Comment réduire le stress, facteur de risque cardio-vasculaire ?

Le stress est l'un des facteurs de risque d'accidents cardio-vasculaire et les femmes seraient plus sensibles. Comment agit-il sur notre cœur ? La Journée Mondiale du Cœur est l'occasion de rappeler les bons gestes pour se protéger.

Comment réduire le stress, facteur de risque cardio-vasculaire ?
© 123rf_KasparsGrinvalds

"La corrélation entre le stress et les maladies cardio-vasculaires est aujourd'hui clairement démontrée", précise le Dr Jean-Pierre Houppe, cardiologue et expert en psychocardiologie, dans un communiqué de la Fédération Française de Cardiologie. En effet, la maladie d'un proche, des problèmes liés à une situation précaire, un événement inattendu, une dépression ou tout autre situation peuvent influer sur notre santé. En outre, le cœur et les artères des femmes seraient plus sensibles au stress. "De nombreuses femmes victimes d'un infarctus du myocarde se trouvaient dans des situations génératrices de stress", déclare le Pr Claire Mounier-Vehier, cardiologue et présidente de la FFC. Pour autant, il est possible d'agir sur les autres facteurs de risque cardio-vasculaire (tabac, activité physique régulière, alimentation saine...) pour lutter contre le stress. "Les maladies cardio-vasculaires sont des maladies du mode de vie et les combattre représente un réel enjeu de société" ajoute la cardiologue.

Le stress, un phénomène de société. Toutes les générations sont aujourd'hui stressées ! A commencer par les enfants, de plus en plus sujets au stress chronique. En cause, selon le Dr Frédéric Kochman, pédopsychiatre, l'alimentation et les écrans ! "Une alimentation déséquilibrée et trop riche en sucres rapides aura pour effet d'augmenter le niveau de cortisol, l'une des hormones du stress. Ensuite, la sur-consommation d'écrans, qui même chez les enfants de moins de 2 ans est une source de stress inquiétante. En effet, à cause de ce "baby-sitter" virtuel, ils n'apprennent pas à attendre, à écouter et à interagir avec les autres, et sont en général, deux fois plus anxieux", explique-t-il. Par ailleurs, en milieu professionnel, il n'est pas rare de voir des salariés sous pression. On distingue alors le burn-out (un état de fatigue émotionnelle, mentale et physique causé par un surmenage), le bore-out (déclenché par l'absence de travail et l'ennui qui conduisent à la frustration et l'insatisfaction) et enfin, le brown-out, qui correspond à un manque total d'énergie. Ces trois syndromes ont alors un impact sur la santé cardio-vasculaire (anxiété, isolement, fatigue, etc.).

Les mécanisme du stress sur le cœur © Fédération Française de Cardiologie

Comment préserver notre cœur ? La Fédération Française de Cardiologie livre ses recommandations pour lutter contre les effets du stress. Ainsi, une activité physique d'au moins 30 minutes par jour permet de réduire l'anxiété, le stress et la dépression. Une alimentation équilibrée aura un effet protecteur sur le déclenchement des maladies cardio-vasculaires, et enfin s'accorder du temps pour soi, pour se détendre et se faire plaisir est essentiel. La FFC propose également des méthodes qui permettent de réduire le stress par des exercices de respiration ou par le rire.

Lire aussi 

A l'occasion de la Semaine du Cœur, du 22 au 30 septembre 2018, 130 actions sont organisées dans toute la France. L'objectif : apprendre à se protéger contre les facteurs de risque cardio-vasculaire. Dépistages, conseils et informations, initiations aux gestes qui sauvent, conférences et rencontres avec des chercheurs sont au programme de cette semaine du Cœur. Plus d'infos sur le site www.fedecardio.org
Semaine du Coeur © Fédération Française de Cardiologie