Comment soigner une entorse ?

Souvent bénignes, les entorses peuvent concerner tous les ligaments, principalement la cheville mais aussi le genou, les doigts ou le poignet. Comment la reconnaître ? La soigner ? Solutions.

L'entorse, la plus fréquente en traumatologie du sport, est sans doute l'affection la plus mal soignée. Souvent bénignes, les entorses peuvent concerner tous les ligaments, principalement la cheville (l'articulation la moins stable), mais aussi le genou, les doigts ou le poignet. Avec 6 000 cas par jour en France, l'entorse de cheville constitue l'urgence traumatologique la plus fréquente.

Définition d'une entorse

L'entorse est une lésion traumatique touchant une articulation et responsable d'un étirement ou d'une rupture des ligaments. Un mouvement brutal ou un traumatisme en est la cause. Il existe différents types d'entorses :

  • L'entorse bénigne ou légère (foulure) avec ligaments distendus sans rupture. À ce stade, l'articulation est encore fonctionnelle.
  • L'entorse moyenne liée à un étirement des ligaments accompagné d'un début de déchirement.
  • L'entorse grave entraîne la rupture ou l'arrachement des ligaments.

Douloureuse, l'entorse guérit généralement grâce à un traitement bien conduit. Certains facteurs peuvent favoriser les entorses, comme l'entraînement excessif et la pratique de sports qui exposent particulièrement les articulations.

Localisation d'une entorse

L'entorse est une pathologie qui touche un ou plusieurs ligaments qui servent à connecter les os entre eux dans les articulations. Peu extensibles, ils ont également pour rôle de protéger les articulations lors de mouvements forcés. Certains ligaments sont plus exposés du fait de l'instabilité de leur articulation : les chevilles, les poignets, les genoux, les coudes, le pied, les cervicales, les épaules, ou les doigts (en particulier le pouce).

Causes d'une entorse

Les entorses sont le fait de mouvements forcés survenant lors d'activités sportives (ski, tennis, gymnastique...) mais aussi d'incidents quotidiens comme trébucher sur une marche d'escalier.

Symptômes et douleurs

Les symptômes et la douleur varie en fonction de la gravite de l'entorse. Une entorse légère ou modérée se manifeste par :

  • Une articulation traumatisée douloureuse ;
  • Une difficulté à bouger l'articulation ;
  • Un gonflement (œdème) localisé immédiat ou apparaissant parfois plusieurs heures après le traumatisme ;
  • Un hématome parfois.

L'entorse grave entraîne les symptômes suivants :

  • Une douleur violente immédiate au moment du traumatisme (parfois accompagnée d'un craquement) ;
  • L'impossibilité de bouger l'articulation sans douleur ;
  • Un hématome souvent ;
  • Un œdème localisé immédiatement après l'entorse ;
  • La perception d'un craquement, voire d'une déchirure lors du traumatisme.

Qui et quand consulter ?

Il est important de consulter le médecin traitant en cas d'entorse légère ou un service d'urgence traumatique en cas d'entorse grave car une prise en charge chirurgicale par un chirurgien orthopédiste peut être nécessaire.

Un examen clinique, complété au besoin par une radiographie, permet de confirmer l'existence d'une entorse, et d'en déterminer le type. Le diagnostic permet de déterminer avec précision quel ligament est atteint, l'examen clinique étant généralement suffisant. La radiographie est intéressante pour s'assurer de l'absence de lésions osseuses en cas de doute, mais ne permet en aucun cas de voir une élongation ou rupture des ligaments, les rayons X ne les montrant pas. 

A savoir : L'échographie est un autre examen intéressant qui permet de faire un très bon bilan ligamentaire. Les autres examens tels que l'IRM et arthroscanners ne sont jamais prescrits initialement. Ils ont en revanche un intérêt dans un deuxième temps, pour la détection d'autres lésions.

Traitements : soigner une entorse

Le traitement médical est adapté au type d'entorse et à sa localisation mais dans tous les cas, la mise au repos de l'articulation touchée est impérative. Il faut aussi :

  • Eviter de pratiquer une activité sportive et des sollicitations de l'articulation touchée (en marchant avec des béquilles par exemple) pendant au moins 72h, selon l'avis médical ;
  • Appliquer de la glace (pendant 10 minutes, 4 fois par jour, pendant au moins 3 jours) tout en maintenant l'articulation en position élevée pour faciliter la circulation sanguine et diminuer l'œdème ;

Le mieux : remplir un sac avec la moitié de glace pilée et la moitié d'eau. Ne jamais appliquer la glace directement sur la peau pour éviter les brûlures mais l'enrouler dans un tissu autour.

  • Prendre des antalgiques ou des anti-inflammatoires pour la douleur si nécessaire ;
  • Envelopper l'articulation par un bandage ou un strapping qui protège les ligaments et réduit l'enflure.

Si l'entorse est d'intensité modérée, une attelle ou un plâtre sont prescrits 24h/24h pendant les premières semaines puis seulement la journée pour maintenir l'articulation en place et permettre au ligament de cicatriser. En cas d'entorse grave, une chirurgie peut être nécessaire, notamment chez les sportifs. Dans tous les cas (Y compris pour les entorses bénignes), une rééducation par un kinésithérapeute est essentielle pour retrouver la mobilité de l'articulation, renforcer les ligaments et prévenir les récidives à long terme. Des séances peuvent être prescrites par le médecin. Elles consistent à la réalisation de massages drainants, d'exercices... 

Quand reprendre le sport ?

Le retour à la pratique sportive dépend du stade de l'entorse et de la possibilité de porter une attelle rigide. Il est toujours préférable d'attendre la fin de la prise en charge par son kinésithérapeute pour reprendre son activité physique.

Séquelles

Les séquelles d'une entorse insuffisamment soignée peuvent être dévastatrices, surtout s'il s'agit d'un sportif, dont les articulations sont particulièrement sollicitées.

  • D'abord la masse musculaire va fondre. Cela va très vite, y compris chez les personnes en bonne santé ayant une activité physique importante. La cheville (c'est l'entorse la plus fréquente) ou l'articulation blessée est donc fragilisée puisque les muscles permettent d'ordinaire d'assurer une bonne stabilité et de protéger l'articulation. Résultat : en l'absence de traitement, elle risque de se tordre à nouveau.
  • Au sortir d'une entorse, à force d'avoir été immobilisée, l'articulation est devenue raide : il est difficile de la remettre en route et, bien souvent, le patient a perdu de l'amplitude dans ses mouvements.
  • En l'absence de rééducation, ce dernier se trouve donc diminué physiquement : même si la douleur a disparu, l'articulation blessée est moins performante qu'auparavant. C'est d'autant plus vrai qu'il s'agit de la cheville ou d'une articulation de la jambe.

Prévention

La prévention des entorses concerne tous les publics, sportifs ou non, enfants, adultes et personnes âgées. La pratique régulière d'une activité permet de prévenir les entorses grâce au renforcement des muscles et des ligaments. Cependant, pour pratiquer en toute sécurité, il est conseillé de :

  • Pratiquer un échauffement systématique avant toute activité physique ou sportive ;
  • S'hydrater régulièrement pendant l'activité ;
  • Utiliser des chaussures adaptées à l'activité ou à la marche notamment sur un sol escarpé ou instable et en milieu naturel.
  • Enfin, dès les premiers signes de fatigue, il vaut mieux arrêter. La fatigue entraîne un manque de vigilance et de concentration propice aux mauvais mouvements et donc aux blessures.

Mes conseils

N'hésitez pas à consulter votre médecin a la moindre douleur articulaire au court d'une activité physique ou de la marche. Bien traiter une entorse permet de prévenir les entorses à répétition qui peuvent générer de l'arthrose à long terme.

Comment soigner une entorse ?
Comment soigner une entorse ?

Sommaire Définition Localisation Causes Symptômes Qui, quand consulter ? Soigner une entorse Reprise du sport Séquelles Prévention Conseils L'entorse, la plus fréquente en traumatologie du sport, est sans...