Les marques parlent aux lectrices
Publi-information

"Résistance aux antibiotiques : nous pouvons nous mobiliser pour agir ensemble !"

Chargement de votre vidéo
""Résistance aux antibiotiques : nous pouvons nous mobiliser pour agir ensemble !""

L'antibiorésistance est l'une des dix plus grandes menaces pour la santé mondiale selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS)1. Mais nous pouvons – et devons – tous agir au quotidien pour enrayer la croissance de ce phénomène, comme nous l'explique An Van Gerven, directrice de l'activité anti-infectieuse chez Pfizer France.

Qu'appelle-t-on " antibiorésistance " ?

L'antibiorésistance, ou résistance aux antibiotiques, consiste pour une bactérie à développer des mécanismes de défense qui lui permettent d'échapper à l'action de ces médicaments2.

An Von Gerven, directrice de l'activité anti-infectieuse chez Pfizer France. © Pfizer

Une défense qui inactive l'effet des antibiotiques. Le déploiement de mécanismes de résistance aux antibiotiques est certes un phénomène de défense naturelle, mais l'acquisition de ces résistances par les bactéries est fortement favorisée par l'utilisation répétée d'antibiotiques et leur mésusage2.

À quoi sommes-nous exposés si nous ne faisons rien ?

Il faut considérer la question de l'antibiorésistance dans une perspective One Health (concept que l'on peut résumer par " une seule santé, une seule planète ") qui associe la santé humaine, la santé animale et l'environnement. Si nous n'agissons pas solidairement à l'échelle mondiale, les antibiotiques seront de moins en moins efficaces, et de plus en plus de patients pourraient se retrouver en situation d'impasse thérapeutique. L'enjeu est autant collectif qu'individuel. Aujourd'hui, en France, les infections causées par des bactéries résistantes touchent plus de 120 000 personnes et provoquent plus de 5 500 décès par an3. Les prévisions sont de 238 000 décès en France3 et de 10 millions de décès dans le monde d'ici 2050 si nos comportements ne changent pas4.

Que faire à notre échelle ?

Nous pouvons agir tous ensemble pour ralentir la diffusion de l'antibiorésistance. 90 % des antibiotiques sont utilisés en médecine de ville5 pour soigner des infections de la vie quotidienne comme des otites, des infections urinaires, ou encore des angines bactériennes. Nous sommes donc tous concernés et avons un rôle à jouer chaque jour pour participer à enrayer le phénomène. Les bons comportements à adopter sont simples (voir encadré ci-dessous).

À vous d'agir !

Les bons gestes pour utiliser les antibiotiques de façon raisonnée et participer ainsi à lutter contre l'antibiorésistance

1- Je prends les antibiotiques selon la posologie et la durée prescrites par le médecin6

Pourquoi ? Arrêter un antibiotique avant la fin de la durée du traitement ou réduire la dose, car on se sent mieux, diminue l'effet de l'antibiotique et donne l'opportunité aux bactéries de développer des résistances. Certains mécanismes de résistance peuvent ensuite se transmettre entre bactéries par échange de matériel génétique, par exemple, favorisant la pérennité des résistances dans l'organisme, notamment dans le microbiote7.

2- Je n'utilise pas d'antibiotiques en automédication

Pourquoi ? Toutes les infections ne justifient pas un tel traitement. Si l'infection n'est pas d'origine bactérienne, prendre des antibiotiques est inadapté et augmente le risque que les bactéries présentes naturellement dans votre corps ne développent des résistances. Seul votre médecin peut déterminer si des antibiotiques sont nécessaires, si besoin en pratiquant un test pour différencier infection virale et infection bactérienne8.

3- Je ne réutilise pas de boîtes d'antibiotiques entamées6

Pourquoi ? Seuls les médecins peuvent déterminer si un traitement par antibiotiques est nécessaire et choisir la famille d'antibiotiques adaptée à chaque patient et au profil de l'infection8.

4- Je ne prends pas d'antibiotiques prescrits à une autre personne6

Pourquoi ? Les antibiotiques sont scrupuleusement choisis par le médecin en fonction de l'infection identifiée et de chaque personne. Chaque traitement, dans sa durée et dans sa posologie, est pensé selon la spécificité de l'infection et du profil du patient. Les prescriptions sont donc individualisées et ne sont pas échangeables8.

5- Je rapporte à la pharmacie les antibiotiques non utilisés

Pourquoi ? Cela évite l'automédication. Par ailleurs, les médicaments ne doivent pas être jetés comme des denrées alimentaires classiques en raison du risque d'impact sur l'environnement, les sols, les eaux usagées… Il est important de rapporter les boîtes d'antibiotiques entamées à la pharmacie, qui les collecte et les détruit dans le cadre d'un circuit spécifiquement prévu à cet effet.

6- Je tiens mes vaccinations à jour6

Pourquoi ? Le vaccin est la meilleure arme pour éviter les infections. Il est essentiel de tenir ses vaccinations à jour afin de limiter la circulation des infections et d'envisager une médecine plus préventive, moins curative, pour la santé du plus grand nombre.

RÉFÉRENCES  

  1. Nations Unies, Les 10 menaces pour la santé mondiale en 2019 selon l'OMS https://unric.org/fr/les-10-menaces-pour-la-sante-mondiale-en-2019-selon-loms/ (site consulté le 15/01/2021)
  2. Ministère des Solidarités et de la Santé, L'antibiorésistance, pourquoi est-ce si grave ? https://solidarites-sante.gouv.fr/prevention-en-sante/les-antibiotiques-des-medicaments-essentiels-a-preserver/des-antibiotiques-a-l-antibioresistance/article/l-antibioresistance-pourquoi-est-ce-si-grave (site consulté le 29/07/2020)
  3. Ministère des Solidarités et de la Santé , Une menace sanitaire et économique, https://solidarites-sante.gouv.fr/prevention-en-sante/les-antibiotiques-des-medicaments-essentiels-a-preserver/des-antibiotiques-a-l-antibioresistance/article/une-menace-sanitaire-et-economique (site consulté le 29/07/2020)
  4. Ministère des Solidarités et de la Santé, Dossier d'information, semaine mondiale pour le bon usage des antibiotiques, 2018
  5. Antibioresistance, tous les acteurs mobilisés – Santé Publique France, novembre 2019
  6. OMS – Resistance aux antibiotiques – Principaux faits – 2020, https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/antibiotic-resistance (site consulté le 11/01/21)
  7. Génétique bactérienne, Medecine Sorbonne Université, http://www.chups.jussieu.fr/polys/bacterio/bacterio/POLY.Chp.2.2.html (site consulté le 12/1/21)
  8. HAS - Principes généraux et conseils de prescription des antibiotiques en premier recours, https://www.has-sante.fr/jcms/c_1723138/fr/principes-generaux-et-conseils-de-prescription-des-antibiotiques-en-premier-recours (site consulté le 11/01/21)

PP-GIP-FRA-2261