Emprise psychologique : signes, couple, travail, en sortir

L'emprise psychologique correspond à une forme de manipulation mentale qui mène à la dépendance affective. Tout le monde peut y être un jour confronté, que ce soit dans son couple, en amitié, au travail, avec un parent... Quels sont les signes ? Les conséquences ? Comment s'en sortir ? Les clefs de notre psychologue Aline Nativel Id Hammou.

Emprise psychologique : signes, couple, travail, en sortir
© fizkes - 123RF

L'emprise psychologique ou relationnelle s'installe souvent insidieusement et se traduit par un ascendant psychologique, mêlant manipulation, chantage et dépendance affective, que ce soit dans le couple, en amitié, dans le milieu familial ou au travail. Sur le long terme, elle peut avoir de lourdes conséquences pour celui qui la subit. Et ce n'est pas l'apanage des victimes des pervers narcissiques. Tout le monde peut un jour se retrouver sous l'emprise d'une personne. Quels sont les signes pour la reconnaître ? Comment s'en sortir et retrouver une forme de liberté ? Définition et conseils d'Aline Nativel Id Hammou, psychologue clinicienne. 

Définition : c'est quoi l'emprise psychologique ?

On peut tous, à un moment donné de sa vie, vivre dans une forme d'emprise psychologique ou relationnelle avec certaines personnes.

L'emprise psychologique correspond à une forme d'ascendance psychologique, de manipulation mentale voire de "torture psychique" récurrente utilisée dans le but de victimiser une personne et parvenir à ses fins. Elle peut se manifester dans de nombreuses situations de la vie quotidienne : au sein du couple, avec un parent, en amitié, au travail... "On peut tous, à un moment donné de sa vie, vivre dans une forme d'emprise psychologique ou relationnelle avec certaines personnes, comme une sorte de perte de contrôle ou de maîtrise. Peu importe son âge, son niveau intellectuel, socioprofessionnel ou que l'on soit un homme ou une femme. Le mot "emprise" induit qu'il y a un rapport de dominant/dominé. Or, les enjeux relationnels sont un peu plus complexes que ça. On n'est pas toujours dans un profil de "victimologie" pure dans le sens où l'emprise n'est pas forcément si puissante et destructrice, tant qu'elle est conscientisée. L'emprise peut même avoir, dans certaines situations de vie, certains bénéfices, notamment dans le couple, en amitié, au travail... Lorsqu'on a conscience de cette emprise, on peut parfois y gagner quelques avantages et l'utiliser sur le court terme comme une stratégie. Néanmoins, il faut que cette emprise ne persiste pas trop longtemps, sinon elle devient problématique", prévient Aline Nativel Id Hammou. L'emprise psychologique peut concerner par exemple :

  • le couple, avec une emprise exercée par son conjoint ;
  • le travail, avec une emprise exercée par un collègue, un manager ou un supérieur hiérarchique ;
  • la famille, avec une emprise ou une manipulation exercée par un parent, un oncle, une tante, un grand-parent...
  • l'amitié, avec une emprise exercée par un(e) ami(e), souvent toxique ;
  • plus rarement, une secte, avec une emprise exercée par "un gourou".

Quelles sont les causes ?

L'emprise psychologique peut se faire de manière consciente ou inconsciente. Parfois, le manipulateur ne se rend pas compte de ses actes. De manière générale, l'emprise psychologique traduit une blessure, un vide intérieur ou un manque de confiance en soi. En agissant ainsi, le manipulateur compense ses souffrances et met à distance ses peurs en ayant un ascendant et en faisant souffrir les autres. La manipulation est comme un moteur pour lui. Dans certains cas, l'emprise psychologique est liée à certains troubles psychiques comme les troubles de la personnalité (sociopathie, psychopathie) ou à une tendance à la perversion (pervers narcissique, perversion morale...). 

Quels sont les signes ?

L'emprise psychologique est une sorte de jeu de rôles où la victime (la personne dominée) ne choisit rien et où tout est imposé par celui qui a le pouvoir (la personne dominante). La reconnaître peut être difficile et prendre du temps. Toutefois, certains signes sont typiques d'une emprise psychologique. 

  • La personne sous emprise psychologique a une faible estime d'elle-même. "La personne dominante va "vider" la confiance en soi de la victime, pour garder son influence et pour faire taire ses traits de personnalité", indique notre interlocutrice.  
  • La victime vit avec la peur de perdre l'autre ou de perdre ses "avantages". "Elle est complètement dépendante de la personne dominante, et se sent incapable de vivre sans elle", précise notre psychologue. Elle a tendance à être dans le déni et à minimiser l'emprise.  
  • Le dominant a tendance à utiliser la menace, le chantage ou des stratégies perverses (par de la jalousie, du mépris, des humiliations, du dénigrement, des insultes, des actes de harcèlement, des mensonges, une dépendance financière...) pour parvenir à ses fins et pour faire culpabiliser sa victime si la situation ne va pas dans son sens. Il peut avoir une grande exigence de perfection envers sa victime et même éprouver un certain plaisir à voir cette personne sous son emprise. Son chantage ou ses menaces peuvent être interrompues par des phases de flatterie, d'empathie, de tendresse ou de gentillesse. Le dominant devient alors compréhensif (surtout en présence d'autres personnes) et montre un visage diamétralement opposé à celui du manipulateur, un peu comme un "Dr Jekyll et Mister Hyde".
  • Le dominant a tendance à isoler sa victime du monde extérieur, pour renforcer son lien d'emprise et éviter que son entourage ne l'éloigne de lui. 

Emprise psychologique dans le couple

Une relation de couple saine respecte l'autonomie et la liberté de l'autre, ainsi que les divergences d'opinion.

"Il peut parfois y avoir des déséquilibres dans le couple, mais ça fait partie de la vie à deux. Les rôles ne sont pas toujours fixes : il y a des périodes où on est le dominant, d'autres où on est le dominé. Là où ça devient problématique, c'est lorsque les rôles ne changent jamais, que le déséquilibre persiste et qu'il devient inconfortable voire malsain", détaille notre interlocutrice. Autrement dit, chacun peut chercher, à un moment donné, à influencer l'autre pour parvenir à ses fins. Néanmoins, lorsque ce comportement se transforme en mécanisme systématique et déviant, il ne doit pas être accepté. Une relation de couple saine respecte l'autonomie et la liberté de l'autre, ainsi que les divergences d'opinion. Ainsi, si vous ressentez régulièrement de la honte, une culpabilité, des difficultés à communiquer, de la peur, une anxiété en présence de votre partenaire, un sentiment d'injustice, une impression de vous faire "fliquer", il peut s'agir potentiellement d'une emprise relationnelle. 

Emprise psychologique parentale

Un parent qui est dominateur, méprisant, qui vous fait de nombreuses critiques, qui n'est pas capable de vous offrir un soutien, qui dénigre vos choix, qui contrôle vos décisions, qui vous fait culpabiliser à outrance, qui se victimise en permanence, à qui vous devez tout votre temps, votre énergie, vos réussites... peut correspondre à une forme d'emprise psychologique. "On peut être sous emprise au sein de sa famille, avec un parent par exemple et ne pas aller à l'encontre de cette posture par devoir ou par loyauté. En revanche, si cette emprise devient inconfortable ou destructrice, il faut essayer de s'en sortir et d'y mettre un terme", conseille notre spécialiste.

Emprise psychologique au travail

L'emprise psychologique peut survenir sur le lieu de travail, de la part d'un collègue, d'un collaborateur ou d'un supérieur hiérarchique qui peut user et abuser de la manipulation pour parvenir à ses fins. Avec l'aide de la séduction dans un premier temps (de prime abord, le manipulateur a tendance à se montrer à l'écoute, compréhensif et ouvert), puis avec la peur, le chantage, le dénigrement et les menaces dans un second temps. Le manipulateur est difficilement repérable, mais présente un comportement typique : il a tendance à tirer la couverture à lui, à s'attribuer tous les mérites, à retourner la situation, à pointer les erreurs des autres, à se montrer flou ou ambigu dans ses demandes, à faire porter la responsabilité de ses erreurs sur d'autres, à agir en faux-gentil ou en faux-modeste, à faire de la rétention d'informations importantes, à diviser son équipe pour "mieux régner"...

De prime abord, le manipulateur a tendance à se montrer à l'écoute, compréhensif et ouvert.

