Voyage et Covid-19 : pourra-t-on voyager à Noël, au ski, entre les régions ?

En raison de l'épidémie de Covid-19 en France, le confinement perdure même s'il est assoupli dès le 28 novembre. Les voyages de loisirs ne sont pas autorisés jusqu'à nouvel ordre. Pourra-on se déplacer entre les régions et voyager à Noël ? Sous quelles conditions ? Quels pays d'Europe exigent un test ?

Voyage et Covid-19 : pourra-t-on voyager à Noël, au ski, entre les régions ?
© Tatiana Gladskikh - 123RF

[Mis à jour le mercredi 25 novembre à 10h59] Avec la mise en place du confinement en France depuis le vendredi 30 octobre, les voyages sont soumis à de nouvelles restrictions. En France, il sera a priori possible de voyager entre les régions à partir du 15 décembre pour passer les fêtes de fin d'année avec ses proches, du moins si la situation sanitaire le permet, a insisté Emmanuel Macron lors de son allocution du 24 novembre. Il faudra toutefois limiter au maximum les déplacements inutiles. Pour les voyages en avion, des tests antigéniques (qui permettent un résultat en moins de 30 minutes) sont déployés dans les aéroports français, indique un communiqué du Service public le 10 novembre 2020. Ils sont pris en charge à 100% par l'Assurance maladie et sont destinés notamment aux voyageurs en provenance des zones de circulation active de l'infection. Les voyages de loisirs ou touristiques, en France ou à l'étranger, ne sont pas autorisés, confirme le Ministère de l'Europe et des Affaires Etrangères sur le site de Tourmag. Les frontières entre les pays d'Europe restent ouvertes sauf exception. En revanche, les frontières extérieures de l'Europe sont fermées, sauf pour les Français résidents à l'étranger. Peut-on voyager pendant le confinement ? Où et comment ? Et à Noël ?

Pourra-t-on voyager à Noël ?

La situation sanitaire reste incertaine. Pour le moment, le confinement est maintenu jusqu'au 15 décembre, même s'il est allégé à partir du 28 novembre. Dans son allocution du 24 novembre, Emmanuel Macron a fixé un nouveau calendrier pour les semaines à venir. "Le 15 décembre, si nous sommes bien arrivés autour des 5000 contaminations par jour et environ 2500 à 3000 personnes en réanimation, nous pourrons alors franchir un nouveau cap. Alors le confinement pourra être levé. Nous pourrons donc à nouveau nous déplacer, sans autorisation, y compris entre régions, et passer Noël en famille. Il faudra au maximum limiter les déplacements inutiles. Souffler et se retrouver, oui. Mais j'en appelle à votre sens des responsabilités : il ne s'agira pas, à coup sûr, de vacances de Noël comme les autres", a-t-il expliqué. 

Dans son discours du 12 novembre, Jean Castex, Premier ministre, avait prévenu que l'organisation de "grandes fêtes" avec "plusieurs dizaines de personnes" ne serait "pas raisonnable". Interrogé sur BFMTV le mardi 17 novembre, le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari a assuré que la SNCF était prête à faire circuler 100% de ses trains à partir du 19 décembre jusqu'au 4 janvier, pour Noël et les fêtes de fin d'année. Réserver un billet de train est désormais possible sur le site de la SNCF. Mais en fonction de l'évolution de la situation épidémique, certains trains pourraient être annulés. La SNCF s'engage toutefois à rembourser ou à échanger les billets des trains OUIGO, INOUI, INTERCITES, TGV et TER sans frais jusqu'au 4 janvier 2021. Olivier Véran avait confié sur BFMTV que le gouvernement donnerait à la SNCF plus de visibilité d'ici la fin du mois de novembre "sur comment les fêtes et les vacances pourront se dérouler". 

Peut-on partir au ski ?

Non pour le moment. Les stations de ski n'ont pas rouvert. "Concernant les stations de sport d'hiver, des décisions seront prises prochainement", a indiqué Emmanuel Macron lors de son allocution du 24 novembre. Rien n'est encore acté pour les stations de ski puisqu'une concertation est en cours avec les acteurs du secteur. Toutefois, le Chef de l'Etat s'est prononcé en faveur d'une réouverture des stations de ski "en janvier" après une coordination européenne. Les stations de ski ne pourront a priori pas rouvrir pour les fêtes de fin d'année. 

Voyager en France : possible pendant le confinement ?

