Hydrocution : que faire quand ça arrive, comment l'éviter ?

L'hydrocution est une forme de noyade provoquée par une immersion brutale dans l'eau froide. Conseils pour l'éviter, symptômes caractéristiques, que faire quand elle survient : réponses du Pr Christian Virenque, médecin urgentiste.

Hydrocution : que faire quand ça arrive, comment l'éviter ?
©  Gleb TV - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'une hydrocution ?

L'hydrocution est une forme de noyade provoquée par une immersion brutale dans l'eau froide. Un contact qui entraîne une diminution du diamètre des vaisseaux sanguins (mécanisme appelé "vasoconstriction"). "Il y a deux formes de noyades : la première résulte du passage de l'eau dans les voies aériennes et les poumons, et la deuxième - l'hydrocution ou la noyade syncopale- qui peut se produire la tête hors de l'eau, correspond à un arrêt cardio-circulatoire au contact de l'eau", explique le Pr Christian Virenque, médecin urgentiste. L'hydrocution est plus fréquente l'été, lorsque les températures sont très chaudes, plutôt entre midi et 16h. Les enfants, les personnes ayant des antécédents ou des maladies cardiaques et les personnes âgées sont les plus vulnérables. 

Symptômes d'une hydrocution

Une hydrocution se caractérise par une perte de connaissance ou "syncope" pouvant aboutir à un arrêt cardiaque. Certains signes annonciateurs d'une hydrocution peuvent vous alerter : 

  • Des démangeaisons
  • Des frissons
  • Des crampes
  • Des troubles auditifs ou visuels
  • Des maux de têtes qui apparaissent brutalement
  • Un état de fatigue soudain
  • Une pâleur sur le visage. 

Eviter l'hydrocution  à la mer, à la piscine

  • Entrez progressivement dans l'eau, d'autant plus si elle est froide (moins de 22°C). "Pénétrez dans l'eau avec prudence en mouillant au préalable vos bras, votre nuque, votre dos, votre torse puis vos jambes pour vous habituer à la différence de température", conseille le spécialiste. 
  • Avant d'entrer dans une eau froide, vous pouvez également prendre une douche à température modérée afin que votre température corporelle baisse un peu.
  • Ne prenez pas de douche froide ou glacée, vous risquez là aussi l'hydrocution. Même chose après une séance de sauna ou de hammam. 
  • Si vous avez l'intention de vous baigner, ne vous exposez pas trop longtemps au soleil
  • Évitez de vous baigner juste après avoir mangé un repas trop copieux ou après avoir consommé des boissons alcoolisées en excès. 
  • Ne vous baignez jamais seul ou dans des zones non surveillées. 
  • A la piscine, utilisez l'échelle au lieu de sauter du plongeoir. 
  • Évitez de vous baigner dans une eau à moins de 18°C pour les adultes et à moins de 20°C pour les enfants.
  • Soyez encore plus vigilant si vous avez des antécédents cardiaques ou si vous avez plus de 40 ans. 

Cause d'une hydrocution

Après un repas copieux, une exposition prolongée au soleil ou une consommation excessive d'alcool, la température de l'organisme augmente. Peut alors se produire alors un choc thermique différentiel qui provoque une syncope cardiaque, au contact de l'eau. Une hydrocution est donc due à la différence de température entre un corps émergé (qui est généralement aux alentours de 37°C) et une eau plus fraîche. "Bien entendu, plus la différence de température entre le corps et l'eau est grande, plus le risque de faire une hydrocution est élevé", précise notre interlocuteur.

    Complication : la mort par hydrocution

    Plus le choc thermique est important, plus la personne risque de perdre connaissance pouvant s'accompagner d'un arrêt réflexe de la respiration et de la circulation cérébrale. En perdant connaissance, la personne peut ainsi couler à pic et se noyer par asphyxie. 

    Pour appeler les secours, contactez soit : 

    • Les pompiers (le 18)
    • Le Samu ou les urgences médicales (le 15)
    • Le numéro d'appel d'urgence en France (le 112)

    Que faire en cas d'hydrocution ?

    Si vous ressentez l'un ou plusieurs des signes évoqués ci-dessus, il est conseillé de sortir immédiatement de l'eau. Si vous apercevez une personne qui semble être victime d'une hydrocution sur la plage ou à la piscine, voici comment réagir :

    → Si la personne hydrocutée est consciente, sortez-la ou aidez-la à sortir au plus vite de l'eau et allongez-la sur le sol. Prévenez immédiatement les maître-nageurs sauveteurs s'il y en a sur place ou appelez les pompiers, le Samu ou le 112. Le temps qu'ils arrivent, essayez de la réchauffer et de la sécher au moyen d'une serviette, et rassurez-la. Veillez à avoir le moins de monde autour de la victime pour qu'elle ait le plus d'air possible. 

    → Si la personne hydrocutée est inconsciente, sortez-la de l'eau et appelez les secours. Dégagez ses voies aériennes et vérifiez qu'elle respire. 

    • Si elle respire, basculez très délicatement sa tête en arrière en maintenant l'alignement de la colonne vertébrale, mettez-la en position latérale de sécurité (PLS) et attendez l'arrivée des secours.

    • Si elle ne respire pas, faites-lui un bouche-à-bouche si vous connaissez la manœuvre ou demandez à quelqu'un de le faire. Si vous ne percevez aucun signe de vie (la personne ne parle plus, ne répond plus et ne respire plus), pratiquez le massage cardiaque seulement si vous savez le faire ou faites appel à un maître-nageur, un sauveteur en mer ou à toute personne apte à le faire. Si personne n'est formé au massage cardiaque, attendez les secours. 

    Dès lors qu'ils arrivent, les secours vont devoir faire la différence entre un simple malaise, une hypoglycémie et une hydrocution. En fonction de l'heure de l'incident, des symptômes et de l'état de la victime, ils recherchent les signes d'une activité respiratoire, constatent ou pas l'arrêt cardiaque et posent ou pas le diagnostic d'hydrocution. Après le constat d'un arrêt cardiaque, ils ont ensuite très peu de temps pour la réanimer. En l'absence de pouls, ils pratiquent un massage cardiaque ou posent un défibrillateur, un appareil qui analyse le rythme cardiaque de la victime, avant de lui administrer au besoin, un choc électrique. "Les chances de survie augmentent environ de 70% si la réanimation ainsi que la défibrillation sont faites dans les trois premières minutes qui suivent l'accident", précise le médecin urgentiste. Après le départ des secours, il est conseillé de surveiller la personne dans les heures qui suivent l'accident pour vérifier l'évolution de ses symptômes et de son état. 

    Hydrocution chez l'enfant ou le bébé : que faire ?

    Réagissez exactement de la même manière si un enfant ou un bébé est victime d'une hydrocution. Seules différences : il faut faire un "bouche-à-bouche-nez" si le bébé a moins d'un an et un" bouche-à-bouche classique" après 1 an. Si aucune activité cardiaque n'est identifiée, il faut faire un massage cardiaque : 

    • Avant l'âge d'un an, le massage cardiaque se fait en mettant les pouces au milieu de la poitrine. Réalisez des compressions (entre 100 et 120 compressions par minute) en veillant à enfoncer le thorax sur le tiers de son épaisseur. 
    • Entre 1 et 8 ans, placez le talon de la main au centre de la poitrine et faites des compressions (entre 100 et 120 compressions par minute) en veillant à enfoncer le thorax sur le tiers de son épaisseur. 

    Merci au Pr Christian Virenque, médecin urgentiste. 

    Hydrocution : que faire quand ça arrive, comment l'éviter ?
    Hydrocution : que faire quand ça arrive, comment l'éviter ?

    Sommaire Définition Symptômes Eviter l'hydrocution Cause Mort par hydrocution Que faire en cas d'hydrocution ? Hydrocution bébé-enfant : que faire ? Définition : qu'est-ce qu'une hydrocution ? ...