Une personne qui vient d'arriver dans l'entreprise est une proie particulièrement facile car elle a tendance à ne pas se rebeller par crainte de mettre en péril son devenir professionnel. Peu importe le temps passé dans l'entreprise, lorsque vous sentez qu'il y a un abus émotionnel de la part d'un collaborateur - qui peut se traduire par du flicage à outrance, une fatigue émotionnelle, une peur d'aller au travail, une perte d'efficacité, un burn-out professionnel - parlez-en autour de vous, essayez de récolter des avis d'autres personnes dans votre entreprise et n'hésitez pas à solliciter l'aide des ressources humaines. 

Quelles sont les conséquences d'une emprise psychologique ?

Lorsqu'elle persiste et dure dans le temps, une emprise psychologique peut mener à :

  • Une dépendance affective de la victime envers son manipulateur.
  • Une perte de liberté et d'autonomie, avec un isolement et un fort repli sur soi.
  • Des troubles relationnels, avec une incapacité à avoir confiance en l'autre.
  • Une personnalité/identité profondément affectée par cette expérience relationnelle destructrice pour la victime qui a le sentiment de ne plus être elle-même et de ne plus se reconnaître (sentiment de dépersonnalisation).
  • Une dépression pouvant entraîner des idées suicidaires.

Comment sortir d'une emprise psychologique ?

Ce qu'il ne faut pas faire dans le cas d'une emprise psychologique

  • Agir sous le coup de la colère et hausser le ton. Le dominant risque d'être encore plus agressif envers vous et vous faire payer votre hargne.
  • Se laisser attendrir et amadouer par ses paroles ou ses actes, souvent précurseurs de manipulation ou de chantage.
  • Tout accepter et ne plus agir/penser par vous-même. 
  • Se sentir inférieur à son "bourreau" et lui donner plus de crédit qu'il ne faut.

"Il est tout à fait possible de sortir d'une emprise psychologique à condition d'être accompagné et de ne pas rester isolé", prévient d'emblée notre psychologue. Cela se fait progressivement : 

Première étape : le déconditionnement. Dans un premier temps, la victime devra reconnaître la toxicité et la réalité des dérives de l'emprise relationnelle. Elle devra réduire progressivement l'admiration ressentie pour le manipulateur, afin de lui donner de moins en moins de crédit (phase de désidéalisation). Elle pourra écrire une lettre à la personne manipulatrice, qu'elle n'enverra pas mais dans laquelle elle mettra des mots sur ses souffrances. S'entourer et ne pas minimiser le soutien de ses proches restent primordial. Il ne faut pas hésiter à en parler à son entourage, à demander de l'aide et des conseils pour prendre du recul sur la situation, ne plus être tenté d'accepter l'inacceptable et retrouver une certaine forme de liberté et d'autonomie, ainsi que ses capacités de jugement. L'entourage doit, avec tact et compréhension, amener la victime à réfléchir et à prendre conscience sur ce qui est normal ou pas dans une relation, puis la laisser faire ses propres conclusions. Cela prend du temps, il faut être patient. 

Deuxième étape : la reconstruction. Il est tout à fait possible de se faire accompagner par un professionnel de santé (psychologue, psychiatre, assistant social, intervenant social à domicile, sophrologue, hypnothérapeute...) si nécessaire. Cela va permettre de faire "un travail essentiel sur l'estime de soi car très souvent la victime se sent bête, idiote, coupable, honteuse voire responsable de la situation lors de sa prise de conscience", indique Aline Nativel Id Hammou. Cela va aussi permettre à la victime de réapprendre à vivre en dehors de la relation d'emprise et de retrouver une indépendance affective. Il est aussi conseillé de lire des ouvrages sur la thématique de l'emprise relationnelle (Sortir de l'emprise et se reconstruire de Julie Arcoulin, L'emprise au travail: La comprendre, s'en libérer de Wadih Choueiri, Se libérer de l'emprise émotionnelle de Sylvie Tenenbaum...). Participer à des groupes de paroles ou à des ateliers de gestion de la vie quotidienne peut également être une bonne solution pour récolter des témoignages et prendre conscience que l'on est pas seul à subir ce genre d'emprise. Enfin, on peut aussi travailler sur le corps avec le recours au théâtre, au chant, à la méditation, au yoga, à l'art-thérapie... 

Merci à Aline Nativel Id Hammou, psychologue clinicienne. 

Psycho