Diabète chez l'enfant : symptômes, diagnostic, traitements

Un enfant qui boit beaucoup, urine beaucoup, est fatigué... doit être surveillé parce qu'il peut être atteint d'un diabète. Le nombre d'enfants diabétiques continue d'augmenter en France, surtout de type 1 mais de plus en plus de type 2. Comprendre la maladie et apprendre à vivre avec, sur les conseils du Pr Fabrice Bonnet, diabétologue.

Diabète chez l'enfant : symptômes, diagnostic, traitements
© Andriy Popov - 123RF

Définition : qu'est-ce que le diabète ?

Le diabète est une affection qui va provoquer une élévation anormale de la glycémie dans le sang, touchant près de 250 millions de personnes dans le monde. Il existe deux formes de diabète. "Le diabète de type 1, ou insulino-dépendant, est une maladie auto-immune : les auto-anticorps vont aller détruire les cellules du pancréas synthétisant l'insuline (cellules bêta)", explique le Pr Fabrice Bonnet, diabétologue et endocrinologue à Paris. Cela va aboutir à un défaut de synthèse de l'hormone permettant de faire "entrer" le sucre de dans les cellules.

La majorité des enfants diabétiques sont atteints de ce diabète insulino-dépendant, qui se déclenche parfois très jeune. Le diabète de type 2, lui, est un diabète résistant à l'insuline, qui ne permet pas de faire "rentrer" le sucre dans les cellules. Il est provoqué par le surpoids et l'âge, c'est pourquoi il n'atteint que rarement les enfants. "Mais on voit de plus en plus de jeune adolescents qui en soit atteint. Ce sont souvent des jeunes défavorisés qui ont une très mauvaise alimentation", précise-t-il.

Symptômes

Le diabète de type 1 ou insulino-dépendant va entraîner un taux de sucre trop élevé dans le sang, ce qui est appelé hyperglycémie. Certains signes permettent de suspecter un diabète de type 1 chez l'enfant : "Si l'enfant boit beaucoup, urine beaucoup (polyurie), s'amaigrit malgré un appétit conservé et est fatigué, ce sont des signes qui doivent amener à consulter", explique le diabétologue. En effet, le diabète de type 1 doit être pris en charge rapidement : plus de 30% des enfants qui sont hospitalisés pour un diabète présentent déjà une acidocétose (déshydratation, vomissements, douleurs abdominales, malaise...), une complication importante de la maladie. Les signes de celle-ci sont les douleurs abdominales, des nausées et vomissements, une respiration rapide, des crampes et une anorexie. "Il faut donc rapidement traiter l'enfant, puisque ces symptômes peuvent évoluer vers un coma acidocétosique et parfois même entraîner la mort", alerte le docteur.

Causes

Si les causes du diabète de type 1 chez l'enfant sont inconnus, le nombre de jeunes diabétiques connaît une croissance annuelle de 4 % en France depuis 2010. Quelques hypothèses sont évoquées pur tenter d'expliquer ces chiffres, comme la présence d'une obésité de la maman au cours de la grossesse, même si elle ne présente pas de diabète ou encore un diabète de type 1 chez la maman, triplant ainsi le risque par 3 chez son bébé. D'autres théories sont avancées, comme un système immunitaire luttant moins contre les microbes en raison d'un environnement de plus en plus aseptisé.

Diagnostic

Certains signes cliniques existent, bien que le diabète soit une maladie silencieuse au début :

  • une sensation de soif très importante,
  • des envies d'uriner plus fréquentes, allant parfois jusqu'à faire pipi au lit.

Différents examens permettent de confirmer la présence d'un diabète : une glycémie capillaire montrant trop importante et une bandelette urinaire, qui met en évidence la présence de sucre dans les urines (glycosurie). En cas de positivité de ces 2 tests, un bilan sanguin plus approfondi sera réalisé et une hospitalisation de plusieurs jours pour confirmation diagnostic. "Par la suite, l'enfant et ses parents vont devoir changer leur mode de vie pour s'adapter au diabète", explique le médecin.

Traitement : traiter un diabète chez l'enfant

Le traitement comporte plusieurs étapes :

  • Premièrement, la famille doit être initiée aux règles hygiéno-diététiques indispensables à un bon équilibre du diabète.
  • Ensuite, elle doit s'adapter aux multi-injections d'insuline par stylo, à faire plusieurs fois par jour. "Cela peut perturber l'enfant dans sa vie quotidienne, c'est pourquoi, chez les jeunes enfants, il est conseillé de faire un traitement par pompe externe, qui permet de délivrer en continu l'insuline en évitant de sortir une injection, explique le médecin. Il n'y a donc pas besoin de solliciter une infirmière à l'école pour le faire".
  • Le type d'insuline (lente, intermédiaire ou rapide), ainsi que le dosage, sont déterminés par le médecin. Les insulines lentes ont un délai d'action assez long, les insulines rapides agissent rapidement. En cas de schémas avec injections, la surveillance rigoureuse de la glycémie est importante. En effet, les dosages d'insuline sont adaptés en fonction des glycémies constatées.
  • La mesure de la glycémie doit donc être faite plusieurs fois par jour, à l'aide d'un appareil spécifique (aussi appelé "dextro"). Les mesures doivent être conservées.
  • Enfin, les parents doivent connaître les signes évocateurs d'une complication.

