Douleurs abdominales pendant la grossesse : que cachent-elles ?

Que ce soit lors du 1er mois, du 2e mois ou du 3e trimestre de grossesse, des douleurs ressenties dans la région abdominale et au niveau du bas ventre peuvent être liées à différentes pathologies plus ou moins sérieuses. Que révèlent-elles ? Comment les soulager ?

Pendant la grossesse, des douleurs ressenties dans la région abdominale et au niveau du bas ventre peuvent être associées à différentes pathologies parfois bénignes, parfois plus graves. Ces symptômes sont un motif suffisant de consultation médicale/gynécologique rapide afin de prévenir les complications qui peuvent mettre en danger les vies de l'enfant et de la mère. "C'est une source d'inquiétude courante chez les futures mères", souligne le Dr Sylvain Mimoun, gynécologue.

Symptômes : douleurs, saignements...

Les douleurs abdominales pendant la grossesse touchent une majorité des femmes enceintes, à différents stades de la grossesse. Elles se manifestent au niveau de l'abdomen, du bas ventre, ou de la région de l'utérus. Il s'agit la plupart du temps d'un "syndrome ligamentaire pelvien" bénin. Des douleurs lombaires peuvent y être associées.

"Si les douleurs apparaissent au cours du premier trimestre de la grossesse, elles peuvent faire craindre qu'une fausse couche se prépare", prévient néanmoins le praticien. Si elles se font ressentir après cette période, et notamment après le deuxième trimestre de grossesse, il sera nécessaire de mener des examens complémentaires, notamment une échographie. Dans tous les cas, la présence de saignements est un signe d'alerte supplémentaire qui doit vous amener à consulter.

Causes et pathologies associées : pré-éclampsie, torsion du kyste...

Hématome rétro-placentaire

L'hématome rétro-placentaire est une pathologie rare mais très grave qui survient après 20 semaines de grossesse (1% des femmes enceintes). Il engage le pronostic vital du fœtus (30% de mortalité) et de la mère (10% de mortalité). Une fois sur deux, il apparaît en début de travail (accouchement). Un tiers des hémorragies survenant au 3e trimestre sont d'ailleurs liés à un HRP. Apparaissent des douleurs abdominales soudaines et très intenses ("coup de poignard"), une sensation de rigidité/dureté de l'abdomen, des douleurs à la palpation et un état de choc dans les cas les plus sévères. " Par échographie, on parvient à l'identifier, à en connaître la taille et l'activité ", précise le gynécologue.

Accouchement prématuré

Un accouchement prématuré intervient avant 37 semaines d'aménorrhée (le terme normal est de 41 semaines d'aménorrhée). Si l'accouchement prématuré est très précoce, il engage le pronostic vital de l'enfant et peut entraîner des séquelles affectant son développement. Apparaissent des contractions de l'utérus (aiguës, régulières et prolongées), des douleurs périodiques et une modification de l'aspect du col de l'utérus. " Le but est d'arriver à ce que le bébé ne sorte pas avant six mois, voire vingt-six semaines. Avec les progrès de la médecine et les couveuses modernes, l'enfant peut très bien s'en tirer. Mais plus la grossesse se déroule dans le ventre de la mère, mieux ça ira pour l'enfant ", détaille Sylvain Mimoun.

Pré-éclampsie ou éclampsie

La pré-éclampsie est une pathologie qui se manifeste par une montée d'hypertension artérielle chez la mère, causant une mauvaise circulation du sang. Elle nécessite une surveillance médicale étroite, car elle peut être à l'origine d'un hématome rétro-placentaire ou d'une éclampsie. Surviennent alors des douleurs épigastriques (" en barre "), des nausées, vomissements, céphalées et des acouphènes. L'éclampsie, complication très grave mais rarissime de la grossesse concerne 1% des pré-éclampsies. Elle engage le pronostic vital de la mère (risque hémorragique notamment) et de l'enfant (50 à 80% de mortalité fœtale). Apparaissent alors des douleurs abdominales intenses, des nausées, vomissements, céphalées, et des œdèmes importants.

Torsion du kyste ovarien

La formation de kystes ovariens peut aussi entraîner des complications pendant la grossesse. L'une des plus courantes est la torsion du kyste de l'ovaire. "L'examen clinique repère une douleur intense. La patiente ne sait plus quelle position adopter", précise le gynécologue. Peuvent y être associées des nausées et vomissements et dans certains cas un état de choc.

Suivi de grossesse : en parler à sa sage-femme

"Pour la qualité de vie de la femme, et la survie de son enfant, il est primordial qu'elle soit suivie tout au long de sa grossesse. Et c'est là que peut intervenir positivement la sage-femme, en étant disponible, en la suivant et en allant régulièrement chez la patiente", explique le praticien. Si la sage-femme identifie des problèmes importants, elle adresse la patiente à un collègue gynécologue-obstétricien.

Traitements : comment soulager les douleurs abdominales ?

"Le bon traitement de la douleur, consiste à traiter la cause", insiste Sylvain Mimoun. Dans le cas d'une torsion d'un kyste ovarien, une intervention chirurgicale pourra être pratiquée pour inverser la torsion. Dans les cas d'un hématome rétro-placentaire ou d'une éclampsie, il faut encore une fois déterminer les causes afin de pouvoir agir. "S'il y a éclampsie, il n'est pas rare qu'en traitant l'hypertension de la mère, tous les symptômes disparaissent", ajoute-t-il. Et de conclure : "l'enjeu premier est toujours que la mère s'en sorte bien. Puis que la grossesse puisse se dérouler favorablement. C'est l'ordre des priorités".

Merci au Dr Sylvain Mimoun, gynécologue et sexologue.

Douleurs abdominales pendant la grossesse : que cachent-elles ?
Douleurs abdominales pendant la grossesse : que cachent-elles ?

Sommaire Symptômes Causes • Hématome rétro-placentaire • Accouchement prématuré • Pré-éclampsie, éclampsie • Torsion du kyste Suivi de grossesse Traitements Pendant la grossesse, des douleurs ressenties dans la...