Modestie et humilité : définition, signes, différences...

L'humilité et la modestie sont des sentiments ou des états d'esprit contraires à l'orgueil ou à l'autosuffisance. Ce sont de vrais atouts sociaux. Comment reconnaître une personne modeste ? Faire preuve d'humilité dans son quotidien ? Définition et signes de ces deux qualités avec notre experte psychologue.

Modestie et humilité : définition, signes, différences...
© deagreez - 123RF

"L'humilité est la modestie de l'âme, c'est le contrepoison de l'orgueil", disait Voltaire. L'humilité et la modestie sont des attitudes voisines. Elles empêchent l'orgueil par la conscience de ses propres limites et la retenue dans le regard que l'on porte sur soi-même. Il s'agit bien là de qualités qu'il ne faut pas confondre avec le sentiment d'illégitimité et le manque de confiance en soi. Comment faire preuve d'humilité ou de modestie dans sa vie quotidienne ? Quels sont les avantages de ces deux sentiments ? Le point avec Johanna Rozenblum, psychologue clinicienne.

Définition : qu'est-ce que l'humilité et la modestie ? 

L'humilité est un état de conscience et la modestie en est la manifestation sociale

"L'humilité est souvent perçue comme une qualité noble. C'est une forme de conscience aiguisée de ses propres limites qui permet d'éviter l'orgueil, la suffisance, la vanité au profit de la modestie. Ainsi, l'humilité est un état de conscience et la modestie en est la manifestation sociale", distingue Johanna Rozenblum, psychologue clinicienne. L'humilité est profonde tandis que la modestie est sa manifestation extérieure.

Quels sont les bienfaits de l'humilité et de la modestie ? 

"Modestie et humilité permettent toutes les deux de tempérer nos affects, de réussir à se remettre en question et d'éviter les certitudes stériles. Elles permettent d'apprendre, de se remettre en cause et d'essayer de mettre une situation à sa juste place. L'humilité, comme la modestie tempèrent", explique notre interlocutrice. Socialement, l'humilité et la modestie sont de véritables atouts et des facilitateurs dans les relations avec autrui. Elles permettent en amour, en amitié ou en entreprise, de se remettre en question, de reconnaître ses erreurs mais aussi de reconnaître les qualités et les réussites des autres. 

Quels sont les signes d'une personne est humble et modeste ?

"Les personnes humbles ont conscience du chemin qu'elles ont à parcourir au cours de la vie, de leurs limites et donc de leurs défaillances. C'est ce qui pousse à se réécrire, à apprendre. C'est ce qui invite au mouvement et permet de sortir des certitudes qui nous figent. Enfin, la modestie évite l'arrogance et le narcissisme qui sont des freins au développement personnel", développe la psychologue. Une personne humble ne sera ni orgueilleuse, ni égocentrique ni méprisante à l'égard d'autrui mais sera prête à s'améliorer, à continuer à apprendre et à entendre et écouter autrui.

Manque de modestie : quelles causes et conséquences ?

L'humilité est un trait de la personnalité qui n'est pas toujours suffisamment valorisée

Selon Johanna Rozenblum, le manque de modestie est souvent présent chez les personnes qui la perçoivent comme une faiblesse. "Nous sommes baignés dans des croyances qui valorisent l'assurance, la détermination comme les critères nécessaires à l'écriture d'une trajectoire professionnelle stable ou vertueuse par exemple. C'est une méconnaissance des vertus de l'humilité qui permet de se rendre compte du chemin que l'on doit parcourir et de ce que les autres ont à nous apporter", explique-t-elle. L'humilité est un trait de la personnalité qui n'est pas toujours suffisamment valorisée. On peut manquer d'humilité car c'est une valeur qui n'a pas été inculquée dans l'enfance ou par peur d'être perçu comme faible, par peur de ne pas être respecté.

Trop de modestie : quelles causes et conséquences ?

L'humilité et/ou la modestie ne sont pas des aveux de faiblesse ou un manque de confiance en soi. Elles permettent d'avoir conscience de ses limites et des ses défauts mais aussi de ses forces et de ses compétences en toute objectivité. Johanna Rozenblum précise : "la modestie pathologique n'existe pas, on parlera plutôt de 'sentiment d'illégitimité'. Ce sentiment est, lui, contrairement à la modestie un frein conséquent dans la prise de décision. Cela peut devenir un handicap quand, persuadé de son incapacité, on finit par se priver, éviter ou renoncer".

Comment être plus humble ?

"Sortir de ses certitudes, s'ouvrir aux autres, à d'autres parcours, à d'autres point de vue. Réaliser que l'on n'a jamais fini d'apprendre et de comprendre...", tout ceci peut mener vers davantage d'humilité. "Mais en général, la vie se charge tôt ou tard de nous le prouver", conclut notre experte. Ainsi le vécu, les obstacles et les trajectoires personnelles – ce qui constitue en somme l'expérience - comptent pour beaucoup dans le degré d'humilité et de modestie d'un individu, en plus de son éducation et de son environnement.

Merci à Johanna Rozenblum, psychologue clinicienne. 

Psycho