Attention aux anti-acides pendant un traitement contre le cancer

Les médicaments contre l'acidité gastrique réduiraient l'efficacité de certains traitements anticancéreux. Ils pourraient même diminuer la durée de survie des patients qui en prennent, selon une étude publiée jeudi 14 février 2019. Explications.

Attention aux anti-acides pendant un traitement contre le cancer
© Rido - 123RF

La prise de médicaments contre le reflux acide aurait un impact négatif significatif sur la survie globale des patients atteints d'un cancer et traités par le pazopanib. Cet anticancéreux commercialisé sous la marque Votrient® est indiqué dans le traitement du cancer du rein avancé et de certains sarcomes de tissus mous. Selon les résultats d'une étude* publiée jeudi 14 février 2019 dans la revue Clinical Cancer Research de l'American Association for Cancer Research (AACR), la prise d'un anti-acide simultanément au pazopanib sur au moins 80% de la durée du traitement réduit la durée de vie des patients de 4.6 mois par rapport à ceux qui n'en prennent pas. "Les anti-acides réduisent l'efficacité du pazopanib. Par ailleurs, les anti-acides n'atténuent pas la fréquence des effets secondaires liés à la prise de pazopanib", affirme le Dr Olivier Mir, oncologue médical, pharmacologue au Centre de lutte contre le cancer Gustave Roussy et co-auteur de l'article. Il appelle médecins et pharmaciens à surveiller particulièrement les patients qui prennent ces deux traitements en simultané.

Comment ces traitements interagissent ensemble ?

C'est simple. Les comprimés de pazopanib pris par voie orale doivent passer dans un milieu acide - ici l'estomac - pour se dissoudre. Or, le rôle d'un anti-acide étant de réduire l'acidité de l'estomac, il peut altérer la bonne absorption du pazopanib. 

Mopral, Inexium, Azantac : des anti-acides très utilisés en cancérologie

Les médicaments contre le reflux gastro-œsophagien ont pour but de réduire ou de supprimer les sécrétions acides, responsables de brûlures d'estomac. Disponibles pour certains en vente libre, ces anti-sécrétoires sont très utilisés en cancérologie : environ une personne sur deux traitée par un anticancéreux prend également un anti-acide de type Mopral®, Inexium® ou Azantac®. Problème : "Les patients atteints de cancer prennent des anti-acides pour soulager les douleurs abdominales qui ne sont pas toujours directement liées à l'acidité de l'estomac. Ils pourraient donc tout à fait avoir recours à un traitement différent pour soulager ces symptômes", ajoute le Dr Mir. 

Alors, que faut-il faire en cas de prise de pazopanib et d'anti-acide ?

Selon le Dr Mir, il est primordial que :

  •  Les patients atteints d'un cancer informent leurs oncologues de tous les médicaments qu'ils prennent, y compris les traitements en vente libre et les plantes médicinales, afin que de potentielles interactions médicamenteuses dangereuses puissent être évitées.
  • Les oncologues modifient, dans la mesure du possible, la prise en charge de leurs patients traités par le pazopanib afin de leur proposer une alternative sans risque.   

*L'étude "Impact of concomitant administration of gastric acid-suppressive agents and pazopanib on outcomes in soft-tissue sarcoma patients treated within the EORTC" a été menée sur 333 patients par des chercheurs français, néerlandais, belges, anglais et italiens. Des travaux antérieurs avaient déjà prouvé que les traitements anti-acide réduisaient le taux de pazopanib dans le sang de patients atteints de tumeurs solides.

Lire aussi :