Vaincre sa timidité : en public, au travail, en amour, comment ?

La timidité est la difficulté, voire l'incapacité, à entrer en relation avec des personnes inconnues, mais aussi à demander quelque chose ou à parler de soi. En amour comme au travail, elle peut être invalidante. Comment la vaincre et quelles activités pour la surpasser ? Les conseils de Catherine Eliora Le Goff et de Caroline Bernard.

Vaincre sa timidité : en public, au travail, en amour, comment ?
© koldunovaaa

Quelles sont les causes de la timidité ? 

La timidité incite à se replier sur soi et à éviter les relations sociales afin pour ne pas se confronter aux autres et donc à soi-même. "Il s'agit d'un trait de caractère qui empêche. Il se traduit par une réserve face aux autres ou une situation nouvelle à vivre, il y a la peur d'agir, de se montrer, au lieu de cela, le timide se replie, il voudrait être à son aise mais n'y parvient pas" explique Catherine Eliora Le Goff, psychologue hypnothérapeute. "Les signes de timidité parfois indisposent tels que le rougissement, les troubles d'élocution, les tremblements, le phénomène des mains moites ou bien de la maladresse" précise la psychologue hypnothérapeute. Les causes sont diverses. "Tous les timides n'ont pas dans leur vie un événement pouvant être relié à leur timidité" poursuit la spécialiste. "Cela peut faire partie d'eux, un trait de caractère sans doute apparu dès les premiers moments de vie. Néanmoins un environnement familial qui ne valorise pas ou met la barre trop haut peut amener l'enfant sensible à étouffer son être profond, il s'empêche afin de ne pas décevoir". La timidité est souvent associée à la peur de mal faire, de ne pas être assez bien. Et le doute de soi l'alimente. "Comme la personne est peu exposée au regard de l'autre, elle ne peut renforcer l'estime de soi : c'est un cercle infernal" souligne Catherine Eliora Le Goff. 

Comment vaincre sa timidité en public ? 

Pour Caroline Bernard, psychologue clinicienne, rien n'oblige à vaincre sa timidité en public. "Certaines personnes se débrouillent très bien pour ne pas trop devoir y faire face dans leur quotidien et sont entourées de personnes au courant de leur situation et qui peuvent les accompagner" explique la psychologue clinicienne. Néanmoins, si nous souhaitons absolument nous ouvrir, dans ce contexte, il est possible de commencer à s'exprimer dans des situations ou les conséquences sont minimes, comme en famille,  afin de savoir "où nous en sommes". L'hypnose est une autre solution. "Elle permet grâce à la dissociation de préparer des interventions en public, le fait de se préparer et de vivre et revivre la situation mentalement aide" souligne Catherine Eliora Le Goff. "On amène la personne à repositionner l'intervention au regard de tout son chemin de vie, ce qui lui permet de relativiser. Des exercices d'autohypnose permettent de se détendre avant l'intervention". 

Comment vaincre sa timidité en amour ? 

En amour, la discussion et l'échange avec l'autre sont à explorer. Cependant, comme dans les autres domaines, il est intéressant de rechercher les causes de cette timidité. "L'inhibition dans les relations intimes peut se discuter dans le couple mais c'est à la personne timide de se questionner sur ses difficultés à exprimer son désir" explique Caroline Bernard. "Cela permet de comprendre à quoi elle est reliée et ce qui peut être mis en œuvre pour se sentir plus à l'aise". Selon Catherine Eliora Le Goff, " une anamnèse est nécessaire". Le processus permet de comprendre l'histoire de la personne. "Cela éclaire et explique s'il y a quelque chose de sa vie, de son enfance qui a provoqué un choc entraînant une peur de se montrer ou la présence d'un environnement colérique ou trop autoritaire qui a pu entraîner une posture craintive qui s'est ensuite installée" par exemple. Vaincre sa timidité en amour, c'est aussi accepter le regard aimant de l'autre. "Cela revient à apprendre à faire un pas vers l'autre et accepter qu'il peut être sincère, qu'il dit vrai lorsqu'il valorise. C'est aussi commencer à regarder ses qualités, les laisser exister aux yeux de l'autre, accepter d'être vu. C'est se sentir suffisamment aimable pour accueillir le regard d'un autre" détaille l'hypnothérapeute. Il n'y a pas de fatalité !  Les expériences affectives diluent la timidité. "Au cours de sa vie le timide va vivre des expériences affectives qui vont l'aider à prendre plus confiance en lui sous réserve que ce soient des expériences non traumatisantes" développe  Catherine Eliora Le Goff. 

"C'est quand on se sent en confiance qu'on ose"

Comment vaincre sa timidité au travail ?

Dans le milieu professionnel, il est possible d'envisager le coaching. "Les timides ont besoin qu'on les accompagne pour les aider à décrypter les signes qu'envoient l'entreprise, les clients internes, les collègues qu'ils sont appréciés" conseille Catherine Eliora Le Goff. "Se voir de manière juste s'apprend et c'est quand on se sent en confiance qu'on ose" précise l'hypnothérapeute. Pour Caroline Bernard, il est aussi possible de préparer minutieusement les interventions en amont. "Les  inhibitions sont souvent moins pénibles à supporter quand les timides peuvent se sentir davantage légitimes à avancer leurs arguments longuement préparés" avance la psychologue clinicienne. 

Quelles sont les activités pour vaincre sa timidité ? 

Les thérapies d'orientation psychanalytiques sont des pistes de travail. Pour Caroline Bernard, "elles permettent de comprendre les raisons de l'inhibition, à quoi elle peut relier ce trait de caractère dans son histoire personnelle, mais aussi pourquoi il a été une " solution " jusque-là ". Ce travail régulier et accompagné permet "d'ouvrir les questions de la honte, de la culpabilité mais aussi du devoir que chacun s'impose et qui peut enfermer dans un rôle qui fait finalement souffrir".  Certaines activités aident aussi à vaincre sa timidité. "Je conseille souvent le théâtre à mes patients" explique Catherine Eliora Le Goff. "Il permet aux personnes timides d'endosser un autre personnage tout en connectant leurs émotions et en osant se montrer aux autres". Marcher en groupe est une autre activité à considérer. "La marche nordique, par exemple, permet de tisser un lien si on le souhaite mais aussi de marcher seul si on préfère. C'est un sport ou se parler n'implique pas de se regarder dans un face à face et ça peut aider à briser la glace" conseille la  psychologue hypnothérapeute. Il y a aussi les groupes de paroles. Pour la spécialiste "se retrouver entre personnes qui vivent le même problème et parviennent à le faire diminuer peut inspirer". 

Merci à  Catherine Eliora Le Goff psychologue hypnothérapeute et à Caroline Bernard psychologue clinicienne.

Travail sur soi et conseils psy pour le quotidien