► Ce qui est autorisé :

  • A partir du 28 novembre, sortir 3 heures par jour, dans un rayon de 20 km de son lieu de résidence. Pour chaque sortie, une attestation de déplacement est obligatoire. 
  • Quitter son domicile qu'à certaines conditions pour sortir faire les courses alimentaires, dans le cadre du trajet vers votre travail ou pour exercer activité professionnel, pour les rendez-vous médicaux, dans le cadre d'un motif familial impérieux, pour venir en aide à des personnes vulnérables et à risque, pour une convocation judiciaire, ou mission d'intérêt général sur demande de l'autorité administrative.
  • Voyager pour un motif impérieux (motif professionnel ne pouvant être différé (déplacements d'affaires jugés indispensables), motif familial, motif de santé relevant de l'urgence), selon le Quai d'Orsay. 

► Ce qui est interdit :

  • Se déplacer d'une région à une autre. Possible le 15 décembre, en fonction de l'évolution de la situation sanitaire. 
  • Voyager au sein du territoire national pour "les loisirs" ou le tourisme.
  • Effectuer des trajets entre sa résidence principale et sa résidence secondaire. 
  • Voyager vers ou depuis la Guyane, Mayotte, la Polynésie française, la Nouvelle-Calédonie ou les îles Wallis-et-Futuna sauf si vous pouvez justifier d'un motif familial ou professionnel impératif. Vous devrez alors fournir une attestation pour un déplacement dérogatoire vers ou depuis ces collectivités d'outre-mer.

► Les établissements recevant du public restent fermés. Mais les hôtels capables de "garder une petite activité pour les déplacements professionnels indispensables" peuvent rester ouverts, selon le Premier ministre. Toutefois, leurs restaurants ne peuvent pas opérer.

Retour en France : comment ça se passe ?

Depuis le 30 octobre 2020, toute personne de plus de 11 ans arrivant en France en provenance d'un pays extérieur à l'espace européen ou d'un pays où le virus circule activement doit présenter un examen biologique de dépistage virologique réalisé moins de 72 heures (3 jours) avant le vol ne concluant pas à une contamination par la Covid-19 précise le site du Service Public et de remplir une attestation sur l'honneur certifiant qu'elle ne présente pas de signes de la Covid-19 et qu'elle n'a pas rencontré de personnes atteintes de la Covid-19 dans les 14 derniers jours. Elle doit aussi remplir une déclaration sur l'honneur indiquant le motif de votre déplacement et vous munir d'un ou plusieurs documents permettant de justifier le motif de votre déplacement. Pour celles et ceux ne pouvant justifier à leur arrivée de cet examen négatif, un examen biologique de dépistage virologique sera réalisé à l'arrivée à l'aéroport. Si le résultat est positif, les autorités peuvent imposer une période d'isolement de 7 jours.

→ L'attestation est disponible sur le site du ministère de l'Intérieur

Voyager en Europe : dans quels pays peut-on aller ?

Les voyages de loisirs ne sont pas autorisés pendant le confinement. 

Malgré le confinement en France, les frontières restent ouvertes au sein de l'espace européen. Les contrôles aux frontières seront renforcés. Il n'est pas possible de partir en vacances dans un pays d'Europe, sauf pour des motifs professionnels, impérieux ou familiaux (parents séparés par exemple) qui justifient un déplacement indispensable ne pouvant être différé. Les voyages de loisirs ou touristiques en Europe ne sont pas autorisés pendant le confinement. Les décrets à venir doivent clarifier cette situation. Le gouvernement a mis en place un site pour suivre en temps réel l'ouverture des frontières des pays membres de l'Union européenne et leurs conditions d'accès.  

Les pays d'Europe ouverts sans conditions :

  • Luxembourg
  • Pologne
  • Bulgarie 
  • Suède

Les pays d'Europe où il faut remplir un formulaire :

  • Belgique : reconfinement général jusqu'au 13 décembre. Si le séjour dépasse 48 heures, les voyageurs doivent présenter un test PCR négatif datant de moins de 48 heures avant l'arrivée sur le territoire belge. Une quarantaine de 7 jours est cependant requise pour les voyageurs en provenance d'une zone à risque (Paris et sa petite couronne, PACA, Ile-de-France, Guadeloupe...)
  • Croatie
  • Grèce
  • Italie
  • Espagne
  • Pays-Bas
  • Malte
  • Lettonie
  • Lituanie
  • Portugal (dispositions spécifiques pour les Açores et Madère)
  • Autriche
  • Roumanie

