Pincement discal : définition, symptômes et traitement

Le pincement discal, ou tassement discal, correspond à un amincissement d'un disque intervertébral. Résultat : des douleurs au niveau du bas du dos. Quels sont les symptômes d'un pincement discal ? Est-ce grave et que faire pour le soigner ?

Pincement discal : définition, symptômes et traitement
© Aleksandr Davydov - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'un pincement discal ?

Le pincement ou tassement discal est la diminution de la hauteur d'un disque intervertébral. Il s'agit habituellement de l'une des manifestations de la discopathie dégénérative. Les disques le plus souvent sujet à un pincement discal sont les disques situés entre les vertèbres l5 et s1 (pincement l5 s1) et L4L5. Le pincement peut cependant se situer au niveau cervical, dorsal ou lombaire et peut concerner plusieurs disques.

Lorsque tout le disque est aminci, on parle de pincement global. (Lorsqu'une partie du disque est amincie, on parle de pincement local. La détérioration du disque provoque l'affaissement du disque.) Il peut également être asymétrique. C'est la dégénérescence du disque qui provoque son affaissement.

Symptômes

"A la longue, il n'est pas rare que le pincement discal débouche sur un conflit radiculaire, c'est à dire avec une racine neurologique, explique le Dr Steffen Queinnec, chirurgien orthopédiste à la Clinique Geoffroy Saint-Hilaire. Selon la zone touchée, les symptômes se résument à des douleurs fortes et fréquentes dans le bas du dos ou dans le cou. L'affection peut aussi avoir un retentissement plus global, également musculaire".

Causes

Les causes peuvent être variables, notamment selon la zone où est situé le disque pincé. Les principales causes sont :

  • La déshydratation,
  • L'insuffisance d'apport en oxygène,
  • La mauvaise évacuation du dioxyde de carbone qui engendrent le dessèchement et le vieillissement du disque intervertébral. Le phénomène favorise alors la perte des propriétés d'amortissement du disque et sa détérioration progressive entraînant ce qu'on appelle une discopathie dégénérative.
  • Toute affection d'un disque intervertébral peut entraîner un pincement discal :
  • Certaines maladies dégénératives, telles que l'arthrose ou la hernie discale, peuvent conduire à une usure discale à différents niveaux de la colonne vertébrale ;
  • Des maladies inflammatoires et infectieuses peuvent également engendrer une inflammation du disque intervertébral.

D'autres causes sont plus liées à notre style de vie et aux mauvaises habitudes :

  • Le fait de soulever et porter souvent des charges trop lourdes, surtout si l'on s'y prend de la mauvaise manière ;
  • La sédentarité, c'est-à-dire le fait de rester assis toute la journée, surtout avec une mauvaise posture ;
  • Le sport à outrance : s'entraîner de manière intensive et à haute fréquence.
  • Des contraintes mécaniques au travail, à la maison ou en voiture ; du stress et de la fatigue qui aggravent les symptômes.

Quand et qui consulter ? 

En cas de douleurs, le patient consulte d'abord son médecin traitant qui, dans un premier temps, va lui prescrire des antalgiques ou des anti-inflammatoires. Mais si la douleur ne cède pas après dix ou quinze jours de traitement, le médecin l'orientera vers un rhumatologue. Ce spécialiste, consulté en cas de lombalgie chronique ou récidivante, pourra prescrire des examens poussés afin de connaître l'origine du mal de dos. Il peut notamment prescrire un bilan postural. "Un premier bilan comprendra souvent des radiographies et une IRM, précise le médecin. En cas de doute sur une possible indication chirurgicale, le patient peut être adressé à un spécialiste de la colonne vertébrale (orthopédiste ou neurochirurgien) qui pourra selon les cas poser l'indication".
Le patient peut également consulter un masseur-kinésithérapeute pour des actes de massage, un ostéopathe, qui pourra soulager les douleurs lombaires par des manipulations douces et non traumatisantes osseuses ou musculaires, un chiropracteur qui pratique des manipulation exclusivement au niveau du dos ou un acupuncteur, qui pourra soulager les douleurs dorsales grâce à des aiguilles piquées sur certains points précis, notamment le long de la colonne vertébrale. "Il est cependant toujours indiqué d'avoir un avis médical avant d'envisager des manipulations, pour en éliminer les contre-indications", insiste notre interlocuteur.

Diagnostic : quels examens ?

Le diagnostic est clinique. Le médecin procède dans un premier temps à une évaluation de la souplesse du dos ainsi que de sa mobilité. Des radiographies du dos puis une IRM sont effectuées – et montrent alors parfaitement la différence de hauteur discale et celle de l'épaisseur de l'espace entre les vertèbres - afin de mettre en évidence la discopathie et une éventuelle complication comme une hernie discale.

Traitements : soulager un pincement discal 

Les traitements seront adaptés selon la cause, mais la meilleure solution c'est encore la prévention. On préconise ainsi :

  • La prise d'anti-inflammatoires (plutôt cortisoniques) pour soulager la douleur, notamment pour le cas du pincement l5 s1 ;
  • La kinésithérapie, qui permet de renforcer les muscles et d'harmoniser leur fonctionnement et de pallier l'insuffisance du disque ; le massage effectué par un kinésithérapeute permet de réduire la douleur, en détendant les muscles et en luttant contre les attitudes posturales douloureuses, mais pas en période aiguë.
  • Des infiltrations sous contrôle radiologique sont parfois envisagées.
  • Une fois le traitement de la phase aigu terminé, il est nécessaire de travailler le réajustement postural, le gainage en faisant des exercices

La chirurgie est l'ultime recours dans des cas graves

Opération : si oui, dans quels cas ?

La chirurgie est l'ultime recours dans des cas graves qui ne peuvent plus être soulagés avec les autres solutions. "La chirurgie est l'un des recours, mais rarement le premier, note le spécialiste. Il est notamment indispensable que le patient ait tenté une bonne réadaptation physique". Selon les cas, l'intervention peut aller de la simple libération radiculaire, à des interventions plus lourdes, comme la pose de prothèses de disques ou des arthrodèses. "Ce ne sont pas des interventions anodines, présentant des risques comme toute chirurgie, mais imposant de fait une bonne réflexion et le respect du process habituel de soins", conclut le Dr Queinnec.

Merci au Dr Steffen Queinnec, chirurgien orthopédiste à la Clinique Geoffroy Saint-Hilaire (Paris 5ème).

Pincement discal : définition, symptômes et traitement
Pincement discal : définition, symptômes et traitement

Sommaire Définition Symptômes Causes Quand et qui consulter ? Diagnostic Traitements Opération Définition : qu'est-ce qu'un pincement discal ? Le pincement ou tassement discal est la diminution de la hauteur...

Autour du même sujet