Cerveau : anatomie, rôle, schéma, maladies, examens

Véritable tableau de bord, le cerveau assure la régulation de toutes les fonctions vitales du corps humain. Anatomie, rôle pour l'organisme, maladies, examens, schéma... Exploration avec le Dr. Michel Gugenheim, médecin neurologue et président de l'ANLLF, Association des Neurologues Libéraux de Langue Française.

Cerveau : anatomie, rôle, schéma, maladies, examens
© Sergey Nivens

Définition : qu'est-ce que le cerveau ?

Bien protégé par les os du crâne, le cerveau est le centre de contrôle du corps humain. "C'est un peu le tableau de bord, confirme le Dr. Michel Gugenheim. Il envoie et reçoit des messages qui permettent une communication ininterrompue entre le monde extérieur et le soi."

Fonction du cerveau : à quoi sert-il ?

Le cerveau a le contrôle de tous les organes du corps humain, des fonctions motrices et cognitives ainsi que de la production hormonale. "C'est lui qui commande la motricité, la sensibilité, l'équilibre, la mémoire et les émotions" poursuit le spécialiste. 

Anatomie du cerveau : de quoi est-il composé ?

L'encéphale est formé par trois éléments:

  • les hémisphères cérébraux,
  • le tronc cérébral
  • le cervelet.

À la surface des hémisphères cérébraux se trouve une couche de tissu cérébral (le cortex) appelée substance grise en raison de sa couleur grise. "C'est l'enveloppe du cerveau, explique le neurologue. Le cortex est le point de départ des voies motrices qui jouent un rôle essentiel dans le contrôle des mouvements et de la marche." Le cerveau comprend le diencéphale (thalamus, hypothalamus et hypophyse) et les deux hémisphères cérébraux qui communiquent entre eux par un faisceau de fibres nerveuses appelé corps calleux. 

Schéma du cerveau

Pour schématiser, le cortex se divise en quatre lobes :

  • le lobe frontal : impliqué dans les tâches cognitives supérieures comme la résolution de problèmes, la pensée, la planification et les émotions.
  • le lobe pariétal : qui intervient dans les processus sensoriels, l'attention et le langage. 
  • le lobe occipital :  à l'arrière du cerveau qui participe à l'information visuelle y compris dans la reconnaissance des formes et des couleurs.
  • le lobe temporal :  qui joue un rôle important dans l'encodage des informations auditives et dans l'intégration des informations provenant des autres modalités sensorielles. 

Dans les régions profondes du cerveau, on trouve également le mésencéphale qui a un rôle prépondérant dans les réflexes visuels et auditifs ainsi que le rhombencéphale qui permet le contrôle du rythme respiratoire, de l'activité cardiaque et du niveau de glucose dans le sang.

schema-cerveau
Schéma du cerveau. © 123RF

Quelles sont les maladies du cerveau ?

De nombreuses pathologies peuvent toucher le cerveau parmi lesquelles : la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson, l'épilepsie, la sclérose en plaques, la migraine, les tumeurs cérébrales et l'accident vasculaire cérébral (AVC). 

  • La maladie d'Alzheimer est une pathologie neurodégénérative qui se caractérise par des troubles de la mémoire ainsi que des troubles progressifs de l'orientation, du langage (aphasie), de l'écriture (dysorthographie), de la coordination du mouvement (apraxie), de l'humeur (dépression, irritabilité) et du sommeil (insomnie). "Attention, toute perte de mémoire ne signifie pas pour autant qu'on souffre de la maladie d'Alzheimer, rassure le neurologue. Il peut y avoir de nombreuses autres causes comme la fatigue, la dépression, les troubles du sommeil, la prise de médicaments, d'alcool ou encore de stupéfiants. En vieillissant, on a aussi tendance à être moins attentif ce qui a des retentissements sur notre capacité à mémoriser."
  • L'épilepsie : est une maladie neurologique qui touche près de 500 000 personnes en France dont la moitié a moins de 20 ans. "C'est une sorte de court-circuit entre les neurones qui va entraîner des crises imprévisibles, soudaines et souvent très brèves qui prennent des formes diverses" explique le Dr. Gugenheim. On parlera de crise d'épilepsie partielle ou généralisée en fonction des symptômes allant des contractions musculaires involontaires jusqu'à la perte de connaissance.
  • La maladie de Parkinson : c'est une pathologie neurodégénérative du système nerveux central dont les trois principaux symptômes sont des tremblements au repos, une lenteur et une difficulté du mouvement (akinésie) ainsi qu'une hypertonie musculaire. "C'est une maladie des neurones dopaminergiques : la dopamine est un neurotransmetteur c'est-à-dire une molécule chargée de transmettre l'information entre les neurones. Lorsque la production ou la circulation de la dopamine est affectée, les cellules nerveuses communiquent mal."
  • La sclérose en plaques : pathologie inflammatoire et dégénérative du cerveau et de la moelle épinière, la sclérose en plaques ou SEP est une maladie de l'adulte jeune qui évolue par poussées ou progressivement. "La sclérose en plaques est la première cause de handicap acquis non traumatique de l'adulte jeune."
  • L'accident vasculaire cérébral : ou AVC désigne l'occlusion ou la rupture d'une artère transportant le sang dans le cerveau. "C'est une urgence médicale, rappelle le spécialiste. Il peut être fatal et plus la prise en charge est tardive, plus les séquelles peuvent être importantes."
  • La tumeur cérébrale : qui peut être de nature bénigne ou maligne. "Certaines tumeurs non-cancéreuses se développent dans la boîte crânienne et entraînent des complications en fonction de l'endroit où elles se trouvent du fait de l'espace limité" confie le neurologue. 

Quels sont les examens du cerveau ? 

Afin de visualiser l'anatomie du cerveau, le neurologue pourra demander une IRM ou un scanner cérébral. L'électroencéphalogramme (ou EEG) permet, quant à lui, de mesurer son activité électrique.

Quel est le spécialiste du cerveau ?

"Il y a plusieurs spécialistes du cerveau : en premier lieu, le neurologue en charge du cerveau "organique", le psychiatre en charge du cerveau "chimique" et le neurochirurgien qui réalise les interventions chirurgicales" conclut le Dr. Gugenheim.

Merci au Dr. Michel Gugenheim, médecin neurologue et président de l'ANLLF, Association des Neurologues Libéraux de Langue Française.

Anatomie