Cocaïne : effets sur la santé, signes d'addiction

La cocaïne se présente sous la forme d'une poudre blanche ou de cristaux extraits des feuilles d'une plante d'Amérique du Sud : la coca. Classée dans la catégorie des stupéfiants, elle peut entraîner très vite un phénomène de dépendance.

La cocaïne se présente sous la forme d'une poudre blanche ou de cristaux extraits des feuilles d'une plante d'Amérique du Sud : la coca. Ce sont les Conquistadores qui l'ont rapportée en Europe. Elle fut utilisée initialement comme anesthésiant au début du XXe siècle. Classée dans la catégorie des stupéfiants, elle peut entraîner très vite un phénomène de dépendance. Du fait de son action psychotrope, directement sur le système nerveux central, sa consommation provoque un état d'euphorie et d'excitation avec un risque de problèmes cardiaques, d'anorexie et de surdosage potentiellement mortel.

Définition

La cocaïne est un stupéfiant dont l'usage et la revente sont interdits par la loi. Sa consommation se répand de plus en plus, notamment dans le milieu de la nuit. En France, la cocaïne reste le deuxième produit illicite le plus consommé, après le cannabis. D'après l'Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT), sa consommation ne fait qu'augmenter ces dernières années avec près de 2,2 millions de Français qui en ont déjà consommé et 450 000 qui en consomment au moins une fois par an. Son prix ayant baissé ces dernières années, les consommateurs n'en seraient que plus nombreux. Il faut compter environ 70 euros pour un gramme de cocaïne avec un taux de pureté qui se situe entre 10 et 20% (il se situait aux alentours des 30% les années précédentes).
Elle a un effet stimulant et énergisant et diminue les sensations de fatigue. Ses effets varient selon le mode de prise, la quantité et la qualité du produit, mais aussi selon la personne qui la consomme et le contexte de consommation.

Formes de consommation

La cocaïne est extraite des feuilles du cocaïer, arbuste cultivé en Amérique du Sud. Elle se présente sous deux formes :

  • Une forme chlorhydrate (poudre blanche) obtenue à partir de la feuille de coca, destinée à être consommée par voie intranasale (sniff) ou par voie intraveineuse (injection) ;
  • Une forme base (cailloux, galettes), appelée crack ou free base, obtenue après adjonction de bicarbonate de soude ou d'ammoniaque au chlorhydrate de cocaïne et destinée à être inhalée (fumée).

La voie de consommation la plus fréquente est la voie intranasale. C'est pratiquement la seule en milieu festif techno où elle est utilisée par 98 % des consommateurs. C'est également la plus fréquente en population générale. L'injection de cocaïne est surtout le fait des usagers qui utilisent déjà la voie intraveineuse pour d'autres produits.

Effets immédiats après la prise

Les effets varient selon le consommateur, le contexte de consommation, la quantité et la qualité de la cocaïne. Dans les premières minutes, elle procure une excitation et un sentiment de toute puissance à la fois intellectuelle et physique. Le consommateur ressent davantage de confiance en lui, a un regain d'énergie et l'impression d'être plus lucide. Il devient indifférent à la fatigue et à la douleur. La cocaïne stimule aussi le désir sexuel. 

  • Lorsqu'elle est sniffée, la cocaïne passe dans le sang en 2 à 3 minutes. Les effets peuvent durer jusqu'à une heure.
  • Lorsqu'elle est injectée, le passage dans le sang est immédiat et l'effet maximal est atteint en 10 minutes et dure 30 minutes.
  • Lorsqu'elle est ingérée par voie orale, il faut 30 minutes à la cocaïne pour passer dans le sang,. Les effets peuvent durer jusqu'à deux heures.

Quand les effets disparaissent, une phase de descente désagréable ou "crash" survient. Progressivement, le consommateur est fatigué, abattu, triste, anxieux, irritable. Il y a une inversion de l'humeur. Cet état peut durer 1 à 2 jours lors d'un usage occasionnel ou à faible dose, et 1 à 5 jours lors d'un usage répété ou à forte dose. Pour l'éviter, certains consommateurs n'hésitent pas à prendre des médicaments anxiolytiques ou de l'alcool, renforçant ainsi le risque de polyconsommation et de dépendance à d'autres produits.

Effets secondaires

La cocaïne est à l'origine d'effets secondaires fréquents, en lien le plus souvent avec les produits de coupage d'origine douteuse. 

