Prise de poids pendant le confinement : combien de kilos a-t-on pris ?

Les 8 semaines de confinement ont incité à grignoter, à faire moins de sport et ont eu un impact sur la prise de poids. Combien de kilos les Français ont-ils pris ? Qui a le plus grossi ? Les hommes ou les femmes ? Les chiffres.

Prise de poids pendant le confinement : combien de kilos a-t-on pris ?
© BillionPhotos.com - Adobe Stock

Le confinement décidé en raison de l'épidémie de coronavirus, de mars à mai 2020, a entraîné une prise de poids chez 57% des Français, montre un sondage* Ifop pour Darwin Nutrition, média dédié à l'alimentation saine, dévoilé le mercredi 6 mai 2020. Combien de kilos les Français ont-ils pris en moyenne ? Les hommes ont-ils plus grossi que les femmes ? Pourquoi ? Ont-ils prévu de perdre leurs kilos après le déconfinement ?

Combien de kilos les Français ont-ils pris pendant le confinement ?

Depuis le 17 mars 2020, date du début du confinement en France, 57% Français ont pris du poids. Dans le détail :

  • Les Français ont pris en moyenne 2.5 kilos : les hommes (+2.7 kg) et les femmes (+2.3 kg). 
  • Parmi les personnes qui ont pris du poids, 32% ont pris seulement un kilo 34% deux kilos, 16% trois kilos, 18% plus de quatre kilos... Par ailleurs, 61% des femmes et 47% des hommes qui ont pris du poids sont insatisfaits de leur corpulence.
  • Les hommes ayant grossi pendant le confinement avaient un Indice de Masse Corporelle (IMC) maigre (67%), normal (51%), en surpoids ou obèse (58%). 
  • Les femmes ayant grossi pendant le confinement avaient un Indice de Masse Corporelle maigre (38%), normal (55%), en surpoids (59%) ou obèse (71%). 
  • 64% des confinés avec plus de quatre personnes ont pris du poids contre 53% de ceux confinés seuls.
  • 14% des sondés n'ont ni grossi, ni minci pendant le confinement.
  • 29% des sondés ont quant à eux perdu du poids pendant le confinement, notamment ceux vivant seuls et ceux ayant pu faire du sport tous les jours.
  • En moyenne, 42% des Français ayant pris du poids ont pourtant fait du sport tous les jours, 55% plusieurs fois par semaine, 61% une fois par semaine et 65% jamais. 

Comment expliquer cette prise de poids ?

C'est un fonctionnement très freudien : quand on lui interdit quelque chose, l'être humain éprouve un besoin de surconsommation.

Pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, le confinement a imposé des règles strictes comme la limitation des déplacements non essentiels. De fait, certains ont fait moins d'exercice physique et sont restés davantage sédentaires. Par ailleurs, 11% ont accordé moins de temps à la préparation de repas équilibrés. Un chiffre qui peut s'expliquer, selon les auteurs de l'enquête, par "l'explosion du temps à consacrer aux enfants (activités de soins, aide aux devoirs, loisirs...) à partir dès la fermeture des écoles", qui a joué un rôle dans le manque de temps dédié à la préparation des repas. Autres observations : 20% ont mangé en plus grande quantité pendant le confinement, 42% ont fait plus d'apéritif et 23% ont consommé plus de chocolat qu'avant. Placards et réfrigérateur perpétuellement à disposition, le confinement a vraisemblablement incité aux grignotages, d'une part pour combler l'ennui, d'autre part pour pallier les frustrations induites par la privation de liberté. "Et lorsqu'on est stressé ou dans une situation aussi incertaine que celle que nous traversons, on a tendance à se réfugier dans la nourriture et à compenser avec la cigarette, l'alcool ou dans ce cas-là, avec l'alimentation. C'est un fonctionnement très freudien : quand on lui interdit quelque chose, l'être humain éprouve un besoin de surconsommation", nous précisait le psychothérapeute Bruno Vibert dans une précédente interview sur les effets psychologiques du déconfinement. 

La prise de poids était prévisible dans un contexte de stress et de dépense énergétique limitée.

En effet, "les grignotages ont été accentués par l'anxiété liée à une situation générale incitant à la recherche d'aliments sucrés (biscuits, chocolat, gâteaux...) qui "rassurent" " rapportent les auteurs de l'étude. Cependant, il faut essayer de dédramatiser et de ne pas culpabiliser : cette prise de poids est principalement liée au fait qu'on a moins bougé pendant le confinement et cela pourra être rétabli dès lorsqu'on retrouvera son mode de vie et son rythme d'avant, à condition toutefois d'avoir une alimentation équilibrée et une activité physique régulière. Et on le sait : les kilos pris récemment sont plus faciles à perdre que les kilos installés depuis des années. "La prise de poids n'est pas un problème en soi, et était prévisible dans un contexte de stress et de dépense énergétique limitée. Plus de temps à la maison signifie parfois plus de temps consacré à la préparation des repas mais aussi plus d'occasions de grignoter", résume Quentin Molinié, co-fondateur de Darwin Nutrition. 

Comment avoir une alimentation équilibrée et perdre du poids après le confinement ?

56% des interrogés comptent manger plus sain et équilibré à partir du 11 mai et près d'un Français sur cinq souhaite faire un régime pour perdre les kilos pris pendant le confinement. Néanmoins, le fait de faire un régime reste assez genré : 21% des femmes en envisagent un, contre 15% des hommes. Après le confinement :

  • 33% accorderont plus d'importance à l'équilibre de leur alimentation.
  • 28% consacreront plus de temps à la préparation des repas.
  • 21% feront eux-mêmes plus d'aliments "faits maison" comme le pain ou les yaourts...
  • 18% consommeront davantage de produits bio qu'avant le confinement.

Cette crise a permis aux Français.es de porter plus d'attention au contenu de leur assiette.

"On constate que cette crise a permis aux Français.es de porter plus d'attention au contenu de leur assiette. Si les sujets tels que les circuits courts, le bio ou la production durable étaient déjà des enjeux importants avant le confinement, ils le seront encore davantage à l'avenir", indique Charlotte Jean, co-fondratrice de Darwin Nutrition. "Il est clair que le bien-être physique et psychologique ne provient pas tant de régimes restrictifs que du choix éclairé, de la qualité, et de la diversité de son alimentation", conclut Quentin Molinié.

→ Pour réduire son apport calorique et perdre quelques kilos, on privilégie les cuissons à la vapeur, en papillote ou à l'étuvée, on assaisonne avec des huiles de colza ou de noix, riches en oméga 3, on consomme davantage d'aliments riches en fibres (légumineuses, céréales complètes, agrumes, légumes verts...), "on réduit le plus possible les quantité de féculents le midi, ainsi que sa quantité de protéines le soir et on prévoit des fruits secs ou des fruits frais en cas d'envie de grignotage", conseillait la naturopathe Astrid Heratchian, dans un précédent article sur les conséquences du confinement sur la santé

→ Plus de conseils pour limiter la prise de poids :

*Étude Ifop pour Darwin Nutrition réalisée par internet du 24 au 27 avril 2020 auprès d'un échantillon de 3 045 Français âgés de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine

Gestion de l'épidémie