L'épilation du maillot n'est pas sans risque

Selon une étude niçoise, l'épilation du pubis favoriserait l'apparition d'un virus très contagieux, appelé Molluscum contagiosum.

L'épilation du maillot n'est pas sans risque
© pressmaster - Fotolia.com

L'épilation intégrale du pubis ou du maillot est aujourd'hui assez répandue. Pourtant, elle n'est pas anodine. Alors que des démangeaisons, des sensations de brûlures ou encore l'apparition de champignons sont parfois décrits, une équipe de dermatologues français vient de montrer que l'épilation intégrale pourrait favoriser les poussées locales de Molluscum contagiosum. L'étude, menée sur 30 patients (6 femmes et 24 hommes) ayant consulté pour ce motif entre janvier 2011 et mars 2012, révèle que la grande majorité (93%) avait fait une épilation. Parmi eux, 70 % avaient utilisé un rasoir, 13 % une tondeuse et 10 % de la cire. Dans 10 cas, il existait d'autres types d'infections cutanées : poils incarnés, folliculites, kystes et cicatrices.
Le Moluscum contagiosum, qui se manifeste sous forme de petits boutons, se propage d'un point à l'autre du corps par grattage et est extrêmement contagieux d'une personne à une autre, par simple contact ou suite à un rapport sexuel. "Il semblerait que le micro-traumatisme lié à l'épilation dans cette zone sensible favorise l'apparition de ce virus", a expliqué l'auteur de l'étude, le Dr Desruelles, au quotidien Metro.
Les adeptes de l'épilation intégrale sont prévenus. Au minimum, si vous tenez à porter un maillot de bain échancré cet été, évitez la pince à épiler ou le rasoir. Pour de meilleures conditions d'hygiène, adressez-vous à un professionnel qualifié dans un centre esthétique ou dermatologique.

Sources : BMJ, 18 mars 2013.

 

L'épilation du maillot n'est pas sans risque
L'épilation du maillot n'est pas sans risque

L'épilation intégrale du pubis ou du maillot est aujourd'hui assez répandue. Pourtant, elle n'est pas anodine. Alors que des démangeaisons, des sensations de brûlures ou encore l'apparition de champignons sont parfois décrits, une...