  • Lors d'un usage occasionnel ou à faible dose, elle provoque une diminution voire une perte d'appétit, parfois recherchée par les consommateurs qui souhaitent perdre du poids. Elle peut aussi diminuer la sensation de soif et augmenter la température corporelle, risquant de provoquer une déshydratation, surtout si elle est associée à une consommation d'alcool.
  • L'excitation, l'hyperactivité et l'agitation qu'elle provoque peuvent être à l'origine d'une insomnie et d'un épuisement physique. La dilatation des pupilles, la bouche sèche, un langage précipité, une mauvaise coordination des mouvements, et des sautes d'humeur permettent souvent de repérer les consommateurs. Les effets stimulants sur la libido initialement recherchés disparaissent à forte dose et peuvent même provoquer des troubles de l'érection. Une accélération importante du rythme cardiaque et une douleur thoracique doivent faire consulter en urgence un médecin à cause du risque de crise cardiaque (souvent lié à la consommation concomitante d'alcool).
  • Si la consommation est répétée ou à forte dose, des idées paranoïaques avec un sentiment de persécution et de mégalomanie peuvent apparaître, ainsi que des crises d'angoisse intenses. Dans certains cas, la cocaïne provoque des illusions sensorielles pouvant aller jusqu'à des hallucinations olfactives et tactiles, à la confusion mentale et au délire. La température corporelle peut aussi augmenter au point de déclencher de la fièvre avec des tremblements. Tous ces effets secondaires nécessitent une prise en charge médicale en urgence car ils peuvent mettre en danger la vie du consommateur.

Pour éviter les effets secondaires lies à la prise de cocaïne, il est important de toujours veiller à bien s'hydrater en buvant de l'eau régulièrement, même si la sensation de soif ne se fait pas ressentir et à manger régulièrement, en petite quantité même sans appétit, tout en faisant des pauses pour éviter l'épuisement. La consommation d'alcool ou de toute autre substance est déconseillée pour éviter de déclencher une crise cardiaque ou une complication psychiatrique.

Effets sur la peau

Les effets de la cocaïne sur la peau concernent les complications survenant au site d'injection. Principalement d'origine infectieuse, elles peuvent être aiguës, survenant en moyenne dans les 48 à 72 heures suivant l'injection (abcès, ulcérations), ou tardives, survenant au-delà de ce délai (hyperpigmentation locale, cicatrices).

Effet laxatif

La cocaïne est souvent coupée à l'aide de laxatifs, provoquant ainsi des diarrhées, même si elle n'est pas laxative elle-même. Elle a plutôt tendance à anesthésier l'appareil digestif et la personne ne ressent plus la faim.

Effet sur les yeux

La cocaïne provoque une dilatation des pupilles à cause d'un retard ou d'un manque de réaction des pupilles face à la lumière. Ces symptômes peuvent durer plus longtemps que les effets subjectifs de la substance : de plusieurs heures à deux jours. Ils peuvent également entraîner une sensibilité augmentée au niveau de la vision.

Effet sur les dents

La cocaïne a un effet anesthésiant. Lorsqu'elle est appliquée sur les muqueuses buccales, elle peut diminuer la sensibilité gustative dans l'ordre amer, sucré, salé et acide et augmenter le risque de caries dentaires. Appliquée sur la gencive, elle engendre une inflammation de cette dernière qui devient rouge, peut saigner, voire s'ulcérer (sorte d'aphte) et nécroser. Répétées dans le temps, ces applications peuvent conduire à une lésion de l'os sous-jacent. Il s'agit du même processus lorsqu'elle est sniffée, entraînant ainsi une simple irritation de la muqueuse nasale pouvant aller jusqu'à une perforation nasopalatine, c'est-à-dire la formation d'une ouverture entre le nez et le palais (plafond buccal). Cette voie de communication conduit les sécrétions nasales à s'écouler directement dans la cavité buccale et inversement, toute substance ingérée pourra rejoindre les fosses nasales. La cocaïne peut aussi favoriser le grincement des dents (bruxisme) ce qui génère, à terme, une usure des dents ou des fractures de dents déjà cariées. D'autre part, des usures au collet des dents peuvent découler de la consommation de cocaïne et particulièrement de crack soit par son application au contact des dents, soit par les brossages intempestifs très vigoureux décrits lors des situations de manque ou lors des hallucinations sensorielles de type fourmillement.

