Tics : comment les reconnaître et les soigner ?

Le tic correspond à un mouvement musculaire incontrôlé et répétitif, qui concerne particulièrement les enfants, mais aussi les adultes. Ce sont souvent des tics du visage, particulièrement des yeux, mais ils peuvent également être moteurs. Signification de ce trouble, différences avec un toc, diagnostic et prise en charge pour soigner les tics.

Tics : comment les reconnaître et les soigner ?
© Bonita Cheshier - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'un tic ?

Les tics sont des mouvements répétitifs et incontrôlables d'une partie du corps, souvent du visage comme les yeux. Il ne s'agit pas d'une pathologie mais plutôt d'une mauvaise habitude. De 3 à 15 % des enfants sont concernés avec une nette prédominance chez les garçons. Ils apparaissent généralement entre 4 et 8 ans et évoluent favorablement en quelques semaines (tics transitoires) ou années (tics chroniques). Les mouvements sont rapides, répétés, parfois accompagnés d'agitation et concernent le sourcil, le nez, la joue ou l'épaule par exemple. Ils cessent durant le sommeil et peuvent être contrôlés volontairement pendant plusieurs minutes, particulièrement au cours d'activités physiques. La plupart du temps, le tic survient brutalement et échappe au contrôle de la volonté, mettant d'autant plus mal à l'aise. Ils apparaissent la plupart du temps dans des situations particulières d'émotion ou d'inquiétude et ne sont que temporaires.

Tics et Syndrome de Gille de la Tourette

Les tics peuvent être le symptôme d'une maladie rare appelée le "syndrome de Gilles de la Tourette", qui regroupe des tics sonores, et des mots grossiers et qui rend la vie sociale et familiale très douloureuse.

Tic : différence avec le toc

Contrairement aux TOCs (Troubles obsessionnels compulsifs), les tics ne sont pas associés à une obsession, c'est-à-dire une idée obsédante, et des compulsions comme des rituels. Un tic est un geste isolé sans l'idée obsédante.

Les tics peuvent aussi être transmis par mimétisme.

Causes

Les tics se manifestent généralement lors de perturbations passagères comme l'arrivée d'un bébé, le passage à la maternelle, le décès d'un proche, un stress ou un déménagement. Ces gestes inconscients lui permettent de décharger ses tensions et de l'aider à trouver son calme et son niveau d'attention. Un problème de maturité neuronale dans certaines régions du cerveau à cet âge pourrait expliquer leur disparition à l'âge adulte. Les tics peuvent aussi être transmis par un autre enfant, un frère, une sœur ou un parent par mimétisme.

Symptômes  

Les tics sont classés en moteurs ou vocaux, simples ou complexes :

  • Les tics simples se manifestent par des mouvements ou des sons soudains, brefs, et répétitifs comme un clignement des yeux, ou un raclement de gorge.
  • Les tics moteurs complexes se manifestent par des mouvements coordonnés, en séquence, ressemblant à des séquences motrices normales mais inappropriées par leur caractère intense et répétitif : des secousses répétitives de la tête, un balancement du tronc, toucher ou taper, sauter, répéter un gestuel fait par autrui (échopraxie), faire des gestes obscènes (copropraxie).
  • Les tics vocaux complexes se caractérisent par des productions sonores élaborées, mais placées dans un contexte inadapté : répétition de syllabes, atypies de langage, blocage, répétition de ses propres mots (palilalie), répétition de mots entendus (écholalie), prononciation de mots obscènes (coprolalie).

Les jeunes garçons entre 4 et 8 ans sont plus à risque de développer des tics

Personnes à risque

Les jeunes garçons entre 4 et 8 ans sont plus à risque de développer des tics, surtout s'ils traversent une période de stress ou de changement.

Diagnostic

L'histoire de l'apparition du tic, le tic en lui-même et les antécédents médicaux, y compris familiaux permettent de différencier le tic avec un Toc ou une maladie neurologique par exemple. En cas de doute, un EEG (électroencéphalogramme) peut être proposé.

Qui et quand consulter ?

En général, les tics disparaissent en quelques semaines ou quelques mois. S'ils perdurent pendant plus d'un an, ils peuvent devenir chroniques. Une consultation auprès d'un médecin (médecin traitant, pédiatre, neurologue ou psychiatre) s'impose si les tics sont rythmiques (balancements), qu'ils durent plusieurs mois, nuisent à la vie sociale ou à son estime de soi. S'ils sont accompagnés d'hyperactivité et de difficulté d'attention, une consultation auprès d'un médecin est aussi conseillée.

Traitements : soigner les tics, les enlever

L'évolution des tics est caractérisée par des phases d'accalmie et d'aggravation. Leur sévérité est généralement maximale entre 8 et 12 ans, il y a ensuite une amélioration, voire une rémission complète à l'âge adulte. Environ la moitié des enfants n'a plus de tic à l'âge adulte.

Comment réagir ?

Les tics sont des mouvements involontaires, il ne faut donc pas punir l'enfant ni le pénaliser du fait de ses tics. La réaction des parents face aux tics peut avoir une influence sur leur fréquence et leur évolution. Pour l'aider, il est préférable de se montrer patient et de ne pas lui demander d'arrêter mais d'essayer de découvrir ce qui provoque cette tension en l'incitant à exprimer ses émotions. En observant à quels moments les tics se manifestent il est possible d'explorer des activités pour évacuer la tension : jouer dehors, faire du sport, dessiner, peindre, chanter, faire des exercices de relaxation...

Un soutien psychologique est souvent utile

Aller voir un psy ? Prendre des médicaments ?

Un soutien psychologique est souvent utile, une thérapie comportementale peut être envisagée chez les plus grands. Le recours à un traitement pharmacologique reste exceptionnel. S'il est nécessaire, en cas de tics invalidants, un traitement par Clonidine est proposé en première intention. En cas d'hyperactivité et de troubles de l'attention, le méthylphénydate peut être proposé. Devant des troubles des conduites, la risperidone est souvent utile, et la sertraline en cas de TOCs envahissants.

Remèdes naturels ?

Pour faire disparaître les tics, il est préférable :

  • de limiter les sources de stress comme les stimulants (thé, café…),
  • d'adopter des techniques de relaxation (sophrologie, yoga, hypnose, méditation...),
  • de faire de l'exercice physique régulièrement (marche, natation, vélo, danse...).
  • Certaines plantes comme l'aubépine, la ballote, la griffonia, la passiflore, ou la valériane peuvent aider, tout comme l'homéopathie, et en particulier le Gelsenium ou l'Ignatia.

Les conseils du médecin 

N'hésitez pas à lui donner des balles antistress ou d'autres petits objets à manipuler afin de libérer son stress. Dans la grande majorité des cas, la détente, le plaisir, l'écoute sensible des préoccupations de votre enfant sont les meilleurs remèdes pour que les tics se résorbent.

Pour aller plus loin : Société française de pédiatrie

Tics : comment les reconnaître et les soigner ?
Tics : comment les reconnaître et les soigner ?

Sommaire Définition Tics et Gilles de la Tourette Tics et tocs : quelles différences ? Causes Symptômes Personnes à risque Diagnostic Qui et quand consulter ? Traitements • Attitude à adopter • Psy, médicaments ...

Symptômes et questions diverses