Je suis timide, mais je me soigne ! Tous timides ?

Avouez-le, il y a au moins une partie de cette journée que nous venons de décrire dans laquelle vous vous reconnaissez, non ? Et c'est normal : figurez-vous que nous sommes toutes (et tous, d'ailleurs) timides. Si si !

"La timidité est un phénomène normal, développe le Dr Charly Cungi, psychiatre et auteur du livre "Surmonter sa timidité". Nous sommes tous timides au départ. Ce qui est anormal, c'est plutôt de ne pas l'être." Tout commence généralement durant les premières années d'école, dès l'instant où l'on réalise que les autres nous regardent et nous jugent. "Il s'agit d'une forme d'anxiété sociale tout à fait normale", précise Charly Cungi.

Les signes liés à la timidité ne sont pas les mêmes d'une personne à l'autre. Cœur qui palpite plus que de raison, mains moites, joues et/ou oreilles en feu, bégaiement... reviennent toutefois fréquemment parmi les symptômes évoqués par les intéressés.

Selon les situations

Théoriquement, cette forme de timidité va s'estomper progressivement au fil des ans et des expériences, pour autant que celles-ci soient positives. Certaines personnes resteront plus réservées que d'autres mais, globalement, cette timidité naturelle ne devrait plus, à la longue, constituer un handicap social. "Tout dépend aussi du contexte dans lequel on se trouve, tempère le Dr Cungi. Les personnes les moins timides dans certains milieux peuvent être anxieuses et perdues ailleurs. Prenez un caïd des Hell's angels et mettez-le dans un salon huppé du XVIe arrondissement... Je ne suis pas sûr qu'il s'y sente très à l'aise." Sans même changer de milieu ou de culture, la plupart des gens peuvent se révéler parfaitement à l'aise dans certaines situations et pas du tout dans d'autres. "C'est le cas de beaucoup d'acteurs, qui sont très épanouis sur scène et pas du tout en société." Tout est donc question de perspective... 

Plus inquiétant : certaines personnes suivent le schéma inverse et deviennent plus timides en vieillissant. "Cela survient essentiellement quand le parcours de la personne a été jalonné d'échecs, qui lui ont fait perdre sa confiance en elle." Le chemin vers le retour de l'assurance peut alors se révéler un peu plus compliqué, mais bien sûr pas insurmontable.

Sommaire