Effets sur le cerveau

La consommation prolongée de cocaïne peut induire une réduction de volume de certaines zones du cerveau, pouvant persister plusieurs semaines après le sevrage. Elles se traduisent par des troubles de l'attention et des fonctions exécutives, surtout chez les consommateurs réguliers, des troubles de l'inhibition, du jugement et des difficultés à prendre des décisions. Ces symptômes correspondent à une sorte de vieillissement prématuré du cerveau, mais sont en principe réversibles avec l'abstinence.

Elle peut aussi entraîner des AVC ou de multiples micro-AVC, y compris chez des sujets jeunes sans malformations vasculaires préexistantes. Elle peut également entraîner des hémorragies cérébrales, des maux de tête et des crises convulsives dans les 90 minutes suivant la consommation.

Effet sur le cœur

La consommation de cocaïne fragilise le cœur et augmente le risque cardiovasculaire à chaque prise, quelle que soit la fréquence de consommation, la quantité ou la qualité.

La dépendance à la cocaïne peut s'installer rapidement.

Elle augmente la pression artérielle, provoque des troubles du rythme cardiaque (battements irréguliers ou très rapides), et augmente le risque d'infarctus du myocarde (en particulier lors d'une consommation concomitante d'alcool). Les usages réguliers peuvent provoquer une atteinte durable du muscle cardiaque (cardiomyopathie) et le rétrécissement des vaisseaux sanguins (vasoconstriction) qui oblige le cœur à pomper davantage et peut entraîner une fatigue cardiaque. A long terme, il existe un risque d'insuffisance cardiaque.

Signes de dépendance

La dépendance à la cocaïne peut s'installer rapidement, seulement après quelques consommations. Elle ne dépend pas de la quantité ou de la qualité du produit, mais plutôt de l'état du consommateur, de son environnement et des effets qu'il ressent lorsqu'il consomme. Elle se traduit par une impulsion irrésistible de consommer à nouveau, appelée "craving". Cet état est favorisé par la faible durée des effets de la cocaïne et l'état dépressif qui suit les prises. Les symptômes de sevrage à l'arrêt sont aussi un signe de dépendance. Ils apparaissent généralement 2 à 4 jours après l'arrêt de la consommation et peuvent durer jusqu'à 10 semaines Le consommateur ressent une grande fatigue voire un épuisement, il est anxieux et ne parvient pas à trouver le sommeil, ce qui le pousse à recommencer sa consommation. Petit à petit il se met à perdre le contrôle et à augmenter les doses pour obtenir le même effet. Les conséquences sur sa vie personnelle et professionnelle s'installent : problèmes financiers, de couple, absentéisme au travail, précarités, conflits ou problèmes judiciaires par exemple. Si des symptômes de dépendance apparaissent, l'aide d'un professionnel de sante devient nécessaire.

Aucun traitement spécifique à l'addiction à la cocaïne n'est disponible.

Traitement : comment arrêter ?

Lorsque la dépendance s'installe, une prise en charge par un addictologue est recommandée, que ce soit en libéral, à l'hôpital ou dans un CSAPA (Centres de Soin, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie). Aucun traitement spécifique à l'addiction à la cocaïne n'est à ce jour disponible. Un anxiolytique est souvent prescrit pour limiter les symptômes de sevrage. Par la suite, plusieurs pistes sont à l'étude comme le méthylphénidate, le modafinil, le baclofène, la gabapentine, l'aripiprazole ou la N-acétylcystéine sont parfois utilisés. Un suivi psychologique est toujours conseillé.

Mes conseils d'addictologue

Attention, le mélange cocaïne-alcool est à éviter car il entraîne la formation de cocaéthylène qui est particulièrement toxique pour le foie. Il augmente également les risques d'overdose, mais aussi d'infarctus et de mort subite. Il est préférable de boire uniquement de l'eau ou des boissons sans alcool lors de la consommation de cocaïne et d'éviter de mélanger avec d'autres psychotropes.

Encore plus de conseils sur Drogues infos service 0800 23 13 13 (tous les jours de 8h à 2h, appel anonyme et gratuit).

Cocaïne : effets sur la santé, signes d'addiction
Cocaïne : effets sur la santé, signes d'addiction

Sommaire Définition Formes de consommation Effets immédiats Effets secondaires • Peau • Laxatif • Yeux • Dents • Cerveau • Coeur Signes de dépendance Comment arrêter ? Conseils d'addictologue La...