Refoulement : définition, mécanisme, symptômes

Le refoulement est un processus psychique inconscient qui permet de repousser tout ce qui semble inacceptable pour l'esprit conscient. Quel est le mécanisme du refoulement ? Les symptômes ? Quels conséquences et dangers ? Les réponses avec Geneviève Abrial, psychanalyste.

Refoulement : définition, mécanisme, symptômes
© golubovy-Adobestock

Définition : qu'est-ce que le refoulement en psychologie ?

Le refoulement est un processus psychique inconscient et normal qui est employé tout le temps par le psychisme et qui va repousser et maintenir hors du conscient des pensées, des images, des souvenirs, des émotions jugés par le moi comme inacceptables : "Le moi se défend contre l'arrivée de quelque chose en le refoulant dans l'inconscient : des pensées dérangeantes, des souvenirs perturbants, des émotions… C'est un moyen de défense pour se protéger contre la culpabilité, la souffrance, le mauvais jugement sur soi-même…", souligne Geneviève Abrial; psychanalyste. La théorie du refoulement n'est pas une question simple puisqu'elle dépend de l'idée, pas toujours bien consciente, que nous nous faisons de l'inconscient, de ce qui est inconscient ou encore de ce qui se passe inconsciemment : des souvenirs auxquels on ne peut accéder par exemple.

Cause : comment expliquer le mécanisme de refoulement ?

Le refoulement permet d'enfouir dans l'inconscient, des événements individuels mais aussi des événements collectifs trop difficiles à vivre.

Afin de comprendre comment fonctionne le refoulement, il convient donc de revoir la conception qu'avait Sigmund Freud de l'esprit. Pour lui, le psychisme est un peu comme un iceberg : le sommet que l'on peut voir au-dessus de l'eau représente l'esprit conscient ; la partie submergée sous l'eau mais qui reste encore visible, est le préconscient ; la majeure partie de l'iceberg, qui se trouve sous la ligne de flottaison, et qui est invisible, c'est l'inconscient. C'est ce dernier qui a un impact très puissant sur la personnalité. "Freud a mis très rapidement en lumière que ses patients ne pouvaient pas accéder à certains affects, désirs, certaines images du passé, qui demeuraient inaccessibles et qui ne pouvaient apparaître qu'à travers des symptômes, des lapsus, des actes manqués et/ou dans leurs rêves", note Geneviève Abrial. Le refoulement permet donc de mettre de côté, d'enfouir dans l'inconscient, des événements individuels mais aussi des événements collectifs trop difficiles à vivre.

Quels sont les symptômes d'un refoulement ? 

Un symptôme est l'expression d'un refoulement : il va représenter, exprimer ce qui a été refoulé. "Ce qui est souvent refoulé, ce sont les émotions, les sensations du corps", souligne-t-elle. Ce qui est refoulé ne peut pas être vécu par le moi. A ce moment-là, il y a un clivage et pour continuer à vivre, à survivre, le mécanisme de refoulement se met en place, la personne va scinder cet événement en le refoulant. Une personne ayant subi des abus sexuels durant l'enfance, va avoir partiellement ou totalement oublié, refoulé ses ces actes. "Les abus sexuels sont souvent réalisés par un proche de l'entourage, ainsi les sensations du corps, l'amour et l'effroi vont être refoulées en raison de l'effroi vécu. L'enfant comprend qu'il est objet à ce moment-là, qu'une contradiction s'est installée dans cette relation avec l'adulte. Le refoulement ne peut pas être parfait et à un moment où un autre il va chercher à s'exprimer", explique Geneviève Abrial.
L'expression du refoulement est souvent assez contradictoire : la personne cherche à travers un comportement qui peut être excessif à se protéger. Voici quelques exemples de symptômes de refoulement : "Un enfant qui tout à coup se lave beaucoup, beaucoup les mains, de façon compulsive : que lui est-il arrivé ?  Qui le fait se sentir sali ? Et qu'il ne peut pas dire autrement ?" Une personne qui grossit d'un coup, qui prend 20 à 30 kg et qui va à la fois mettre de l'espace entre elle et les autres mais montrer aussi par son apparence qu'elle existe. Cela peut être le résultat d'une agression physique ou psychologique".

Quels conséquences et danger d'un refoulement ?

Refouler est une défense naturelle en soi, le refoulement peut s'introduire dans la réalité pour se faire connaître, pour se faire comprendre : "Quand quelque chose de vital est touché et que le refoulement est important, cela peut se traduire par un comportement excessif de mise en danger de la personne : par exemple, certaines addictions peuvent bouleverser le quotidien, la vie et poussées à leur extrême, être dangereuses", ajoute-t-elle.

Peut-on lutter contre et comprendre le refoulement ?

Le refoulement est un mécanisme psychique qui permet de mettre de côté et de dépasser des événements. Il remonte au conscient de façon déformée, à travers les rêves, les symptômes et c'est la compréhension de ces symptômes qui vont permettre de leur donner du sens et les apaiser. L'inconscient va s'enrichir de ce qui est refoulé et permettre à l'individu de disposer d'un mécanisme de défense et d'une énergie pour passer à autre chose pour construire son propre imaginaire. "On ne lutte pas contre le refoulement, on essaie de le comprendre. Le refoulement s'inscrit dans la construction du moi", insiste Geneviève Abrial. Le refoulement des désirs peut s'expliquer chez un jeune enfant qui est en général dans un mécanisme très fusionnel avec ses parents et qui va apprendre à gérer ses désirs : "Il veut manger une glace tout de suite… On lui dit "non". Il est en colère… mais petit à petit, il va transformer cette colère en quelque chose d'imaginaire. Il va se calmer et comprendre qu'il ne peut pas réclamer en permanence. Il enrichit ainsi son inconscient par de l'imaginaire et c'est cette distance avec ses désirs qui vont le faire évoluer. L'enfant grandit et il est ainsi moins dans l'immédiateté des désirs", conclut G. Abrial.

Merci à Geneviève ABRIAL, psychanalyste, à Paris (VIIIe).

Psycho