Séquelles de la Covid : cardiaque, neurologique, odorat, lesquelles ?

La Covid-19 peut entraîner des symptômes prolongés. Grande fatigue, atteintes au cerveau, à l'estomac, respiratoire, cardiaque, articulaire, essoufflements, vertiges, perte d'odorat et de goût... Quelles sont les conséquences sur le long terme ? Eclairage du Dr Hélène Rossinot, médecin spécialiste de santé publique.

Séquelles de la Covid : cardiaque, neurologique, odorat, lesquelles ?
© maridav - 123RF

La maladie Covid-19 peut entraîner des séquelles plus ou moins lourdes et plus ou moins persistantes. On parle de Covid long quand les symptômes persistent plus de trois mois. Grande fatigue, atteintes au cerveau, à l'estomac, respiratoire, cardiaque, articulaire, essoufflements, vertiges... Quelles sont les conséquences de la Covid sur le long terme ? Chez quels patients sont-elles le plus fréquentes ? Que faire quand ça arrive ?

Quelles sont les séquelles du Covid long ?

On parle de Covid long lorsque les symptômes perdurent au-delà de trois mois. Il peut s'agir de :

  • symptômes respiratoires, avec par exemple la dyspnée (essoufflement),
  • des maux de tête,
  • une grande fatigue,
  • des troubles digestifs,
  • des troubles du sommeil,
  • des douleurs thoraciques,
  • une perte de goût et de l'odorat.

Le Covid long peut concerner aussi bien les patients ayant développé une forme grave de la maladie que ceux ayant contracté une forme peu sévère.

"On estime aujourd'hui qu'environ 10% des patients symptomatiques deviennent des Covid long, ce qui représente un large panel de patients", explique le Dr Hélène Rossinot. Le Covid long peut concerner aussi bien les patients ayant développé une forme grave de la maladie que ceux ayant contracté une forme peu sévère. Dans son guide pour la prise en charge des symptômes prolongés suite à une Covid-19 publié le 12 février 2021, la Haute Autorité de Santé (HAS) explique que "malgré un recul encore limité, l'évolution observée fait alterner des phases d'exacerbations et de récupérations. L'évolution se fait en règle vers une amélioration à un rythme variable selon les patients."

Quelles sont les séquelles sur le long terme après guérison ?

Il est important de distinguer le Covid long d'une part, et les séquelles de la Covid d'autre part. On parle de séquelle lorsqu'un ou plusieurs organes ont été atteints pendant la maladie. "Les séquelles surviennent le plus souvent chez les patients ayant été hospitalisés, rarement dans les formes bénignes, car pour avoir des séquelles, il faut que des organes aient été atteints pendant le Covid. À ce jour, on sait diagnostiquer les séquelles mais on ne sait pas forcément comment elles sont arrivées là, on n'a pas forcément le recul nécessaire pour déterminer ce qui les a provoquées. Un an en médecine, c'est vraiment très court comme recul, on découvre les répercussions au fur et à mesure", précise le médecin spécialiste de santé publique. 

Quelles sont les séquelles cardiaques ?

Dans un communiqué du 15 juillet 2020, l'Académie Française de médecine évoque les myocardites inflammatoires retrouvées chez les malades traités en soins intensifs, pouvant "conduire à une insuffisance ventriculaire gauche." La société savante mentionne également l'infarctus du myocarde, qui peut survenir "en rapport avec une rupture de plaque favorisée par l'infection ou une anoxie prolongée." Des cas d'insuffisance ventriculaire droite secondaire à une hypertension artérielle pulmonaire, des troubles du rythme (tachycardie, extrasystoles, fibrillation auriculaire) ou encore une insuffisance cardiaque ont aussi été mentionnés. L'ensemble de ces pathologies nécessite une surveillance adaptée. 

Quelles sont les séquelles sur les poumons ?

Le poumon est l'organe qui est le plus touché dans l'infection à Sars-CoV-2. L'Académie Française de médecine rapporte que les patients ayant souffert de détresse respiratoire peuvent avoir une fibrose pulmonaire qui persiste après l'infection. "Elle est surtout attribuée à la production accrue de cytokines pro-inflammatoires, conséquence indirecte de l'infection virale", est-il précisé dans le communiqué. La ventilation artificielle est également susceptible d'entraîner une hyperpression dans les voies respiratoires. "Souvent, on observe une diminution de la capacité respiratoire, c'est-à-dire qu'il n'y a plus que 50 ou 60% des poumons qui fonctionnent. Suite à une hospitalisation pour un Covid, les poumons sont souvent abîmés et il y a de nombreux patients qui ne récupèrent pas en entier", commente le Dr Hélène Rossinot. 

Quelles sont les séquelles neurologiques ?

