Thérapie familiale : pourquoi, déroulé, combien de temps ?

Les conflits familiaux sont source de tension et lorsqu'ils surviennent, il est préconisé de débuter une thérapie familiale. Cette approche thérapeutique est organisée en présence des membres de la famille. Comment se déroule-t-elle ? Combien de temps y consacrer ? Explications de Marion Sbinne, thérapeute familiale

Thérapie familiale : pourquoi, déroulé, combien de temps ?
© lacheev

Définition : c'est quoi une thérapie familiale ? 

En famille ou dans le couple, les conflits peuvent parfois gangréner les relations et nécessitent une prise en charge thérapeutique telle que la thérapie familiale. Cette approche cherche à traiter les conflits familiaux et considère que les troubles psychologiques et comportementaux d'une personne (anorexie, schizophrénie…) peuvent avoir pour origine un dysfonctionnement au sein de la famille. "Elle permet d'aller identifier, puis explorer les éléments passés et présents, qui font obstacle dans notre évolution, afin de les dépasser pour aller de l'avant", décrit Marion Sbinne. La spécialiste précise. "J'interviens dans le champ de la thérapie systémique, qui est l'étude des systèmes humains. En thérapie familiale systémique, nous travaillons donc autour des liens, de ce qu'ils ont engendré ou engendrent comme bonnes ou moins bonnes choses". Pour elle, la thérapie familiale ou de couple est avant tout un "cadeau que l'on se fait à soi, à son couple, à sa famille, afin de vivre mieux ensemble et de ne pas remettre tous les conflits et traumatismes vécus dans le sac à dos de la génération suivante". 

Indications : pourquoi faire une thérapie familiale ? 

Le changement fait partie de la vie. Cette dernière est notamment marquée par passages liés à son évolution (naissance, adolescence, départ d'un enfant…) et à des évènements plus soudain (décès, divorce, violences intrafamiliales, maladie…) susceptibles d'engendrer des moments de crise dans le couple et la famille. "Les humains ont de belles ressources personnelles qui leur permettent, dans la plupart des cas, de surmonter le changement, qu'il soit anticipé ou non" explique la thérapeute avant de poursuivre "Pourtant, parfois, la bonne volonté, le désir d'aller bien, ne suffit plus, et ce moment de crise, nécessaire pour réajuster les choses (par exemple l'adaptation de la famille au départ d'un enfant), perdure, et les membres de la famille ou du couple s'enlisent dans un mal-être ou des conflits récurrents. C'est à ce moment-là que l'aide d'un tiers semble nécessaire".

Attention, lorsqu'il y a des violences, il n'est pas question de faire une thérapie

Dans ce contexte, le thérapeute ne détient pas forcément la solution. Néanmoins, en tant que tiers, à travers son questionnement et les outils qu'il propose, il aide la famille à échanger différemment et à trouver en elle des ressources qu'elle ne soupçonnait pas. "Il semble nécessaire d'entamer une thérapie familiale lorsque l'on ne réussit plus à trouver de solutions pour dépasser une période de changement, lorsqu'il y a des difficultés relationnelles, des conflits récurrents (on ne se parle plus, la violence verbale, voire physique, devient un mode de communication) lorsqu'un enfant présente des difficultés de comportement et que l'on ne sait plus trop quoi faire ou lorsqu'on rencontre des conflits dans une famille dite ''recomposée'' " détaille Marion Sbinne. Elle met cependant en garde. "Lorsqu'il y a des violences conjugales dans un couple, ou des violences à l'égard de mineurs, c'est-à-dire lorsque l'un des membres du couple ou de la famille est dans une position de domination sur l'autre ou les autres, dans le cas de violences psychologiques (manipulation, humiliation…), il n'est pas question de faire une thérapie familiale ou de couple", souligne la spécialiste.

Comment se déroule une séance de thérapie familiale ? 

Aucune séance ne se ressemble comme l'explique Marion Sbinne. "Chaque thérapie est une co-construction. Si la thérapeute amène des outils de compréhension de la situation, la famille, le couple, amène son savoir sur sa relation qui lui est propre. C'est son histoire qui fait qu'elle en est là aujourd'hui. Et surtout, même si en entamant une thérapie, les membres, ont oublié qu'ils en avaient, chacun amène ses ressources personnelles et celles qui appartiennent à la famille". Le plus souvent, la première séance est dédiée aux présentations, de chacun et leur pourquoi afin que tous aient un espace et un temps de parole. "Durant ces moments qui sont un peu hors du temps, chacun s'aperçoit que l'autre, enfant, conjoint, a quelque chose à leur apprendre sur leur ressenti" poursuit la spécialiste. Les séances durent 1h30 avec l'utilisation d'outils facilitateurs de parole pour comprendre la dynamique familiale et la problématique. "J'interviens la plupart du temps sous forme d'hypothèses que je transmets à la famille", explique Marion Sbinne. À partir de la troisième séance, la thérapeute utilise le génogramme qui retrace sous forme de schéma, l'arbre généalogique relationnel de la famille. "Après l'exploration, il s'agit de passer à l'action, au " Comment " avec des exercices à faire chez soi, entre les séances, pour déconditionner les croyances et les mécanismes de notre ego et expérimenter ainsi de nouvelles perspectives", complète la professionnelle. 

Une thérapie brève dure entre 6 et 18 mois

Combien de temps dure une thérapie familiale ? 

À l'image de chaque thérapie, la durée d'une thérapie familiale dépend de la famille (ou du couple) et de ce qu'ils viennent chercher. "Une famille qui aura par exemple une demande spécifique, face à un enfant qui a un comportement problématique, pourra souhaiter arrêter la thérapie une fois le symptôme disparu" détaille la thérapeute. "Pour d'autres, le problème résolu fait apparaître autre chose, qu'il souhaite encore aborder. Ou alors, simplement garder l'espace de thérapie comme un espace de paroles familial durant un certain temps, parce que ça les rassure". En général, c'est une thérapie brève qui dure en moyenne entre 6 et 18 mois.

Qui voir pour faire une thérapie familiale ? 

Pour faire une thérapie familiale, se tourner vers les psychologues et certains psychiatres qui ont fait une formation complémentaire en thérapie familiale sont des options. "Certains coachs peuvent également pratiquer, non pas la thérapie familiale, qui consiste à explorer le passé, mais du coaching familial ou de couple" explique Marion Sbinne avant de poursuivre "C'est ce que je pratique lorsque par exemple la demande est centrée sur une problématique du présent ou du futur et plutôt pragmatique. Par exemple : "nous nous installons ensemble avec nos enfants respectifs et nous souhaiterions être accompagnés dans cette démarche". 

Quel est le prix d'une thérapie familiale et est-ce remboursé ? 

Au même titre que celui des consultations de spécialistes, le prix d'une thérapie familiale est très variable : de l'ordre de 60 à plus de 100 euros la séance. "Pour ma part je demande 60 euros pour une séance de thérapie familiale ou individuelle et 80 euros pour un couple. Je ne suis pas remboursée, mais je pratique dans certaines situations un tarif solidaire. Cela est discuté lors de la première séance" indique la thérapeute pour qui l'argent ne doit pas être un obstacle à une thérapie. La consultation auprès d'un psychiatre est quant à elle remboursée, car ils sont médecins. Celles des psychologues peuvent l'être également si ces derniers acceptent d'appliquer le dispositif mis en place par le gouvernement prévoyant jusqu'à 7 séances à 30 euros. 

Merci à Marion Sbinne, thérapeute familiale.

Psycho