Manque de concentration : adulte, enfant, que faire ?

Pourquoi manque-t-on d'attention ? Pourquoi est-on parfois incapable de se concentrer ? Le plus souvent sans gravité, le manque de concentration ne doit toutefois pas être minimisé s'il est à l'origine de comportements adaptatifs ou de situations dangereuses. Le point avec le Dr. Anne Claret-Tournier, psychiatre.

Manque de concentration : adulte, enfant, que faire ?
© fizkes

Qu'est-ce que le manque de concentration ?

Le manque de concentration est la difficulté à fixer son attention sur quelqu'un ou quelque chose, lors d'une tâche, d'une activité, d'une conversation... "On parle de concentration dans le langage courant, en médecine on parle plutôt d'attention. L'attention est un processus volontaire qui permet de sélectionner des stimulus pertinents et d'en ignorer d'autres. Ce processus implique un certain effort dans la durée" explique le Dr. Anne Claret-Tournier, psychiatre et responsable de la consultation TDAH adulte au sein du service de psychiatrie adultes de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris).

Quelles sont les causes d'un manque de concentration chez l'adulte ? 

► Les troubles du sommeil : "c'est une cause extrêmement fréquente de troubles attentionnels ; soit le patient souffre d'un manque de sommeil chronique comme dans l'insomnie qui touche près d'un français sur cinq, soit son sommeil n'est pas réparateur, comme dans le cas du syndrome d'apnées du sommeil, lui aussi très fréquent."


L'anxiété : "Chez les personnes très anxieuses, le 'canal d'attention interne' est accaparé par des pensées anxiogènes et des ruminations internes, ce qui les empêche de mobiliser leur attention sur un autre sujet".

► La dépression : "les patients déprimés ont très souvent des difficultés à focaliser leur attention, les troubles cognitifs font d'ailleurs partie des critères pour porter le diagnostic un épisode dépressif majeur" 
► Le TDAH : "Dans le cas du trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité, c'est le circuit de l'attention qui fonctionne différemment. Les patients ont beaucoup de mal à mobiliser leur attention dans la durée en l'absence de stimulation ou d'intérêt". Selon, la déclaration de consensus international de la Fédération mondiale du trouble du déficit de l'attention, le TDAH touche 5,9 % des enfants et 2,5 % des adultes. "On observe un gros retard de diagnostic en France du TDAH, chez les sujets adultes notamment", note Anne Claret-Tournier.  
Une mauvaise hygiène de l'attention : "Écrans, réseaux sociaux, hyper-connexion... si on sature les canaux de l'attention par une sur-stimulation extérieure ininterrompue, alors elle n'est plus disponible lorsqu'elle est pourtant nécessaire".

Quelles sont les causes d'un manque de concentration chez l'enfant ? 

"Les causes d'un manque de concentration chez les enfants et les adultes sont les mêmes. On peut toutefois noter, que chez les enfants, leurs capacités d'attention notamment, sont encore plus sensibles à une surexposition aux écrans", explique Anne Claret-Tournier.

Quels sont les symptômes d'un manque de concentration ? 

"La majorité des patients qui consultent ont souvent peur d'avoir une pathologie de la mémoire comme la maladie d'Alzheimer. Or quand on oublie pourquoi on est venu dans une pièce ou qu'on ne retient pas des infos ou qu'on doit soudain beaucoup noter, c'est très souvent l'attention qui est en cause", explique Anne Claret-Tournier. "Pour stocker une information nouvelle en mémoire, il faut être suffisamment attentif ou concentré pour que la mémoire l''imprime" poursuit la spécialiste. Autres symptômes :
Les comportements adaptatifs : tout noter en réunion, compter sur une tierce personne pour se souvenir d'un événement, l'arrêt de la lecture...
Des situations dangereuses qui se répètent : laisser le gaz ouvert, éviter de justesse un accident de voiture, oublier son enfant à l'école...
Une fatigue nerveuse et mentale inhabituelle après la réalisation de tâches pourtant habituelles. "C'est la  chronicité, l'intensité et la fréquence des symptômes qui doivent pousser à consulter" explique Anne Claret-Tournier.

Quelles maladies organiques provoquent un manque de concentration ?

Qui consulter pour un manque de concentration ?

En première intention, Anne Claret-Tournier conseille de consulter son médecin généraliste. "Le manque de concentration peut être le symptôme de nombreux troubles différents, le généraliste est le mieux placé pour faire la première évaluation." Celui-ci pourra adresser le patient vers le spécialiste compétent le cas échéant (psychiatre, spécialiste du sommeil, neurologue).

Que faire et quel traitement en cas de manque de concentration ?

Le traitement dépendra de la cause, le manque d'attention étant dans la plupart des cas un symptôme. "Dans le cas du TDAH, il faut se tourner vers des centres spécialisés, il existe des traitements médicamenteux et non médicamenteux très efficaces", note Anne Claret-Tournier qui conseille en premier lieu de s'astreindre à une bonne hygiène de l'attention : créer les conditions nécessaires à une attention efficiente.

Merci à Anne Claret-Tournier, psychiatre, pour son expertise.

Psycho