Les pays où il faut prouver un test PCR négatif :

  • Espagne : à partir du 23 novembre, le pays demande aux voyageurs des 65 pays à risques dont la France (aéroports, ports), de présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures avant l'arrivée en Espagne. Un couvre-feu nocturne de 23h à 6h du matin a été mis en place sur tout le territoire espagnol sauf aux Canaries. 
  • Italie : les voyageurs provenant de certaines régions de France (Auvergne-Rhône-Alpes, Corse, Hauts-de-France, Ile-de-France, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d'Azur) doivent présenter un test PCR négatif ou antigénique de moins de 72 heures avant leur arrivée sur le territoire italien. Mise en place d'un couvre-feu de 22h à 5h jusqu'au 3 décembre, fermeture des musées et des centres commerciaux le weekend. 
  • Madère et Açores
  • Malte
  • Slovénie
  • Guadeloupe
  • Allemagne
  • Islande
  • Slovaquie
  • Autriche

Les pays d'Europe avec une période d'isolement à l'arrivée :

  • Irlande (10 à 14 jours)
  • Norvège (10 à 14 jours)
  • Lettonie (10 jours)
  • Pays-Bas (10 jours)
  • Royaume-Uni (14 jours)

Les pays d'Europe fermés aux voyageurs en provenance de France :

  • Chypre
  • Hongrie. 

Voyager hors Europe : est-ce possible ?

Les déplacements hors de l'Europe sont interdits. Les frontières extérieures de l'espace européen restent fermées, sauf exception, notamment pour les Français de l'étranger qui peuvent toujours rentrer sur le territoire à condition de faire un test, indique le site du Service Public

En cas de déplacement impératif, des précisions sur la réglementation en vigueur peuvent être trouvées dans les conseils aux voyageurs de chaque pays disponible sur le site du ministère de l'Europe et des Affaires Etrangères. Peu importe la destination, il est recommandé de s'inscrire sur Ariane pour recevoir des informations et des alertes sur les dernières évolutions de la situation dans le pays et de contracter une assurance voyage en s'assurant qu'elle couvre les risques sanitaires liés à la Covid-19.

Voyager en avion : port du masque, test, température... 

Des tests antigéniques (qui permettent un résultat en moins de 30 minutes) sont déployés dans les aéroports français, indique un communiqué du Service public du 10 novembre 2020. Ils sont pris en charge à 100% par l'Assurance maladie, ne nécessitent pas d'ordonnance et sont destinés notamment aux voyageurs asymptomatiques en provenance des zones de circulation active de l'infection. Les masques en tissu (grand public) ne sont pas autorisés à bord des avions et dans les aéroports. Un décret gouvernemental (décret 2020-860 du 11 juillet) préconise uniquement le port du masque chirurgical, et donc jetable. La compagnie aérienne Air Corsica a indiqué dans un tweet que seuls les masques chirurgicaux, FFP1, FFP2 ou FFP3 pouvaient être portés dans les avions par les passagers de plus de 11 ans. Air France préconise également le port du masque chirurgical en permanence à bord des avions, en dehors des temps de repas à bord. Certaines compagnies comme EasyJet ou Ryanair n'ont pas émis de recommandations particulières. Par ailleurs, "tous les voyageurs venant de pays à risques (les pays classés rouge, c'est-à-dire où le virus circule le plus) se verront proposer d'ici quelques jours un test salivaire", a annoncé le vendredi 10 juillet le ministre de la Santé Olivier Véran sur BFMTV et RMC. "On va systématiser les tests à l'aéroport pour les voyageurs qui viennent de pays où le virus circule le plus. L'objectif étant de réaliser 2.000 tests PCR par jour", développe Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement dimanche 12 juillet sur BFMTV. Voici les mesures sanitaires actuellement en vigueur :

A Orly (ouvert) :

L'aéroport d'Orly a rouvert ses portes le 26 juin. Aéroports de Paris a détaillé toutes les mesures qui mises en place pour permettre le respect de la distanciation sociale au sein de l'aéroport d'Orly : 

