Intoxication alimentaire : quels sont les symptômes et que faire ?

Aliments contaminés, poissons et crustacés manquant de fraîcheur et mauvaise hygiène sont parfois lourds de conséquences au niveau digestif… Voici quelques conseils pour éviter de subir les effets d'une intoxication alimentaire, et se soigner si vous pensez en être victime.

Une intoxication alimentaire est une infection digestive relativement courante, due à l'ingestion d'aliments ou d'eau contenant des bactéries, des parasites (surtout dans l'eau, les fruits et les légumes), des virus (présents dans les produits agricoles et marins), des poisons ou des métaux lourds (plomb ou mercure notamment). Le point sur l'intoxication alimentaire avec le Dr Richard Handschuh, médecin généraliste.

Définition

Une intoxication alimentaire résulte de la consommation de boissons ou d'aliments contenant des bactéries (E. coli, salmonelle, Listeria, etc.), des parasites ou des poisons. La plupart du temps, les aliments sources d'intoxication sont les œufs, les laitages, la charcuterie, les poissons, les crustacés, les champignons ou les crudités. À noter que l'ingestion de métaux lourds (plomb, mercure) est une forme d'intoxication un peu à part : elle implique en effet une contamination qui s'effectue sur la durée, parfois pendant des années, avant de se manifester.

Symptômes

Les symptômes d'une intoxication se manifestent très rapidement, généralement dans les 24 heures qui suivent l'ingestion de l'aliment incriminé. Elle se manifeste par des nausées, des vomissements et de la diarrhée, qui sont les mécanismes de défense de l'organisme pour évacuer l'agent pathogène. À cela peuvent s'ajouter fièvre et maux de tête. Une grande fatigue peut persister quelques jours après l'intoxication.

Quand consulter ?

Généralement, la guérison se fait spontanément dans les 48 heures qui suivent l'intoxication. Si l'état ne s'améliore pas passé ce délai, il est conseillé de consulter un médecin pour confirmer le diagnostic. Les diarrhées sanglantes relèvent de l'urgence médicale. "Dans tous les cas, il est préférable que les enfants de moins de 2 ans, les femmes enceintes et les personnes âgées consultent un médecin dès l'apparition des symptômes", précise le Docteur Richard Handschuh, généraliste.

Traitement

"Dans la plupart des cas, le traitement consiste à compenser les diarrhées et vomissements en assurant une bonne réhydratation, explique le Docteur Handschuh. On cesse momentanément de s'alimenter jusqu'à disparition des symptômes, en continuant à s'hydrater par petites gorgées (eau sucrée, eau de riz...)."

Certains cas d'intoxications, plus sévères, nécessitent un traitement médicamenteux (antispasmodiques, anti-infectieux ou antibiotiques). Pour les personnes fragiles, comme les enfants, les personnes âgées ou immunodéprimées, une hospitalisation est parfois nécessaire.

Prévention

Pour se prémunir d'une intoxication alimentaire, il faut tout d'abord faire preuve d'une hygiène irréprochable :

  • désinfecter régulièrement (tous les 8 jours) son réfrigérateur,
  • bien se laver les mains avant de préparer les repas et particulièrement en sortant des toilettes,
  • conserver les aliments dans des contenants propres et ne jamais recongeler un aliment décongelé,
  • éviter d'utiliser les mêmes ustensiles pour la découpe des viandes crues (notamment les volailles, qu'il faudra toujours faire cuire à cœur) et des légumes,
  • respecter les dates limites de consommation indiquées sur les emballages,
  • prêter une attention particulière à la fraîcheur des crustacés.

Merci au Dr Richard Handschuh, médecin généraliste, pour ses précisions.