Syndrome de Lima : origine, signes, que faire ?

Le syndrome de Lima est un processus psychologique unique en son genre. Il touche principalement les personnes qui exercent un rapport de domination sur autrui (preneurs d'otages, agresseurs, ravisseurs, terroristes) et peut également être assimilé à un syndrome de Stockholm inversé. Rodolphe Oppenheimer, psychothérapeute et Psychanalyste, nous détaille les causes et les signes.

Syndrome de Lima : origine, signes, que faire ?
© lev dolgachov

Définition : c'est quoi le syndrome de Lima ? 

"Le syndrome de Lima se définit comme un processus psychologique durant lequel les ravisseurs éprouvent de l'empathie envers leurs otages, devenant même sensibles et réceptifs à leur besoins et revendications, explique Rodolphe Oppenheimer, psychothérapeute et Psychanalyste. De ce fait, il est important de ne pas le confondre avec le syndrome de Stockholm, état émotionnel durant lequel ce sont bien les otages qui éprouvent de l'empathie envers les ravisseurs". 

Quelle est son origine ? 

Le syndrome de Lima tient son nom d'une prise d'otages qui eut lieu en 1996 lors d'une cérémonie au cœur de l'ambassade du Japon au Pérou. 500 otages dont des diplomates et des responsables furent séquestrés par un mouvement marxiste-léniniste péruvien. Leurs revendications : obtenir la libération de militants et un changement drastique de politique économique au sein du pays. Durant la captivité, beaucoup de victimes seront relâchées par les preneurs d'otages avant qu'une opération commando anéantisse le groupuscule le 22 avril, après 126 jours de résistance. "Au lieu de torturer ou de tuer les otages, les ravisseurs ont choisi de les libérer progressivement afin de les protéger d'une éventuelle attaque des forces de l'ordre, poursuit le spécialiste. C'est à partir de ce jour que ce phénomène rarissime donna son nom au syndrome de Lima". 

Quels sont les signes ? 

Le syndrome de Lima ne peut survenir qu'avec certains prérequis comportementaux chez le sujet comme une sensibilité très développée et une profonde empathie envers son prochain. Le sujet écoute, observe, prend en considération les émotions et réactions de la victime, jusqu'à douter du bienfondé de sa captivité. Le ravisseur se retrouve lui-même prisonnier d'un paradoxe où il ne peut exécuter le châtiment et souhaite aider la victime à qui il a ôté la liberté.

Quelles sont les causes ? 

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce comportement inattendu. "L'éducation reçue par le sujet durant son enfance peut être l'une des raisons de cette empathie insolite, affirme le psychanalyste. En effet, une personne à qui l'on a inculqué des valeurs altruistes portées sur la considération de son prochain est susceptible de développer une empathie au-dessus de la moyenne". L'autre raison probable pouvant déclencher le syndrome de Lima est "la naissance d'un sentiment amoureux chez le ravisseur vis-à-vis de son otage ou vis-à-vis d'une autre personne ressemblant physiquement à son otage."

Que faire pour en sortir ? 

"Pour s'en sortir, il faudra élaborer une étude approfondie de la prise d'otages ou du kidnapping en analysant le comportement et les intentions du ravisseur ainsi que tous les mécanismes qui ont pu déclencher ce syndrome, propose le spécialiste. Pour cela, il est essentiel de consulter un psychologue ou psychanalyste spécialisé qui pourront vous permettre d'obtenir des clefs précieuses de compréhension, notamment sur le traumatisme qui en découle". Des thérapies de restructuration cognitive très élaborées pourront vous permettre de réinterpréter la réalité et ainsi vaincre le syndrome.

Exemples de syndrome de Lima connus

Ce syndrome a inspiré de nombreux films et séries. Parmi eux : 

  • The Town 
  • La Piel que habito 
  • Des gens impitoyables 
  • Le monde ne suffit pas

Merci à Rodolphe Oppenheimer, psychothérapeute et Psychanalyste, à Clichy (92), auteur de plusieurs ouvrages (www.psy-92.net).

Psycho