Alimentation intuitive : principes, comment faire, quels résultats ?

Contrôler son poids sans aucun interdit alimentaire, simplement en écoutant sa faim et ses envies : trop beau pour être vrai ? C'est en tous cas les promesses de l'alimentation intuitive, une méthode simple et de bon sens pour se réconcilier avec la nourriture et retrouver son poids de forme. 

Alimentation intuitive : principes, comment faire, quels résultats ?
© Olena Kachmar-123RF

D'où vient l'alimentation intuitive ?

L'alimentation intuitive ne date pas d'hier, puisqu'elle a vu le jour il y a plus de vingt ans déjà aux États-Unis. Deux nutritionnistes américaines, Evelyn Tribole et Elyse Resch en parlent pour la première fois en 1995 dans le livre Intuitive Eating : A Revolutionnary Programm That Works. Très rapidement après, elle émerge en France à travers l'Anti-régime dont les pionniers sont le psychiatre Dr Gérald Apfeldorfer et le nutritionniste Jean-Philippe Zermati, deux fondateurs du GROS (Groupe de Réflexion sur l'Obésité et le Surpoids).

Principes

L'alimentation intuitive part du principe que notre corps sait précisément ce dont il a besoin et qu'il est tout à fait capable de nous en informer, si tant est qu'on sache l'écouter. Ainsi, lorsque notre organisme a besoin de calories, il nous envoie le signal de la faim, et lorsqu'il n'en a plus besoin, il nous envoie le signal de la satiété. Manger avant que la faim ne se manifeste, ou au-delà du rassasiement, revient donc à apporter des calories inutiles à son organisme, qui risque de les stocker sous forme de graisses. Côté nutriments, le principe est le même : notre corps sait quand il a besoin de fer, de magnésium ou encore de protéines, et il nous le fait savoir en rendant attirant les aliments qui en sont riches. A titre d'exemples, un besoin de fer et de protéine peut donc se traduire par une envie de viande rouge ou de moules, et un manque de magnésium par une envie de chocolat noir ou d'amandes.

Comment faire pour adopter une alimentation intuitive ?

Manger intuitivement peut sembler simple sur le papier, mais ça n'est pas toujours évident à remettre en place. Si nous naissons tous avec une horloge biologique très bien réglée, et une parfaite intuitivité alimentaire, nous avons tendance à nous en détacher au cours de notre vie. Les régimes alimentaires sont largement incriminés dans la perte de l'intuitivité alimentaire. D'après le rapport de l'ANSES, ils seraient d'ailleurs dans 80 à 95% des cas, suivis d'une reprise de poids et plus grave encore, ils conduiraient insidieusement à la prise de poids sur le long terme en brouillant les signaux de la faim et de la satiété. Se met ensuite en place un phénomène de restriction cognitive : la personne se nourrit en fonction de principes diététiques appris ou lus quelque part, et non plus en écoutant les signaux que son corps lui envoie. On estime ainsi que 70 à 80 % de la population serait en restriction cognitive permanente. Pour adopter une alimentation intuitive, il faut se reconnecter à ses sensations alimentaires, par le biais d'un suivi avec un spécialiste formé sur le sujet. Le patient apprend à reconnaître les sentiments de faim et de satiété, à écouter ses envies et à déguster ses repas en pleine conscience, tous ses sens en éveil. Certains livres permettent également d'acquérir les bons réflexes et de mettre en place la pratique efficacement. 

Indications : pour qui ?

L'alimentation intuitive est particulièrement indiquée pour les personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire, en particulier de compulsions et d'hyperphagie, en alternance avec des restrictions drastiques. 

Quels résultats ?

L'alimentation intuitive permet alors de se réconcilier avec la nourriture, et de comprendre qu'aucun aliment n'est mauvais ou interdit à condition qu'il soit mangé avec faim, envie et plaisir. Dans un second temps, l'alimentation intuitive permet de contrôler son poids naturellement, et de revenir à son poids d'équilibre.

Quelles précautions ?

Manger intuitivement ne signifie pas manger ce dont on a envie au moment où on en a envie. Le risque, si l'on ne prend pas le soin d'être vraiment à l'écoute de son corps et des signaux qu'il nous envoie, est de manger trop et donc de pendre du poids. Il est donc idéal d'être accompagné par un professionnel formé sur le sujet, qui aide le patient à se reconnecter à son corps et à retrouver son instinct alimentaire. 

Quelles contre-indications ?

Il n'y a pas de contre-indications à l'alimentation intuitive, mais il y a des profils plus ou moins aptes à appliquer correctement la méthode et obtenir des résultats. Par exemple, les personnes qui n'ont pas été habituées à manger de tout, et qui rejettent toute une catégorie d'aliments, auront du mal à en ressentir le besoin, même lorsque leur corps en manque. Ainsi, quelqu'un qui n'aime aucun légume ne pourra pas appliquer correctement l'alimentation intuitive. D'autres personnes n'arrivent pas à se détacher du cadre des régimes et ont besoin de contrôler leur alimentation. Elles ont ainsi l'impression de contrôler leur vie. 

Régimes et équilibre alimentaire