Au ski, prenez soin de vos genoux ! Premiers jours : surélever la jambe mais ne pas rester inactif

Vous n'avez pas réussi à éviter la chute et vous vous demandez ce qui vous attend dans les jours qui viennent ? Voici un petit aperçu des étapes post-cascade...

La première étape est évidemment la visite chez le médecin, souvent aux urgences. Celui-ci va poser le diagnostic après les examens nécessaires. "Ce qui a changé dans les dernières décennies, c'est qu'on n'opère plus systématiquement "en bas des pistes" (c'est-à-dire juste après l'accident), lorsqu'il y a rupture de ligaments, se réjouit Thierry Bouchet. C'est loin d'être toujours nécessaire." 

Dans un premier temps, le médecin va donc chercher à soulager la douleur et à diminuer le gonflement. Plusieurs moyens sont à disposition :

 Les antalgiques, pour commencer. "En France, on utilise surtout le paracétamol. Si cela ne suffit pas, il y a les dérivés morphiniques."

 Une poche de glace peut aider à résorber le gonflement. "On conseillera aussi au patient de surélever sa jambe quand il est assis ou allongé. Cela permet au sang de moins stagner." Pour aider, le médecin peut éventuellement prescrire des anti-coagulants, mais c'est à réfléchir, car s'ils permettent au sang de mieux circuler, ils risquent aussi d'empêcher l'hématome de se résorber rapidement.

 S'il s'agit effectivement d'une entorse, avec rupture de ligaments ou non, vous aurez peut-être une attelle à porter, afin d'éviter de solliciter l'articulation. "Elle peut être portée pendant plusieurs semaines. Cela dépend notamment du ligament qui est touché."

 Attention, cela ne veut pas dire que vous devrez rester allongé pendant des semaines. "Au contraire, il est recommandé de bouger et de vaquer à ses occupations, précise le Dr Bouchet. Cela évite que les muscles s'atrophient et cela facilite la circulation sanguine." Bien sûr, votre activité doit rester raisonnable, il ne faudrait pas que vous alliez aggraver les blessures ou, pire, vous faire une entorse à l'autre genou !

Sommaire