Pertes blanches (leucorrhées) : qu'est-ce que c'est, quand consulter ?

Les pertes blanches, également appelées leucorrhées, sont des sécrétions vaginales physiologiques chez la femme. Leur apparition est tout à fait naturelle. Comment se manifestent-t-elles ? Quel est leur rôle ? Réponses.

Définition

"Le terme scientifique des pertes blanches est "leucorrhées" : il s'agit d'une glaire physiologique transparente à blanche", explique Philippe Deruelle, gynécologue et secrétaire général du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF). "Toutes les femmes ont des pertes blanches, qui varient en quantité et en texture selon les personnes et selon la période du cycle hormonal", précise-t-il.

Causes

Les pertes blanches sont fabriquées à l'intérieur du col de l'utérus. Elles sont souvent plus abondantes autour du 14e jour du cycle, au moment de l'ovulation. Elles permettent au vagin de se lubrifier. Souvent, pendant la grossesse, elles sont plus importantes. Avoir plus de pertes blanches n'est donc pas inquiétant.

Aspect : pertes blanches épaisses, "crémeuse" ou malodorantes ?

Les pertes blanches peuvent varier d'aspect. Elles peuvent être plus abondantes, colorées ou plus ou moins épaisses.

  • Si elles deviennent jaunâtres, notamment associées à des brûlures ou démangeaisons : c'est le signe d'une infection.
  • Si elles sont très blanches et ont l'aspect de lait caillé, cela peut être le signe d'une mycose.
  • Si elles deviennent verdâtres et ont une odeur désagréable (souvent associée à l'odeur de poisson), cela révèle un déséquilibre de la flore vaginale que l'on appelle vaginose. Les "bonnes" bactéries du vagin sont en trop faible nombre.

Quand consulter ?

Si les pertes vous paraissent anormales par rapport à vos habitudes ou plus abondantes, n'hésitez pas à aller consulter. Sans vous alarmer : la plupart du temps, les modifications de la glaire sont dues aux changements hormonaux ou à une pathologie tout à fait bénigne. Si vous ressentez une douleur, une brûlure, des démangeaisons ou des odeurs anormales, allez consultez un professionnel de santé. Ne paniquez pas à l'idée d'une tumeur du vagin : elles sont très rares, d'ailleurs en général, elles n'entraînent pas plus de pertes blanches. Les personnes les plus à risques sont âgées.

Traitement

Il n'y a pas de traitement contre les pertes blanches, dans la mesure où elles sont naturelles. En cas de pathologie, votre médecin vous prescrira un traitement sur ordonnance. Il est important de ne pas trop se faire de toilettes intimes, deux par jour maximum. "Évitez les douches vaginales et utilisez de préférence un savon au PH neutre", conseille le gynécologue Philippe Deruelle.

Merci au Dr Philippe Deruelle, gynécologue et secrétaire général du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF).