Aérocolie (gaz intestinaux) : symptômes, examen, régime et traitement

L'aérocolie, caractérisée par une accumulation de gaz intestinaux dans le côlon provoque une sensation de gêne et d'inconfort, mais elle résulte de causes généralement bénignes. Comment la soigner ?

Définition

Les gaz produits dans l'intestin sont issus de la fermentation des restes alimentaires par les bactéries. À ces gaz s'ajoute l'air ingéré en mangeant ou en buvant des boissons gazeuses. En moyenne, chaque personne produit entre 0,5 et 1,5 litre de gaz par jour. Lorsque les gaz s'accumulent dans le côlon, on parle d'aérocolie. "Celle-ci est due à la fois à la surproduction de gaz, mais aussi à un problème de transit et d'élimination de ces gaz", précise le Professeur Robert Benamouzig, spécialiste en gastro-entérologie à l'hôpital Avicenne de Bobigny.

Symptômes

La surproduction de gaz provoque une distension intestinale, qui augmente le volume de l'abdomen. Outre l'émission de flatulences, on ressent une sensation de ballonnement et des douleurs abdominales, plus ou moins intenses selon les individus.

Causes

Plusieurs facteurs viennent expliquer une surproduction de gaz, à l'origine de ballonnements.

  • Certains aliments fermentent plus que d'autres : chou-fleur, choux de Bruxelles, haricots blancs, pommes, poires, fruits à noyau, crudités, etc.
  • La consommation excessive de boissons gazeuses ou de chewing-gum dits "sans sucre" contenant du sorbitol favorise également la production de gaz.
  • Un transit plus lent ou un épisode de constipation ont pour conséquence de prolonger la fermentation des aliments dans l'intestin et donc, génèrent plus de gaz.
  • Le syndrome de l'intestin irritable peut lui aussi être à l'origine de flatulences importantes.

Traitement

Le charbon végétal - disponible en pharmacie sous forme de gélules ou granulés - est tout indiqué pour réduire les flatulences. Il a en effet la capacité de retenir 100 fois son volume en gaz. Attention toutefois aux interactions médicamenteuses : le charbon adsorbe tous les produits, il est donc susceptible d'adsorber les médicaments avant leur passage dans le sang, rendant le traitement inefficace. Dans ce cas, il faut veiller à respecter un intervalle de temps (1 à 2 heures) entre les deux prises. Concernant l'alimentation, "le fait de modifier son régime alimentaire en limitant les sucres fermentescibles (dits FODMAP, pour Fermentable Oligo-, Di-, Mono-saccharides and Polyols), améliore souvent la situation", ajoute le Professeur Benamouzig. Enfin, la pratique d'une activité physique peut aider à soulager les ballonnements en favorisant l'élimination des gaz.

Quand consulter ?

"Quand la production de gaz est inhabituelle et que le phénomène se répète, il est important de consulter un médecin, afin de vérifier que cela n'est pas le signe d'une pathologie sérieuse", conseille le Professeur Benamouzig. Une coloscopie peut être envisagée pour repérer d'éventuels polypes et dépister les cancers du côlon et du rectum.

Merci au Professeur Robert Benamouzig, spécialiste en gastro-entérologie à l'hôpital Avicenne de Bobigny.

Lire aussi :