Maladie du rat : trois baigneurs contaminés par la leptospirose

Trois baigneurs ont été contaminés par la leptospirose en Haute-Saône. L'eau était contaminée par des bactéries responsables de la fameuse "maladie des rats" qui touche 600 personnes chaque année en France, avec un pic de juillet à novembre.

Maladie du rat : trois baigneurs contaminés par la leptospirose
© feathercollector-123RF

Trois cas de leptospiroses ont été recensés à Pesmes en Haute-Saône, indique la Préfecture de la région dans un communiqué du 2 août 2019. Il s'agit de jeunes garçons qui s'étaient baignés dans la rivière de l'Ognon. L'un d'entre eux serait toujours hospitalisé. La leptospirose est une maladie grave dont les cas sont passés de 300 environ par an il y a quelques années en France à 600 aujourd'hui.

Définition et transmission de la "maladie du rat"

La leptospirose est une zoonose c'est-à-dire une maladie provenant de l'animal. Elle est provoquée par des bactéries -les leptospires- présentes dans l'urine des animaux, particulièrement celle des rongeurs. D'où son qualificatif de "maladie des rats". Ces bactéries peuvent contaminer l'environnement naturel comme les rivières, les étangs ou les lacs et survivre plusieurs mois en eau douce ou en milieu humide comme dans la boue. La contamination de l'homme se fait par contact de l'urine des animaux avec les muqueuses (yeux, bouche, nez) et/ou d'éventuelles plaies sur la peau. La transmission par morsure est plus rare.

Quels sont les symptômes de la leptospirose ?

Les symptômes surviennent en moyenne entre 3 et 15 jours après la contamination. La personne présente alors ;

  • Une forte fièvre, supérieure à 39.
  • Des douleurs musculaires et articulaires.
  • Des douleurs digestives.
  • Des maux de tête.
  • Une éruption cutanée.

Après quelques jours d'évolution, un ictère ou jaunisse, coloration jaune de la peau et des téguments (la conjonctivite des yeux notamment), apparaît, témoignant d'une atteinte du foie ; cette phase n'est pas toujours présente. La leptospirose peut aussi toucher les reins et entraîner une insuffisance rénale aiguë, les méninges et les poumons. Elle peut occasionner des convulsions, un coma, des hémorragies au niveau des organes touchés et parfois un ictère hémorragique (aussi appelé "maladie de Weil", propre à la leptospirose).

Comment poser le diagnostic ?

Une analyse de sang peut montrer des signes biologiques suspects comme une augmentation des globules blancs et une baisse du nombre de plaquettes sanguines. Le diagnostic repose donc sur la sérologie pratiquée sur un prélèvement de sang qui montre des anticorps caractéristiques de la maladie. 

Quels risques ?

Si la leptospirose est bénigne la plupart du temps chez l'homme,  elle peut conduire à la mort dans 5 à 20% des cas, rappelle l"Institut Pasteur. En cas de doute, il faut consulter un médecin traitant.

Quels sont les traitements ?

Le traitement de la leptospirose se fait via la prise d'antibiotiques (amoxicilline, céphalosporine et cyclines) le plus tôt possible pour éviter les complications plus graves. Dans certaines formes, elle peut nécessiter l'hospitalisation.

Quelles sont les personnes à risque ?

Les plus à risques sont les plus exposés à l'urine infectée d'animaux, et surtout des rongeurs : 

  • Les personnes qui se baignent en eaux douces, plus encore s'il s'agit de zones non surveillées et qui ne sont donc pas soumises à des contrôles sanitaires.
  • Les personnes qui pratiquent des activités de loisirs dans de telles zones : canoë-kayak, rafting, pêche...
  • Les chasseurs, gardes-pêche, gardes-chasse.
  • Les éleveurs d'animaux, agriculteurs,
  • Les égoutiers, employés de station d'épuration,
  • Les vétérinaires, employés d'animalerie.
  • Les personnels d'abattoirs. 

Comment éviter la contamination ?

Pour éviter de contracter la leptospirose, il faut éviter le contact avec les animaux ou les zones de prédilection de la bactérie, notamment les baignades en eau douce. Les professionnels doivent porter des protections adaptées. 

Si vous êtes amené à travailler dans un environnement potentiellement infecté :

  • Portez des gants étanches à usage unique, notamment si vous devez mettre les mains dans l'eau régulièrement.
  • Portez des bottes étanches, des vêtements en bon état, propres et bien entretenus.
  • Ayez à disposition de l'eau potable, du savon et des moyens d'essuyage à usage unique.
  • Si vous travaillez dans un élevage ou un lieu particulièrement susceptible d'être contaminé, pratiquez un nettoyage et une désinfection très réguliers des locaux et des matériels.

Se tenir aussi éloigné que possible d'un éventuel vecteur de contamination :

  • Limitez les contacts avec les eaux douces, notamment dans les zones que vous savez fréquentées par des rongeurs. 
  • Evitez tout contact avec un animal sauvage, vivant ou mort.

Se faire vacciner contre la leptospirose ?

Il existe un vaccin humain contre la leptospirose (Spirolept®), non remboursé par l'Assurance maladie (mais pris en charge par l'employeur s'il est réalisé dans le cadre du travail). Il peut être pratiqué si vous travaillez dans un environnement à risque ou si vous y êtes exposé de façon régulière. Par exemple, lors d'activités ou si vous êtes amené à voyager en Amérique latine ou en Asie du Sud-Est. Cette mesure n'est pas systématique et doit être discutée avec le médecin, au cas par cas. Le vaccin s'effectue en 2 doses à 15 jours d'intervalle, puis un rappel 4 à 6 mois plus tard puis tous les 2 ans si l'exposition persiste.

A savoir : Le vaccin ne protège que contre une forme de leptospirose (Leptospira icterohaemorrhagiae). L'immunité contre la leptospirose est en règle générale acquise 15 jours après la 2e injection et dure en moyenne deux ans après le premier rappel.

Maladie du rat : trois baigneurs contaminés par la leptospirose
Maladie du rat : trois baigneurs contaminés par la leptospirose

Sommaire Définition, transmission Symptômes Diagnostic Risques Traitements Personnes à risque Prévention Vaccin Trois cas de leptospiroses ont été recensés à Pesmes en Haute-Saône, indique la Préfecture de la région...