Phobie des trous (trypophobie) : pourquoi, comment la soigner ?

Le fait de ne pas supporter les objets ou images présentant beaucoup de petits trous est une phobie appelée trypophobie (phobie des trous). Quelle est sa signification ? D'où vient-elle et comment la soigner ? Eclairage de la psychologue Carine Grzesiak.

Phobie des trous (trypophobie) : pourquoi, comment la soigner ?
© mansum007 - 123RF

Nom scientifique de la phobie des trous

La phobie des trous a pour nom scientifique la trypophobie.

Définition : qu'est-ce que la trypophobie ?

La trypophobie est une phobie spécifique peu connue mais relativement fréquente. Elle se caractérise par la peur panique et inexpliquée des trous. Des trous que l'on peut apercevoir dans un nid d'abeilles, une éponge, un morceau de fromage ou encore une tablette de chocolat au riz soufflé. "On remarque aussi une certaine forme de dégoût des maladies infectieuses et de décomposition, notamment des maladies de peau", ajoute Carine Grzesiak, psychologue.

Symptômes

"La trypophobie peut entraîner une réaction émotionnelle très inconfortable voire douloureuse face à des images qui peuvent représenter des trous. Des symptômes corporels tels qu'une augmentation du rythme cardiaque, des démangeaisons ou encore un impact sur le rythme respiratoire, peuvent se manifester", explique la psychologue. Le sujet a également tendance à éviter la situation ou l'objet à l'origine de sa phobie.

Origine : d'où vient la phobie des trous ?

"Des chercheurs ont mis en évidence un lien possible avec un réflexe de fuite devant des animaux venimeux, hérité de nos ancêtres", note la psychologue.

Solutions : comment soigner la phobie des trous ?

À l'instar des autres phobies comme la phobie du vide, des clowns, des pieds, la trypophobie se traite en suivant une thérapie comportementale et cognitive (TCC), avec protocole d'exposition dans un cadre rassurant afin de faire disparaître progressivement l'anxiété. Le fait d’être confronté volontairement au sujet phobogène régulièrement et progressivement contribue également à faire disparaître la peur. "L'hypnose est également un outil efficace pour dissocier le patient de sa phobie, celui-ci peut ainsi retrouver de la souplesse et de la flexibilité dans son quotidien. Enfin, le Ritmo et l'EMDR, outils de gestion des traumatismes peuvent également être utilisés suivant l'origine de la phobie", précise Carine Grzesiak.

Quels tests faire ?

"Pour valider une trypophobie, le patient est exposé à des images, des photos et vidéos représentant des trous afin de voir si cela a un impact émotionnel, voire anxiogène, sur lui", commente la spécialiste.

Merci à Carine Grzesiak, psychologue.

Psycho