Phobie des pieds : d'où ça vient, que faire ?

La podophobie, ou phobie des pieds, désigne la peur irrationnelle des pieds. Comment l'expliquer ? Que faire pour en venir à bout ? Nom scientifique, origine, cause, signification... Le point avec la psychologue Carine Grzesiak.

Phobie des pieds : d'où ça vient, que faire ?
© Levente Gyori - 123RF

Nom scientifique de la phobie des pieds : comment ça s'appelle ?

Le nom scientifique de la phobie des pieds est la podophobie.

Définition : qu'est-ce que la podophobie ?

Il existe de nombreux types de phobies, c'est-à-dire de peurs paniques face à l'objet de son anxiété, et celle des pieds en fait partie. La personne phobique des pieds peut déclencher des réactions d'angoisse démesurées (transpiration excessive, accélération du rythme cardiaque, étourdissement...) à la simple vue d'un orteil, qu'il appartienne à la personne concernée ou à un autre individu. Cette peur irraisonnée peut provoquer des situations d'évitement.

Les pieds peuvent être associés à quelque chose "de sale"

Causes : d'où vient la phobie des pieds ?

La phobie des pieds débute souvent à l'adolescence ou au début de l'âge adulte, période pendant laquelle les pieds sont associés à quelque chose "de sale", de "moche". Autrement dit, certaines personnes peuvent ressentir du dégoût à la vue, voire au toucher, des pieds. "Cela peut concerner aussi bien ses propres pieds ou les pieds de toute autre personne de son entourage (conjoint, enfants, inconnus). La forte particularité de cette phobie est qu'il est impossible de se débarrasser de ses propres pieds. Il est donc très important d'accompagner le patient dans la réduction du degré de dégoût, de rejet ou de peur ", commente Carine Grzesiak.

Que faire pour ne plus avoir la phobie des pieds ?

Comme pour toute phobie, le principal outil thérapeutique en cas de podophobie est la thérapie cognitive et comportementale (TCC) avec protocole d'exposition. "L'hypnose est également un outil qui peut se révéler efficace" pour comprendre l'origine de cette phobie et de trouver des solutions. "Elle permet de dissocier le patient de sa phobie, celui-ci peut ainsi retrouver de la souplesse et de la flexibilité dans son quotidien. Enfin, le Ritmo et l'EMDR, outils de gestion des traumatismes peuvent également être utilisés suivant l'origine de la phobie", ajoute la psychologue.

Merci à Carine Grzesiak, psychologue.

Psycho