  • le port du masque est obligatoire ; une signalétique mise en place pour faire respecter la distanciation physique ; des distributeurs automatiques de gel hydroalcoolique installés ; un renforcement des procédures de désinfection et nettoyage avec un produit virucide mis en place et une adaptation des procédures au contrôle de sûreté créée pour limiter les contacts physiques.
  • Plusieurs caméras thermiques sont installées dans l'enceinte de l'aéroport afin que les passagers puissent bénéficier à leur arrivée à Paris d'une prise de température et être orientés, le cas échéant et s'ils le souhaitent, vers une prise en charge médicale à l'aéroport. À cela s'ajoutent des modalités de contrôles au départ, déployées par les compagnies aériennes comme par exemple la prise de température à l'embarquement, et la déclaration d'absence de symptômes du Covid-19.
  • L'enregistrement en ligne avant d'arriver à l'aéroport est préconisé et les passagers sont invités à voyager aussi léger que possible. Il est préférable de présenter sa carte d'embarquement sur son smartphone. Les ventes duty-free à bord des avions sont quant à elles limitées. 
  • Des tests antigéniques, autorisés depuis le mois d'octobre en France vont être déployés dans les aéroports.

A Paris-Charles-de-Gaulle (ouvert) :

  • 12 caméras thermiques ont été déployées pour détecter, à 7 m de distance, les passagers présentant une température supérieure à 38°C, l'un des symptômes pouvant être évocateurs du Covid-19. Ces caméras sont situées à l'arrivée, après la zone de récupération des bagages. La température de la personne est ensuite confirmée par un thermomètre sans contact. Au-delà de 38°C, la personne est emmenée au service médical d'urgence pour être testée.
  • 40 distributeurs sans contact de solution hydroalcoolique ont été installés partout dans l'aéroport, des marquages au sol ont été réalisés pour inviter les voyageurs à maintenir une distanciation physique. Les palpations sont limitées au strict minimum dans les postes d'inspection filtrage. Les bacs pour les bagages cabines sont systématiquement désinfectés après chaque utilisation.
  • Toutes les technologies "sans contact" (reconnaissance faciale, oculaire, scan de QR code...) doivent être privilégiées à bord des aéroports.
  • Sur les lignes Air France, la température est prise avant chaque embarquement et parfois, pendant le vol. A plus de 38°C, l'accès à l'avion peut être refusé. Des sièges isolés sont prévus à l'arrière des avions pour y placer les passagers tombés malades en plein vol. Ces derniers seront directement pris en charge par le personnel de l'avion. L'air à l'intérieur de la cabine et filtré et renouvelé toutes les trois minutes. et l'avion est systématiquement désinfecté après chaque vol, des cabines jusqu'aux cockpits. Tous les 5 jours, la compagnie procède à une nébulisation (pulvérisation d'un produit virucide efficace dans la durée) complète de l'intérieur de l'appareil.
  • Pour les enfants : le service Kids solo d'Air France, suspendu pendant la crise du coronavirus, est de nouveau actif depuis le 1er juin sur l'ensemble des relations ouvertes aux enfants de plus de 8 ans (contre 4 ans en temps normal). Attention, ce service ne s'applique actuellement qu'aux vols directs. Autrement dit, les vols avec escale ne sont pas autorisés aux mineurs non accompagnés et les salons d'accueil pour les enfants demeurent pour l'heure fermés. Il est conseillé de réserver le plus tôt possible ce service car le nombre d'enfants est actuellement limité à 6 par vol.

A l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry (ouvert) : un centre de dépistage du Covid-19 est opérationnel depuis le 9 juillet : chaque passager qui atterrit à l'aéroport de Lyon pourra, s'il le souhaite, réaliser un test PCR quel que soit son pays de provenance. Un bon sera remis aux passagers qui souhaitent se faire dépister par les personnels des Hospices Civils de Lyon.

A l'intérieur de l'avion :

  • Le port du masque chirurgical est strictement obligatoire à l'intérieur de l'appareil pour les enfants à partir de 6 ans (pour les vols européens) et à partir de 11 ans pour les autres vols.
  • Les passagers doivent se déplacer le moins possible et éviter de créer des fils d'attente pour les WC par exemple. Des cabines WC seront affectées en fonction de votre emplacement pour limiter les déplacements.
  • L'Organisation de l'aviation civile internationale ne préconise pas de neutraliser un siège sur deux. En revanche, en fonction du taux d'occupation dans l'avion, les passagers doivent être éloignés les uns des autres autant que possible.
  • La nourriture dans l'avion doit être pré-emballée et l'avion doit être désinfecté régulièrement.

Voyager en train : port du masque, distance physique...