NeuroCOVID, le registre français des manifestations liées au Covid, a mené une étude observationnelle rétrospective afin d'analyser les manifestations neurologiques associées à l'infection au Sars-CoV-2 pendant la première vague de l'épidémie, en mars 2020. Résultat, sur 222 patients provenant de 46 centres de différentes régions françaises, dont l'âge médian était de 65 ans. Des atteintes du système nerveux central ont été rapportées pour 189 patients (85,1 %) et des atteintes du système nerveux périphérique pour 29 patients (13,1 %). Une altération de l'état mental (117, 52,4 %) et un déficit neurologique focal central (97, 43,7 %) se sont révélés être les symptômes neurologiques les plus fréquents. De son côté, la HAS souligne l'apparition de céphalées, de difficultés attentionnelles, de difficultés de concentration, un manque du mot favorisé par la fatigue psychique, de troubles neurovégétatifs. Les myalgies, faiblesses musculaires, sensations de brûlures, la fatigabilité à l'effort et les troubles du sommeil ont aussi été rapportés. "Le problème des séquelles neurologiques, c'est qu'on ne sait pas exactement d'où elles proviennent. Il y a une fatigue intense qui perdure, mais c'est assez difficile de faire la différence entre fatigue en tant que séquelle et Covid long. En général, sur le Covid long, il n'y a pas qu'un seul symptôme il y en a plusieurs", ajoute le Dr Hélène Rossinot. 

Quelles sont les séquelles sur les reins ?

"Ce n'est pas le virus en lui-même qui va attaquer les reins mais le fait qu'ils aient été privés d'oxygène avant l'intubation. Le manque d'oxygène risque, par ricochet, de toucher les autres organes", nuance le Dr Hélène Rossinot. L'Académie Française de médecine indique que "une protéinurie, une hématurie microscopique et une élévation modérée de la créatininémie sont fréquentes à la phase aiguë, traduisant une atteinte rénale." Des patients développent également une insuffisance rénale chronique, qu'ils aient ou non des antécédents à ce niveau-là. 

Quelles sont les séquelles psychiatriques ?

"Il ne faut pas confondre les séquelles du virus en tant que tel et les séquelles de l'épisode", prévient notre experte. Le fait de passer par la case hospitalisation ou réanimation en pleine pandémie n'est pas anodin. "On recense énormément de troubles post-traumatiques, de troubles anxieux, de troubles du sommeil qui viennent de l'expérience, sans que ce soit imputable au virus en lui-même. Après la réanimation, des mois et des mois de rééducation sont nécessaires, souvent une perte de plus de dix kilos, il faut réapprendre à marcher, et à respirer correctement. Une intubation, une immobilisation c'est extrêmement lourd pour le corps, c'est la raison pour laquelle au-delà d'un certain âge, on n'envoie pas les patients dans le service réanimation car cela ferait plus de mal que de bien", continue-t-elle. 

Quelles sont les séquelles sur l'odorat et le goût ?

"Chez la majorité des malades, le goût et l'odorat reviennent au bout de quelques semaines voire quelques mois. Certains patients qui présentent un Covid long n'ont  pas encore retrouvé ces facultés mais on n'a pas beaucoup de recul pour savoir s'ils les retrouveront ou non. Une rééducation est souvent nécessaire, il ne faut pas hésiter à consulter pour ça", argue la spécialiste.  

Quelles sont les séquelles ophtalmiques ?

Pour l'heure, les données sur le sujet se font rares. Selon une étude réalisée par des scientifiques d'un hôpital de Wuhan, en Chine, et publiée le 8 octobre 2020 dans JAMA Ophtalmology, une femme de 64 ans ayant été infectée par le Covid-19 a développé un glaucome et une cataracte un mois plus tard. Un prélèvement oculaire a démontré la présence de traces de Sars-CoV-2. S'il est donc probable que le Covid entraîne des séquelles ophtalmiques, d'autres études doivent être menées pour le confirmer. 

Quelle prise en charge pour réduire les séquelles ?

La prise en charge des séquelles est différente de celle du Covid long. "En général, une personne qui a été hospitalisée continue à être suivie par l'équipe qui l'a hospitalisée. La sortie d'un patient de réanimation est graduelle : en cas de problèmes aux poumons, on reste dans le service pneumologie, si on a des problèmes cardiovasculaires, on reste dans le service cardiologie, etc.  En revanche, sur le Covid long c'est plus difficile parce que tous les médecins ne sont pas encore sensibilisés à cette question-là", détaille le Dr Hélène Rossinot. La Haute Autorité de Santé a publié un guide de prise en charge des Covid long. Les médecins généralistes sont censés pouvoir effectuer le suivi, dans les faits il ne faut pas hésiter à en parler, voire il y a des hôpitaux qui ont créé des consultations pour le Covid long. Dans son guide pour la prise en charge des symptômes prolongés suite à une Covid-19, la HAS indique que si les traitements actuels sont "essentiellement symptomatiques", "la rééducation a une place centrale : rééducation respiratoire en cas de syndrome d'hyperventilation, rééducation olfactive en cas de troubles de l'odorat persistants ou réentrainement à l'effort qui doit être mené de façon progressive et adaptée aux possibilités de chaque patient."

Sources :

- Les manifestations neurologiques au cours des symptômes prolongés de la Covid-19, HAS, 10 février 2021 

- Manifestations neurologiques associées à l'infection SARS-CoV-2 : le registre français NeuroCOVID, US National Library of Medicine
- National Institutes of Health, novembre 2020

- Les séquelles de la Covid, Académie de médecine, 15 juillet 2020