution des ventes d'environ 50 %. En 2021, un peu plus de 600 000 patchs ont été vendus en France (contre 1 300 000 en 2010). 

► Le recours aux anneaux vaginaux (Etoring, Nuvaring) a baissé de 50% en 10 ans. En 2021, un peu plus de 400 000 anneaux vaginaux ont été vendus en France (contre 1 000 000 en 2010). 

Avant la prescription des contraceptifs oraux combinés, il est indispensable de rechercher des facteurs de risque thromboembolique personnels ou familiaux. Chez les femmes ayant des facteurs de risque constituant une contre-indication, un autre mode de contraception devra être proposé.

Sources : Contraception féminine : les méthodes avec le moins de risques d'effets indésirables toujours plus choisies, ANSM, 26 septembre 2022 / Contraceptifs oraux estroprogestatifs : préférez les "pilules" de 1re ou 2e génération, Haute Autorité de Santé. 

Pilules contraceptives