Les allergies aux pollens déjà de retour en janvier

Nez qui coule, conjonctivite... Tous les départements français sont placés en vigilance jaune pour les allergies aux pollens en ce mois de janvier 2023. Infos et carte des risques d'allergie.

Les allergies aux pollens déjà de retour en janvier
© gpointstudio-Adobestock

La douceur des températures de ce début d'année 2023 a favorisé la floraison des arbres et avec celle-ci le retour des allergies aux pollens en France. Un retour très précoce puisque ces allergies commencent généralement à partir de février avec les pollens de cyprès. Le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) a placé tous les départements français en vigilance jaune qui correspond à un risque allergique moyen dans son bulletin du 17 janvier. "Des records ont été enregistrés dans l'Est" a indiqué Samuel Monnier du RNSA à Europe 1 le 16 janvier. "À Strasbourg, on a eu 3 000 pollens de noisetiers comptabilisés sur une semaine, c'est vraiment assez exceptionnel qu'il y en ait autant pour un début janvier" a-t-il ajouté.

Carte allergie pollen par département en France 2023
Carte allergie pollen par département en France 2023 © RNSA

Le retour d'un temps plus froid et humide cette semaine sur le pays vient apporter un peu de répit aux allergiques. 

► Les noisetiers (bétulacées), qui peuvent libérer leurs pollens allergisants dès 5 degrés, sont déjà en pleine floraison. Le noisetier ne craint pas le froid et les allergiques doivent donc rester très prudents.

► Le risque d'allergie sera de niveau faible pour les pollens d'aulne (bétulacées) et les pollens de frêne qui sont moins abondants que les pollens de noisetier.

► Le risque d'allergie sera de niveau moyen sur le pourtour Méditerranéen pour les pollens de Cupressacées-Taxacées et de frêne qui sont en augmentation et sont très allergisants. 

► Dans le sud-ouest du pays, le cocktail des pollens de Cupressacées (cyprès), frêne, aulne et noisetier fera monter le risque d'allergie au niveau moyen.

Attention en revanche au vent fort annoncé sur une grande partie du pays qui favorisera la dispersion des pollens dans l'air et aggravera les symptômes comme les conjonctivites notamment. La pollution atmosphérique pourra exacerber les allergies aux pollens dans certaines grandes villes alerte le RNSA..