Qu'est-ce qu'un cancer du sein triple négatif ?

De nature plus agressive que les autres, le cancer du sein triple négatif représente environ 10 à 15 % des cancers du sein. Il toucherait plus particulièrement les femmes de moins de 40 ans non ménopausées. Le point sur ses symptômes, ses causes et ses traitements.

Qu'est-ce qu'un cancer du sein triple négatif ?
© Serhii Bobyk - 123RF

Définition : qu'est-ce qu'un cancer du sein "triple négatif" ?

Les cancers du sein "triple négatif" constituent un groupe hétérogène caractérisé par l'absence d'expression des récepteurs hormonaux aux œstrogènes et à la progestérone et l'absence de surexpression du facteur de croissance HER-2. Ce sous-type de cancer du sein est associé à un profil clinique plus défavorable, avec un haut risque de rechute métastatique précoce du fait du caractère agressif de ces tumeurs, de leur réponse partielle à la chimiothérapie et de l'absence de cible thérapeutique, permettant de proposer un traitement spécifique.

Causes

"L'apparition du cancer est souvent multifactorielle, souligne le Dr Elise Deluche, oncologue spécialisée dans le cancer du sein à Gustave Roussy. Le principal facteur de risque identifié dans le cancer du sein triple négatif est la mutation BRCA1. 80% des femmes présentant une mutation BRCA1 risquent de développer un cancer du sein triple négatif mais parmi les patientes avec un cancer du sein triple négatif seulement 10% sont porteuses d'une mutation BRCA". Cependant d'autres facteurs de risque sont aussi à prendre en compte, ils ne définissent pas spécifiquement le risque d'avoir un cancer triple négatif mais concourent au risque de cancer en général :

  • Les lésions à risque dites lésions pré-néoplasiques comme les hyperplasies canalaires atypiques…
  • Les antécédents d'irradiation thoracique
  • Les prédispositions génétiques autres que les mutation BRCA1 ou 2.
  • Des facteurs hormonaux en lien avec une hyper-oestrogénie : une puberté précoce, l'absence d'allaitement …
  • Des facteurs de risque personnels : alcool, tabac, IMC élevé en post ménopause...

Le cancer du sein triple négatif présente un risque plus élevé de métastases

Symptômes

Le cancer du sein triple négatif présente un risque plus élevé de métastases (dissémination des cellules cancéreuses vers d'autres organes) et un pronostic plus défavorable que les autres sous-types de cancer du sein. Par rapport aux autres tumeurs du sein, les métastases concernent plus fréquemment le foie et le poumon du fait de leur diffusion plus hématologique que lymphatique (via la circulation sanguine plus que via le système lymphatique).

Femmes à risque

Le cancer du sein triple négatif est diagnostiqué le plus souvent chez des femmes jeunes et non ménopausées (moins de 40 ans) et des femmes d'origine asiatique ou africaine. Dans certains cas, il s'agit d'une forme héréditaire de cancer du sein, avec une mutation génétique (des gène BRCA1 ou BRCA2). Beaucoup de cancers du sein triple négatif sont diagnostiqués entre deux mammographies de dépistage régulièrement programmées, on parle alors de "cancer d'intervalle", ce qui requiert la plus grande vigilance.

Diagnostic

Comme pour tout cancer du sein, le dépistage doit se faire sur la base de plusieurs examens : examen physique, et mammographie de dépistage. Les antécédents personnels et familiaux seront également recherchés. Ces premiers examens peuvent être complétés, en cas d'anomalie, par des examens complémentaires : échographie mammaire, biopsie mammaire, bilan sanguin, IRM, etc… Mais c'est par la biopsie de la tumeur que le diagnostic de cancer du sein triple négatif sera posé.

"L'analyse immunohistochimique du statut des récepteurs hormonaux des cellules permet de diagnostiquer le cancer du sein triple négatif, poursuit la spécialiste". Cette analyse est effectuée par un laboratoire anatomopathologique sur une pièce de biopsie mammaire, qu'elle soit réalisée dans le cadre des examens complémentaires ou après analyse des tissus de la pièce opératoire", explique notre interlocutrice. Les trois éléments recherchés afin de pouvoir poser le diagnostic du cancer du sein triple négatif sont :

  • les récepteurs d'œstrogène,
  • les récepteurs de progestérone,
  • les récepteurs de la protéine HER2. Pour la caractérisation de l'HER2, une analyse génomique peut compléter l'analyse immunohistochimique.

En l'absence de réponse de ces trois éléments (s'ils reviennent négatifs), on peut alors parler de cancer du sein triple négatif. Le cancer du sein triple négatif ne sur-exprime donc aucun des récepteurs hormonaux (œstrogène, progestérone) ni le récepteur HER2. Les cellules cancéreuses ne contiennent aucun marqueur connu en leur surface et ne sont alors pas sensibles et influencées par les traitements ciblés connus comme l'hormonothérapie ou un traitement anti-HER2 (trastuzumab…). Le cancer du sein triple négatif regroupe ainsi plusieurs sortes de tumeurs cancéreuses de type et d'évolution différents. La plupart de ces tumeurs sont des carcinomes canalaires infiltrants de haut grade.

Traitements

La prise en charge thérapeutique pour le cancer du sein triple négatif comporte des similitudes avec le traitement de tous les cancers du sein. "Le traitement comprend souvent une chirurgie mammaire, poursuit notre interlocutrice. Le type de chirurgie dépendra de la taille de la tumeur, de son emplacement, du type de tumeur et de sa possible propagation (chirurgie conservatrice ou tumorectomie chirurgie non conservatrice ou mastectomie totale, ganglion sentinelle (un à trois ganglions prélevés), curage ganglionnaire (plusieurs ganglions prélevés…)".

La chimiothérapie est le deuxième pilier du traitement du cancer du sein triple négatif, et les associations chimio thérapeutiques sont proches de celles proposées dans les différents types de cancer du sein hormono-dépendants. Une radiothérapie peut également être proposée à la suite de la chirurgie. En raison de l'absence de réponse aux récepteurs hormonaux et au récepteur HER2, le traitement par hormonothérapie et anti-HER2 (trastuzumab) serait inutile et n'est donc pas envisagé dans ce type de cancer. Il n'y a pour l'instant pas de place à l'immunothérapie en routine dans la prise en charge du cancer triple négatif en dehors d'un essai thérapeutique.

Evolution

Les risques de récidives sont plus élevés avec le cancer du sein triple négatif. Un suivi rapproché est indispensable durant les 5 premières années post-diagnostic. "Le pic de récidive se situerait dans les 3 premières années, et diminuerait rapidement alors que pour les autres types de cancer du sein, le risque de récidive est moins élevé, mais plus persistant au fil des ans, conclut le Dr Deluche.

Un suivi est généralement mis en place avec une alternance de consultations entre le chirurgien, l'oncologue, et le radiothérapeute. Le gynécologue a aussi toute sa place dans le suivi car la prise en charge doit être globale. Des examens complémentaires sont aussi effectués régulièrement (mammographie annuelle…) pour s'assurer de l'absence d'anomalie ou de récidive.

Merci au Dr Elise Deluche, oncologue spécialisée dans le cancer du sein à Gustave Roussy.

Qu'est-ce qu'un cancer du sein triple négatif ?
Qu'est-ce qu'un cancer du sein triple négatif ?

Sommaire Définition Causes Symptômes Femmes à risque Diagnostic Traitements Evolution Définition : qu'est-ce qu'un cancer du sein "triple négatif" ? Les cancers du sein "triple négatif" constituent un groupe...