Cleptomanie : c'est quoi, pourquoi, comment la soigner ?

La cleptomanie est un trouble psychologique qui se caractérise par une conduite de vol répétitive et addictive. Quelle est sa cause ? Comment reconnaître une personne cleptomane ? En quoi consiste la prise en charge ? Réponses avec Véronica Olivieri-Daniel, psychanalyste.

Cleptomanie : c'est quoi, pourquoi, comment la soigner ?
© monstarrr-123RF

Définition : c'est quoi la cleptomanie ?

La cleptomanie (ou kleptomanie) désigne la pulsion irrépressible de voler. Dans le Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux (DSM5), ce trouble psychologique est classé parmi les "troubles disruptifs du contrôle des impulsions et des conduites". L'intérêt ne porte pas sur l'objet en lui-même, qui est souvent insignifiant, mais sur la compulsion à se l'approprier. "Contrairement à un voleur classique, le cleptomane n'est ni dans la planification, ni dans l'intention de gain. Il agit de manière compulsive, au même titre qu'une personne ne peut résister à l'envie de manger des sucreries, de fumer une cigarette ou de boire un verre. Le problème, c'est que la cleptomanie n'est pas acceptée socialement, agir ainsi est considéré comme du vol. La transgression qui découle de cet interdit social rend la compulsion d'autant plus excitante pour le cleptomane", commente Véronica Olivieri-Daniel, psychanalyste

Cause : d'où vient la cleptomanie ?

La cleptomanie touche majoritairement les filles

La cleptomanie n'est pas le trait caractéristique d'une pathologie spécifique. "Le plus souvent, ce trouble est un symptôme qui s'inscrit dans plusieurs fonctionnements pathologiques comme les fonctionnements borderline dans lesquels il y a une composante de ne pas pouvoir résister à ses pulsions, ou l'hystérie qui se caractérise par une excitation intense et incontrôlée. Il est important de comprendre que le cleptomane ne réfléchit pas à ses actes, il est pris par un mouvement irrésistible", indique la psychanalyste. Ce trouble psychologique débute souvent à l'adolescence, lorsque la notion de transgression et d'interdit s'installe, et touche majoritairement les filles. À l'âge adulte, une fois le stade de la transgression dépassée, la cleptomanie prend place dans un mécanisme beaucoup plus addictif. 

Symptômes : comment reconnaître un cleptomane ?

Il est difficile de reconnaître un cleptomane, sauf quand il se fait prendre dans un magasin ou qu'il agit dans des maisons privées chez des personnes qu'il connait, ce qui est beaucoup plus rare. La cleptomanie se caractérise par l'incapacité à résister à une impulsion de vol. Au moment de commettre le vol, le cleptomane ressent une certaine excitation et une grande satisfaction. Toutefois, il peut être pris de remords par la suite et éprouver de la honte voire de la culpabilité. "La cleptomanie est un symptôme, donc la personne ne parvient pas à le reconnaître comme tel. La culpabilité est rarement au rendez-vous, pratiquement jamais. La satisfaction procurée par le vol dure peu de temps, c'est la répétition des actes qui rend compte de la compulsion à la répétition", tient à préciser la spécialiste.

Comment soigner la cleptomanie ?

Dans la cleptomanie se trouve un jeu d'interdit et de transgression

Le traitement de la cleptomanie repose essentiellement sur la thérapie comportementale et cognitive (TCC). Encore faut-il que la personne avoue ses actes car le cleptomane sait que c'est interdit. Il n'en a pas forcément honte mais il sait que c'est socialement inaccepté. "Lorsqu'un patient avoue son comportement en consultation, on essaye de déterminer à quoi cette conclusion donne satisfaction. Qu'est-ce qui, dans le fait de transgresser, permet de rejouer de façon assez claire les désobéissances de l'adolescence ? Car après l'adolescence, il n'existe pas d'autres interdits que ceux que nous impose la société. L'adulte peut tout faire, excepté ce qui est interdit par la loi. Dans ces actes de cleptomanie se trouve à nouveau un jeu d'interdit et de transgression qui est assez excitant, incontrôlable, irrésistible. Pour autant, la cleptomanie prend parfois des formes extrêmement pathologiques : le sujet se met à voler n'importe quoi, n'importe comment, ce qui lui porte préjudice puisque certains se retrouvent en prison", informe notre interlocutrice. Autrement dit, plus ce comportement a une portée compulsive pathologique, plus le mécanisme addictif est à l'œuvre, plus il va falloir mener un travail psychologique de longue haleine. Cependant, essayer de faire comprendre à un cleptomane que son comportement est inadapté n'a strictement aucun intérêt dans la mesure où tout ce qui a trait au rationnel n'est pas pris en compte. 

Merci à Véronica Olivieri-Daniel, psychanalyste à Paris.

Psycho