Résolutions santé : liste pour la nouvelle année 2022

Se remettre au sport, arrêter de fumer, perdre quelques kilos, aller plus souvent chez le dentiste... Vous avez pris de bonnes résolutions pour la nouvelle année ? Encore faut-il les tenir sur la durée... Nutritionniste, tabacologue, cancérologue... livrent tous leurs conseils pour une année santé.

Résolutions santé : liste pour la nouvelle année 2022
© melpomen - 123RF

J'arrête les régimes

Pour perdre du poids, rien ne sert de vous priver ou de tomber dans le piège des régimes de début d'année. Prenez garde à la sur-motivation, les changements brutaux sont difficiles à maintenir sur le long terme. Ce qu'il faut, c'est retrouver de bonnes habitudes. "Laissez tomber les régimes alléchants, ils ont montré leur inefficacité à court et long terme. Au final, vous vous retrouvez avec davantage de kilos et le moral à zéro. Avant tout, commencez par apprendre à écouter votre corps et suivez votre propre régime alimentaire. Il s'agit tout simplement de retrouver les sensations simples de faim et de satiété, c'est-à-dire manger lorsque vous avez faim, arrêter de manger quand vous êtes repue, ne pas grignoter par automatisme. Bref : apprenez à respecter votre rythme et vos propres besoins", indique le Dr Boris Hansel, endocrinologue et spécialiste de la nutrition.

J'arrête de fumer

C'est décidé, cette année, vous arrêtez de fumer ! "Mon premier conseil, c'est de consulter un professionnel de santé, soit son médecin traitant, soit un tabacologue. Ce dernier pourra déterminer grâce à des tests vos niveaux de dépendance physique et de motivation et mesurer le CO dans l'air expiré. En fonction de votre profil de fumeuse, il adaptera le traitement. Patchs et/ou substituts nicotiniques oraux (pastilles, gommes) pris de manière prolongée multiplient par deux les résultats à trois mois. Quant à la varénicline (Champix®), elle atténue le manque et diminue le plaisir de fumer. Au quotidien, il existe des astuces variées pour résister à l'envie de fumer : boire un grand verre d'eau, se brosser les dents ou encore téléphoner à une amie", préconise le Dr Philippe Guichenez, tabacologue.

Je vais chez le dentiste 

Cette année, n'attendez pas d'avoir une rage de dents pour consulter votre dentiste, vous éviterez peut-être d'avoir à poser une couronne et les soins dentaires seront moins douloureux. "Il est indispensable de faire un détartrage par an pour éliminer parfaitement le tartre. La plaque dentaire est composée de salive, de débris alimentaires et de bactéries. Lorsqu'elle n'est pas totalement éliminée par le brossage, elle se calcifie jusqu'à former du tartre. Irritant et riche en germes, il favorise le développement de maladies gingivales et parodontales", détaille le Dr Christophe Lequart, chirurgien-dentiste.

Je prends soin de mon cœur

Les maladies cardiaques touchent aussi les femmes, surtout après la ménopause lorsque la sécrétion des œstrogènes s'arrête et n'exerce alors plus d'effet protecteur sur le cœur.

Premier conseil : "il concerne votre alimentation. Mangez plus lentement et modérément : un plat unique suffit. Optez pour un petit déjeuner costaud, un déjeuner équilibré, pourquoi pas un encas en milieu d'après-midi et surtout un dîner léger afin de ne pas stocker de graisses la nuit. Quoi manger ? Des fruits, des légumes, des céréales complètes, de la viande blanche, du poisson...", recommande le Dr Jean-Loup Dervaux, auteur de "Infarctus et maladies cardiovasculaires chez la femme"

► Deuxième conseil : pratiquez une activité physique d'endurance douce entre 20 et 30 minutes, 3 à 4 fois par semaine. Objectifs : brûler les calories et augmenter la masse musculaire. Et pour cela, pas besoin d'être sportive : une marche tonique entre amies, un peu de vélo, des séances de natation conviennent

Troisième conseil : la prévention cardiovasculaire passe aussi par une bonne hygiène de vie et la gestion du stress. Evitez les excitants comme la cigarette, l'alcool ou le café et même le thé. Détendez-vous, relaxez-vous, apprenez à mieux respirer et positivez !"

