Borderline : quels sont les traits de cette personnalité ?

Le trouble de la personnalité borderline est peu connu mais fréquent et mérite une prise en charge adaptée pour éviter les crises et l'isolement. Quelle est sa définition ? Ses symptômes ? Ses traitements ? Réponses avec le Dr Jean-Victor Blanc, psychiatre.

Borderline : quels sont les traits de cette personnalité ?
©  hbrhs-123RF

Définition : qu'est-ce qu'un trouble bordeline ?

La trouble de la personnalité borderline, aussi appelé "état limite" ou "personnalité émotionnellement labile" touche entre 0,5 à 5,9 % de la population générale, hommes et femmes de manière égale et apparaît après l'adolescence. Comme pour tous les troubles de la personnalité, ses traits sont permanents et stables. Ce trouble est caractérisé par une grande instabilité émotionnelle ainsi qu'une impulsivité et touche la personne dans ses relations interpersonnelles ainsi que dans son image de soi.

Signes d'un trouble bordeline

"Aucun symptôme n'est spécifique au trouble borderline de manière isolée" explique le Dr Jean-Victor Blanc, psychiatre. "Mais, leur association et le fait qu'ils engendrent une souffrance pour l'individu signent le trouble borderline." Au niveau émotionnel, "l'humeur est sujette en permanence à un grand huit, passant de la colère noire à l'extase euphorique dans la même journée, voire d'une heure à l'autre" expose le Dr Blanc. Contrairement au trouble bipolaire avec lequel on peut parfois le confondre, ces variations d'humeur sont très fugaces et ne persistent pas dans le temps. "Un sentiment très particulier de "vide interne", difficilement verbalisable, est souvent présent et très angoissant pour les personnes atteintes" ajoute le psychiatre.

  • Au niveau relationnel, le trouble borderline est marqué par une grande insécurité intérieure dans les relations personnelles avec une peur de l'abandon souvent très présente. "Les relations aux autres sont à vif, en "tout ou rien" explique le Dr. Blanc. Cette hypersensibilité et le caractère entier créent des tensions qui peuvent être difficiles pour l'entourage, évoquant l'isolement des personnes atteintes du trouble bordeline. Dès lors, les relations affectives, amicales et professionnelles sont ponctuées de tensions, de clashs, de ruptures et de changements fréquents."
  • Au niveau comportemental, l'instabilité se manifeste par une grande impulsivité qui joue sur les choix de vie (travail, vie sentimentale…) mais affecte également le quotidien. "L'une des facettes de cette impulsivité est le recours fréquent à l'automutilation" signale le Dr Blanc. Et d'ajouter : "Les scarifications surviennent sans but suicidaire mais pour apporter un soulagement à une tension intérieure que les patients n'arrivent pas à gérer autrement, elles sont source d'une grande culpabilité." Les troubles du comportement alimentaire, notamment crises de boulimie suivies de vomissement et l'usage d'alcool et de substances psychoactives sont également fréquents. "Ce cocktail explosif rend souvent le quotidien des patients atteint épuisants."

Quelles sont les causes ?

"L'enfance des patients est très souvent marquée par des traumatismes, une négligence ou un carence affective, des violences physiques, verbales ou sexuelles" note le Dr. Blanc.

Quand consulter ?

Il convient de consulter dès qu'il y a une souffrance. Dans l'idéal, il faudrait pouvoir consulter avant qu'il y ait des conséquences négatives dans la vie des personnes atteintes comme l'installation d'une dépendance, ou des passages à l'acte suicidaires.

Le diagnostic ne peut être posé qu'à l'âge adulte,

Qui consulter ?

Le médecin psychiatre est le spécialiste le plus à même de faire le diagnostic et proposer une prise en charge. Comme tous les troubles de la personnalité, le diagnostic ne peut être posé qu'à l'âge adulte, lorsque les traits de personnalité sont stables dans le temps. Ce sont souvent la détresse ressentie et les troubles du comportements, comme les scarifications, qui vont motiver la consultation. 

Quels traitements ?

La prise en charge des patients atteints du trouble borderline repose sur 3 axes :

  • La psychothérapie, notamment les approches cognitivo-comportementales et psychanalytique. "La thérapie des schémas est efficace et recommandée" précise le Dr Blanc, car "elle intègre des aspects de ces deux approches". Un suivi rapproché est souvent nécessaire.
  • Le traitement médicamenteux qui peut aider à diminuer l'impulsivité, l'anxiété ou traiter une dépression associée. Il n'y a pas de médicament spécifique pour traiter le trouble borderline, il s'agit simplement d'apaiser les symptômes les plus gênants et en cela permettre la psychothérapie.
  • La prévention des crises. "C'est l'axe essentiel car elles font partie de l'évolution du trouble. Quand ça ne va pas, savoir vers qui se tourner, quand et comment, permet d'éviter bien des situations compliquées. Expliquer le trouble à l'entourage est aussi essentiel." Enfin, pour les patients, nombreux, à présenter un trouble de l'addiction, il est nécessaire que celui-ci soit pris en charge.

Merci au Dr. Jean-Victor Blanc, psychiatre et auteur de "Pop & psy : comment la pop culture nous aide à comprendre les troubles psychiques" aux Éditions Plon.

Psycho