3 signes pour savoir si on est victime d'un érotomane

La victime d'une personne érotomane (homme ou femme) doit repérer ces signes et mettre des limites afin de sortir rapidement de ce piège amoureux.

3 signes pour savoir si on est victime d'un érotomane
© lemuana - 123RF

Une personne érotomane est affectée par l'illusion délirante d'être aimée par une autre personne. Chaque parole, regard, compliment, like sur les réseaux sociaux, élan de gentillesse de celle-ci est perçu comme un signal d'amour. Problème : cet amour est infondé, fictif, imaginaire et bien entendu non partagé. Autrement dit, elle s'invente un monde dans lequel l'autre l'aime. Ce trouble de la personnalité touche très majoritairement les femmes qui ne se rendent pas compte de leur comportement. "Si cela peut paraître au premier abord flatteur d'être convoité, un comportement érotomane peut véritablement détruire la vie de la victime, d'où l'importance de ne pas alimenter cet amour fictif et de sortir rapidement de ce piège", alerte d'emblée Valérie Grumelin, psychanalyste.

1. L'érotomane a tendance à se présenter en victime

L'érotomane a tendance à se victimiser, à exposer très largement ses problèmes personnels et à rechercher la pitié de son interlocuteur. Elle prononce généralement des phrases du style "Personne ne m'aime", "je ne tombe jamais sur des personnes gentilles", "d'habitude personne ne me comprend", "je n'ai pas eu de chance dans ma vie"... Cela peut ressembler à la dépendance affective, à la différence que dans l'érotomanie, les deux sujets ne sont pas dans une relation amoureuse. "L'érotomane est une personne qui n'a jamais reçu d'amour ou du moins qui a reçu "un mauvais amour". Elle n'a pas reçu suffisamment d'estime, d'attention ou de bons messages sur elle-même. Il y a donc eu un manque affectif considérable. Cette carence va avoir un impact dans sa vie. Ainsi, le jour où elle rencontre quelqu'un qui va lui faire un sourire, un regard, une gentillesse, un compliment, elle va l'interpréter comme une déclaration d'amour", décrit Valérie Grumelin. Elle va se sentir unique, exceptionnelle et aimée. Dans son système de pensée, tout converge vers l'amour. Hommes publics, médecins, psychologues, commerçants, travailleurs dans le social... Toutes les personnes qui ont une importance au niveau de l'écoute et qui sont dans l'empathie sont des cibles idéales pour les érotomanes. 

2. L'érotomane est exagérément intrusif(ve)

A partir du moment où elle s'est mise dans la tête que l'autre est amoureux, la personne érotomane est enfermée dans un système de valeurs qu'elle refuse de remettre en cause. Elle ne met aucune distance, trouve toujours des prétextes pour revoir sa "cible", se manifeste de plus en plus, multiplie les messages, les entrevues, devient indiscrète ou impudique. Elle peut par exemple attendre la personne en bas de son travail, en bas de chez elle si elle sait où elle habite, l'appeler plusieurs fois par jour, revenir fréquemment dans la boutique ou dans le cabinet médical si "la cible" est un commerçant ou un médecin. En somme, elle est "demandeuse". 

Au bout de 2-3 interactions qui n'ont pas lieu d'être, il faut se méfier.

Au début, la personne "ciblée" peut se sentir flattée ou troublée et ne pas remarquer qu'elle a affaire à une personne érotomane. Elle ne sait pas que ses paroles ou ses actes sont mal interprétés par l'érotomane. "C'est normal car quand est au début d'une interaction sociale, on ne sait pas quel est le degré de l'estime de l'autre et combien elle est bien ou mal dans sa peau. On ne peut pas se rendre compte que l'enjeu est aussi grave. Puis, au fur et à mesure des interactions, la cible peut se sentir mal à l'aise et commencer à ressentir une forme d'oppression voire de harcèlement. Ce jeu "malsain" peut d'ailleurs durer des mois voire des années. En fait, on peut dire que l'érotomane et sa cible sont tous les deux des victimes de cet amour fictif. 

Alors, pour éviter d'alimenter cette relation unilatérale, il faut rapidement mettre des limites pour ne pas faire durer la désillusion trop longtemps. Au bout de 2-3 interactions qui n'ont pas lieu d'être, il faut se méfier. Il ne faut pas laisser la place au moindre doute, à la moindre ambiguïté. Il faut lui expliquer que vous êtes gentil avec tout le monde, qu'elle n'a pas de traitement de faveur particulier". Vous pouvez dire par exemple "Je suis avec vous comme je suis avec les autres", "je ne vous drague pas", "je suis désolée que vous ayez mal compris mes intentions". Surtout, il faut éviter de couper tout contact sans lui avoir expliqué au préalable votre position. 

3. L'érotomane peut être agressif(ve)

Une fois qu'elle s'aperçoit que l'amour n'est pas réciproque, l'érotomane tombe de très haut et peut entrer dans un état de rage, développant un sentiment d'échec et de désillusion. Selon Valérie Grumelin, "certaines érotomanes sont dans une telle colère qu'elles seraient prêtes à se venger, l'autre devenant l'objet d'une profonde haine ou la cause de tous ses malheurs. Heureusement, dans la plupart des cas, au bout d'un moment, l'érotomane tombe de son nuage, mais finit par prendre conscience de son interprétation fallacieuse. Pour y parvenir, elle peut avoir besoin de consulter un professionnel de santé (psychologue...) qui va l'aider à retrouver une estime de soi. Mais parfois, et particulièrement si ça dure trop longtemps, elle peut céder à la dépression, à la rancune démesurée ou à des conduites agressives" : harcèlement extrême, menaces suicidaires voire de façon très exceptionnelle des actes irréparables.

Autour du même sujet