Pour pouvoir se déplacer en train, chaque usager de plus de 11 ans doit respecter des règles sanitaires, en gare et à bord du train :

  • Respecter une distance physique d'au-moins un mètre les uns des autres. Un marquage au sol a été mis en place dans les lieux d'attente, sous les principaux écrans d'affichage des trains, devant les bornes de libre-service, dans les escaliers mécaniques et sur les quais. 
  • Porter un masque obligatoirement dans les gares et à bord des trains. Des masques sont en vente dans les distributeurs automatiques et les commerces des gares. "Un filtrage par les forces de l'ordre et la Sûreté ferroviaire est effectué à l'entrée des grandes gares pour veiller au respect de l'obligation du port du masque dans les gares et dans les trains. Le défaut de masque est passible d'une amende de 135 euros. Les agents présents durant votre voyage sont équipés de masques pour assurer la protection de tous", indique la SNCF sur son site internet. 
  • Utiliser du gel hydro-alcoolique mis à disposition gratuitement à l'entrée de 120 gares de France, et en vente dans les distributeurs automatiques et les commerces des gares. 
  • Privilégier l'achat à distance des titres de transport (site et application oui.sncf, application Assistant SNCF) pour éviter les attentes en gare et les potentielles contaminations.
  • Des annonces sonores et des affichages rappellent dans chaque gare les gestes barrières.
  • Le nettoyage et la désinfection des gares et des trains sont renforcés pendant ce contexte d'épidémie. 

Pour les enfants : le service Junior & Cie, suspendu pendant la crise du Covid-19, a repris progressivement depuis le 26 juin sur quelques grandes lignes. 

► La SNCF propose d'échanger ou de se faire rembourser les billets de train TGV, INOUI, OUIGO, INTERCITES et TER pour tous les voyages. 

Voyager en bus, en taxi : un siège sur deux, vente à bord suspendue...

A bord du bus, des mesures barrières doivent être scrupuleusement respectées :  

  • Le port du masque est obligatoire à bord des bus.
  • La vente de titres de transport à bord des bus est possible, néanmoins, les usagers sont invités à acheter leur titre de transport sur les distributeurs automatiques ou sur les applications dédiées. 
  • Les passagers doivent respecter dans la mesure du possible une distance physique d'un mètre avec les autres.
  • Les passagers sont invités à n'utiliser qu'un siège sur deux à bord des bus.
  • Une désinfection de véhicule doit être réalisée une fois par jour.
  • Le conducteur doit être séparé des voyageurs d'au moins un mètre.
  • La montée dans les bus se fait uniquement par la porte du milieu (et non plus par la porte avant).

Quant aux taxis, ils sont autorisés à circuler à condition de respecter tout un lot de mesures sanitaires définies dans un décret publié au Journal Officiel le 24 mars, dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire déclaré en France : aucun passager ne peut s'asseoir à côté du conducteur, la présence de plusieurs passagers est admise aux places arrières, le véhicule doit être en permanence aéré, les passagers doivent emporter tous leurs déchets, le conducteur doit procéder au nettoyage désinfectant du véhicule au moins une fois par jour. A noter que le conducteur est autorisé à exercer son droit de retrait et à refuser l'accès du véhicule à une personne présentant des symptômes d'infection au Covid-19.

Recommandations pour les Français vivant à l'étranger

Pour les Français qui habitent à l'étranger, il est recommandé d'éviter les déplacements internationaux. Pour les personnes qui veulent rentrer en France, elles doivent contacter les consulats et ambassades de France. 

  • En déplacement à l'étranger : Il est recommandé aux Français qui sont en déplacement temporaire à l'étranger, en dehors de l'Europe, de prendre les mesures nécessaires pour rentrer en France. "Si vous êtes Français, vous pouvez bien sûr, avec votre conjoint et vos enfants, continuer d'entrer sur le territoire national et rejoindre votre domicile" rassure le gouvernement sur son site. Le ministère chargé des transports a demandé aux compagnies aériennes de maintenir au maximum leurs lignes ouvertes vers la France et de modérer leurs prix. 
  • Pour les Français qui attendent un vol et ne disposent pas d'hébergement, un service d'urgence de mise en relation de Français bloqués à l'étranger en situation de difficulté et des Français établis hors de France se portant volontaires pouvant les accueillir est mis en place : www.sosuntoit.fr

Sources :

Europe : dans quels pays peut-on se déplacer depuis la France et à quelles conditions , 27 octobre 2020, Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

- Site de conseils aux voyageurs du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères.