Pénis : anatomie, rôle, schéma, maladies

Le pénis est l'organe sexuel, reproducteur et urinaire de l'homme. Anatomie, taille, maladies, examens, érection, éjaculation, circoncision... Découverte du sexe masculin avec le Dr Ludovic Ferretti, chirurgien urologue.

Pénis : anatomie, rôle, schéma, maladies
© 123RF-Tuomas Lehtinen

Définition 

Egalement appelé verge, le pénis est l'organe reproducteur et urinaire de l'homme.

Rôle : à quoi sert le pénis ?

Il permet d'uriner mais aussi de se reproduire. La reproduction est rendue possible grâce à l'érection puis à l'éjaculation.

Anatomie : de quoi se compose le pénis ?

Le pénis humain est différent de celui des animaux. En effet, chez l'animal, l'organe génital possède un os pour faciliter la pénétration, alors que chez l'homme, cette dernière est rendue possible grâce à l'afflux de sang au moment de l'érection. Le pénis humain ne contient pas d'os mais deux structures appelées "corps caverneux" qui en cas d'excitation, vont se remplir de sang ce qui va permettre la rigidification de la verge et la pénétration pendant le rapport sexuel.

Le pénis est composé de trois parties : l'extrémité avec le gland du pénis, le milieu avec le corps du pénis et la racine du pénis à la base.

Gland. A l'extrémité, le gland sur lequel se trouve le méat urétral qui correspond à l'ouverture de l'urètre, le conduit urinaire.

Urètre. L'urètre est le conduit qui permet à la fois le transport de l'urine de la vessie vers le milieu extérieur au cours de la miction, mais aussi l'éjaculation autorisant la sortie du sperme contenant les gamètes masculins appelés spermatozoïdes, cellules mâles de la reproduction.

Prépuce. La peau qui recouvre le gland est appelé prépuce. Cette peau est très fine et très innervée, ce qui en fait une zone essentielle à la stimulation sexuelle.

Frein du pénis. Sur la face inférieure du gland se trouve le frein, soit un repli de peau reliant le prépuce à la base du gland. A la base du gland, se trouve la couronne du gland.

Corps du pénis. La deuxième partie du pénis est le corps du pénis, formé de tissu érectile qui contient de nombreux vaisseaux sanguins. On y retrouve le corps spongieux qui entoure l'urètre, et les deux corps caverneux sur le dessus du pénis. Ces corps caverneux sont entourés d'une enveloppe élastique qui permet allongement et augmentation de volume lors de l'érection.

Racine du pénis. Enfin, la troisième partie est la racine du pénis. Elle constitue la base du pénis qui est située à l'intérieur du bassin.

anatomie pénis
© 123RF-montenegro1

Taille du pénis

Pénis : les symptômes d'alerte

Quelles sont les maladies du pénis ?

Cancer du pénis. En premier lieu, il existe le cancer du pénis. C'est une affection rare, qui se caractérise par le développement d'une tumeur maligne dans les cellules du pénis, dont la prolifération et le comportement deviennent anormales et incontrôlées. Il touche préférentiellement le gland et le prépuce. Les symptômes sont, entre autres : une masse ou une lésion qui ne guérit pas, un changement de couleur, une irritation ou encore un écoulement malodorant.

Balanite du gland

IST. Le pénis peut être victime d'infections sexuellement transmissibles (IST), comme des verrues génitales. Ce sont des lésions bénignes, contagieuses et récidivantes. Un herpès génital peut aussi apparaître sur la verge. Il se caractérise par l'apparition de petites vésicules douloureuses sur les organes sexuels.

Maladie de Lapeyronie. "La maladie de Lapeyronie est une affection assez fréquente. Elle apparaît le plus souvent après 50 ans, pouvant faire suite à des traumatismes mêmes minimes de la verge en érection. Elle peut également toucher des patients beaucoup plus jeunes. Le plus souvent, une courbure de la verge apparaît en quelques jours ou quelques semaines, généralement associée à des douleurs en érection. Une consultation spécialisée peut être proposée en cas de retentissement gênant pour les rapports", ajoute le Dr Ludovic Ferretti, chirurgien urologue, membre du Comité d'Andrologie et Médecine sexuelle de l'AFU.

Phimosis. "Le phimosis consiste en l'incapacité à décalotter le gland totalement en raison d'un prépuce trop serré. Il n'est pas à négliger car expose au risque de cancer du pénis en cas de facteurs favorisant (infection HPV, rapports multiples,…)."

Fracture du pénis. Le pénis peut aussi se fracturer, notamment lors d'un rapport sexuel. La fracture du pénis correspond à une rupture de l'albuginée (enveloppe) des corps caverneux. La rupture peut également toucher l'urètre. L'accident s'accompagne d'un craquement soudain généralement suivie d'une vive douleur. Par la suite, le sang se propage sous la peau et un hématome apparaît.

Troubles de l'érection et de l'éjaculation. Ce ne sont pas des maladies à proprement parler, mais l'homme peut connaître une dysfonction érectile. Il s'agit d'une incapacité répétée d'avoir une érection ou de la maintenir suffisamment durant le rapport sexuel. Elle peut avoir une cause physiologique ou psychologique. L'homme peut aussi connaître des éjaculations précoces, de manière systématique et incontrôlée, mais aussi des éjaculations retardées. Les causes de cette dernière sont variées : troubles de la santé, prise de certains médicaments, retenue psychologique ou encore surconsommation d'images pornographiques.

Priaprisme. "Concernant le priapisme, il s'agit d'une érection prolongée (plus de 3h) entraînant une ischémie de la verge. Le sang ne peut plus circuler, le tissu caverneux permettant l'érection est détruit. Cette affection peut être due à une prise médicamenteuse, certaines maladies du sang (drépanocytose, leucémie…), mais le plus souvent aucune cause n'est réellement retrouvée. Une consultation doit être réalisée en urgence pour une intervention spécialisée en raison du pronostic érectile calqué sur le delai de prise en charge. En effet, à plus de 24h, les chances de retrouver une érection naturelle est très faible", souligne le Dr Ludovic Ferretti.

Quels examens peut-on réaliser au niveau du pénis ?

Le médecin est habilité à réaliser des examens au niveau du pénis. Il va d'abord interroger le patient sur d'éventuelles douleurs ou symptômes récents. Il va également réaliser un examen clinique du pénis et des testicules ainsi que des ganglions de l'aine afin d'y détecter toute inflammation, lésion, ulcération, tumeur ou anomalie morphologique.

Dans le cas de suspicion d'un cancer, le diagnostic doit être avec une biopsie qui consiste à prélever chirurgicalement un fragment de tissu du pénis, qui fait l'objet d'un examen microscopique et d'une analyse biochimique.

Il est également possible de passer une échographie du pénis, dans la prise en charge des traumatismes (comme une fracture du pénis). "Une IRM en érection est utile dans le bilan d'une tumeur de la verge", ajoute le Dr Ludovic Ferretti.

En cas de troubles de l'érection, il pourra être demandé au patient de réaliser des prises de sang afin de mesurer la glycémie (taux de sucre dans le sang), la créatinémie (pour évaluer la fonction rénale) ou encore le dosage de la testostérone. Sans oublier " le bilan lipidique " pour rechercher des facteurs de risques cardiovasculaires.

Circoncision du pénis

Pénis : anatomie, rôle, schéma, maladies
Pénis : anatomie, rôle, schéma, maladies

Sommaire Définition Rôle Anatomie • Gland • Urètre • Prépuce • Frein du pénis • Taille du pénis Symptômes  Maladies du pénis • Cancer • Balanite • IST • Lapeyronie • Phimosis • Fracture du pénis •...