Complications

Plus de 30% des enfants qui sont hospitalisés pour un diabète présentent déjà une complication importante de la maladie, l'acidocétose. Les complications au long cours du diabète sont nombreuses :

  • troubles de la vision,
  • neuropathies,
  • maladies rénales...

Elles aggravent le diabète et diminuent l'espérance de vie. Les complications sévères du diabète de l'enfant peuvent quant à elles nécessiter une hospitalisation en urgence. Elles doivent être repérées le plus précocement possible afin de les traiter rapidement et éviter leur aggravation. Les complications chroniques surviennent la plupart du temps au niveau des petits vaisseaux des yeux, des reins ou des nerfs provoquant ainsi une rétinopathie, une néphropathie ou une neuropathie. "La rétinopathie diabétique, maladie de la rétine, est l'une des principales complications du diabète. Elle peut même rendre aveugle", précise le spécialiste. En effet, le diabète est la première cause de cécité dans le monde occidental.

La néphropathie diabétique, elle, est due aux lésions des petits vaisseaux du rein. La présence de protéines dans les urines permet le plus souvent le diagnostic de la néphropathie lorsqu'aucune autre manifestation n'est décelée. La neuropathie, elle, est une atteinte des affections nerveuses. Il existe d'autres complications, comme les lipodystrophies, l'hyperglycémie matinale ou des troubles de la croissance.

Evolution

L'enfant atteint de diabète de type 1 devra prendre un traitement toute sa vie. "Cela demande évidemment un apprentissage et une adaptation. En effet, la maladie entraîne un risque d'hypoglycémie et de malaises, donc il faut d'adapter surtout pour les activités sportives, rappelle le professeur. Mais de nombreux progrès ont été fait pour le suivi des enfants. Les jeunes diabétiques de type 1 ont une vie plus facilité par rapport à ceux d'avant. Et on peut s'attendre, dans le futur, à des nouvelles innovations thérapeutiques, par exemple, on parle de pancréas artificiel qui évitera les injections d'insuline, ou de pompe à insuline améliorée". 

Pour les parents : Une fois le diagnostic posé, le quotidien des familles est "chamboulé" et nécessite une période d'adaptation, pendant laquelle le rôle des parents est déterminant. La famille et l'enfant doivent acquérir de nouveaux réflexes, tant d'un point de vue hygiéno-diététique que d'autosurveillance de la glycémie (lecture et compréhension des résultats, etc.) ou du traitement. Les contraintes qu'imposent le diabète et sa prise en charge doivent être comprises et acceptées : par exemple, l'usage d'une piqûre peut être perçue comme une "méchanceté". Il est donc essentiel que l'enfant saisisse que ce geste est bienveillant. Pour cela, il faut lui expliquer et le rassurer.

Alimentation

  • Il faut limiter les sucres rapides, "pas plus d'une les boissons sucrées ou d'un jus de fruit par jour".
  • Il faut limiter les excès de féculent : "les sucres lents sont aussi des sucres : il faudrait donc privilégier les pains complets ou les pains aux céréales qui ont un indice glycémique plus bas que les pains blancs, et les répartir en petites portions".
  • Il faut ainsi jouer sur l'indice glycémique des aliments, sans pour autant se priver, comme le rappelle le diabétologue : "on peut manger un peu de tout, sans se priver, mais sans excès. Le plus important est de faire attention à la quantité. Pas besoin de se priver totalement de bonbons, un de temps en temps pour éviter la frustration, ce n'est pas grave. J'ai des patients qui se sont privés toute leur vie et qui ont l'impression que le diabète a pourri leur vie, or, on peut bien vivre en ayant le diabète aujourd'hui tant qu'on ne fait pas d'excès. Une tarte de temps en temps, ce n'est pas un gros excès".

Merci au Pr Fabrice Bonnet, diabétologue et endocrinologue à Paris.

Diabète chez l'enfant : symptômes, diagnostic, traitements
Diabète chez l'enfant : symptômes, diagnostic, traitements

Sommaire Définition Symptômes Causes Diagnostic Traitements Complications Evolution Alimentation Définition : qu'est-ce que le diabète ? Le diabète est une affection qui va provoquer une élévation anormale de...