Je ne grignote plus

Cette année, c'est décidé : vous oubliez la machine à sucreries de la salle de pause ! Eh oui, le grignotage est mauvais pour votre santé et pour votre ligne. Même délicieuses, ces petites barres chocola tées sont très grasses et très sucrées. Oubliez aussi les sodas sucrés : une canette contient l'équivalent de 6 morceaux de sucre ! "D'abord un conseil de bon sens : faire trois repas complets par jour. Souvent les personnes grignotent tout simplement parce qu'elles ne mangent pas assez, voire qu'elles sautent des repas. Résultat, elles ont faim tout au long de la journée. Ensuite, je conseillerais de ne pas vous interdire les aliments qui vous font plaisir. Ce sont des remontants contre le stress et les soucis de la vie quotidienne, ils font du bien au moral. En revanche, plutôt que d'enchaîner les carrés de chocolat toute l'après-midi, mangez-en au petit déjeuner. C'est LE repas où les graisses sont le plus rapidement brûlées. Ainsi vous commencerez bien la journée !" indique le Dr Pierre Azam, nutritionniste. 

Je fais contrôler ma vue

Après 40 ans, problème visuel ou pas, il faut voir son ophtalmo tous les deux ans.

N'attendez pas d'avoir envie de nouvelles lunettes pour consulter votre ophtalmologiste. Si vous êtes myope, hypermétrope ou autre, il faut faire vérifier votre vue régulièrement. Si vous portez des lentilles, sachez que vous devez consulter tous les ans car elles sont susceptibles de vous abîmer les yeux, surtout si elles sont mal ou trop portées. Après 40 ans, problème visuel ou pas, il faut voir son ophtalmo tous les deux ans. Cette visite de contrôle permet de dépister des maladies de l'œil qui se développent avec l'âge, la presbytie notamment, et de faire le point sur les facteurs de risque qui peuvent avoir une incidence sur la santé de l'œil (hypertension, diabète, tabagisme...). "La première chose à faire lorsque l'on constate une gène régulière devant son ordinateur, c'est d'aller consulter l'ophtalmologiste pour vérifier son acuité visuelle. On accuse à tort les écrans. En fait, ils ne font bien souvent que révéler un défaut de correction visuelle", conseille le Dr Jean-Michel Muratet, ophtalmologiste. 

Je reprends le sport

Avant de vous inscrire dans un club ou de prendre une carte d'abonnement à la piscine, posez-vous les bonnes questions. Etes-vous motivée par cette activité ? Est-ce que vous pouvez vous y rendre sans trop de contraintes ? Ensuite, fixez-vous des objectifs atteignables afin de pouvoir mesurer vos progrès. "Mon premier truc c'est "l'anti-rouille" : on part tous les matins avec un podomètre autour du poignet ou accroché à son porte-clé et on l'oublie. Le soir on regarde combien de pas on a fait. Votre objectif : au moins 35 000 pas par semaine. En parallèle, je conseille de faire 10 minutes d'activité d'endurance par jour au minimum : de la marche à pied ou du vélo d'appartement, ce qui compte c'est de le faire à la bonne intensité, c'est-à-dire avec motivation mais sans s'essouffler non plus. C'est bon pour le cœur et pour le poids. Cerise sur le gâteau, vous pouvez ajouter à ces habitudes du quotidien, une activité sportive pendant vos loisirs : de la natation, un cours de danse, des parties de tennis, etc.", détaille le Dr Boris Hansel, endocrinologue et spécialiste de la nutrition.

Je me protège du cancer du sein

Si vous avez plus de 50 ans et que vous n'avez pas fait de mammographie récemment, c'est le moment d'en prévoir une. En effet, le dépistage organisé du cancer du sein tous les deux ans intéresse toutes les femmes à partir de 50 ans. Bien sûr, vous pouvez faire une mammographie avant 50 ans, surtout si vous avez des facteurs de risque. Il faut aussi prévoir un rendez-vous avec votre gynécologue afin de bénéficier d'un examen clinique des seins régulier, au moins une fois par an. Côté prévention, n'oubliez pas les recommandations habituelles, qui valent aussi pour se protéger du cancer du sein : au moins 5 fruits et légumes par jour, de l'exercice régulièrement, une alimentation variée, pas trop d'alcool et pas trop de graisses saturées. "Attention à ne pas prendre trop d'apports complémentaires en vitamines ou autres nutriments. Certaines vitamines sont protectrices par exemple si elles sont contenues dans une alimentation variée et équilibrée mais deviennent délétères si elles sont prises en grande quantité", prévient le Dr Suzette Delaloge, cancérologue.

Merci aux Drs Guichenez, Hansel, Dervaux, Lequart, Muratet, Azam et Delaloge. Propos recueillis en 2011. 

Symptômes et questions diverses