Les traitements de l'urticaire chronique

L'urticaire correspond à une éruption de boutons sur la peau, proche de celle provoquée par une piqûre d'ortie. Quand il est chronique, l'urticaire se répète sur plus de 6 semaines consécutives. Comment le soigner et atténuer les poussées avec le Dr Nina Roos, dermatologue.

Qu'est-ce que l'urticaire chronique ?

Il existe deux formes d'urticaires :

  • l'urticaire aiguë qui survient souvent de façon isolée, évoluant pendant quelques heures, voire quelques jours et dont la cause est le plus souvent allergique (aliments, médicaments, piqûres d'insectes…).
  • l'urticaire chronique qui se définit par l'apparition de papules de façon répétées, tous les 2-3 jours, ou permanente pendant plus de 6 semaines consécutives. Contrairement aux idées reçues, dans 90% des cas, un urticaire chronique n'est pas d'origine allergique, sauf exception, mais lié à des réactions d'hypersensibilité "immédiate". Elles sont déclenchées par une stimulation non spécifique des mastocytes, des cellules présentes dans le derme. L'urticaire chronique se présente sous la même forme que l'urticaire aiguë, avec de petites plaques rouges surélevées qui apparaissent au cours de plusieurs poussées alternant avec des périodes sans aucun symptôme. Ces plaques démangent beaucoup. Elles surviennent assez brutalement, et disparaissent tout aussi brutalement. 

Causes

De nombreuses causes sont possibles : le froid, une pression exercée sur la peau, l'effort, le contact avec l'eau ou le soleil, une parasitose, le frottement des vêtements sur la peau ou le port de vêtements trop serrés, la prise de certains médicaments ainsi qu'une pathologie hépatique ou liées à la thyroïde. "Certains aliments ou boissons comme les fraises, les crustacés, le chocolat, le fromage ou les produits fermentés, l'alcool, le café et le thé peuvent aussi provoquer ces réactions, ainsi que le stress", précise le Dr. Nina Roos, dermatologue à Paris.

Médicaments à risque d'urticaire

Certains médicaments peuvent provoquer une crise d'urticaire chronique ou l'aggraver. "Parmi eux, les antalgiques, les anti-inflammatoires comme l'aspirine, la morphine et ses dérivés comme la codéine, ainsi que les antibiotiques, en particulier ceux de la famille de la pénicilline et des bêtalactamines", indique le Dr. Roos. En cause également les produits de contraste iodés utilisés au cours de l'imagerie radiologique, les antihistaminique H1, et certains médicaments appliqués localement comme les anti-acnéiques ou les décontractants musculaires. Prudence donc avec les traitements AINS ou corticoïdes : le recours à un seul médicament est conseillé mais lorsque plusieurs médicaments sont indispensables il faut envisager des posologies les plus faibles possibles, fractionner les prises et introduire les médicaments en les échelonnant. Parlez-en à votre médecin traitant.

Que faire quand un médicament a provoqué une poussée ? Lorsqu'un médicament semble avoir provoqué une poussée d'urticaire, il faut parfois effectuer des tests cutanés, surtout dans le cas des antibiotiques. Rendez vous chez un dermatologue ou un allergologue maîtrisant cette pratique puis prévoir une réintroduction du médicament en cause si ces tests sont négatifs.

Situations à risque

La prise d'un médicament à risque comme un antibiotique de la classe des bétalactamines ou pénicilline est souvent associés à d'autre facteurs de risques comme l'association d'un antibiotique et d'un AINS, une grande fatigue, un grand épisode de stress, un traumatisme, une infection et une fièvre élevée ou un pic de chaleur. D'autre part, toute intervention chirurgicale ou dentaire, peut être un facteur de risque en raison de l'administration en période de stress de plusieurs traitements anesthésiques, antalgiques et antibiotiques. 

Symptômes

L'urticaire chronique se caractérise par une éruption cutanée avec des papules et des plaques rouges de tailles et de formes variables. Les plaques sont un peu surélevées et démangent beaucoup. Elles peuvent être localisées n'importe où sur le corps et le visage.

Diagnostic

"Du fait de ses caractéristiques, l'interrogatoire du patient suffit à poser le diagnostic", précise notre expert. Des examens complémentaires, comme des tests cutanés, permettent de déterminer l'allergène à l'origine des poussées.

L'impact sur la qualité de vie

Une étude réalisée en Angleterre a évalué l'impact de l'urticaire chronique sur la qualité de vie : 73% des patients évitent les sorties, près de 50% présentent des difficultés dans leur vie quotidienne et professionnelle (absentéisme, diminution des performances…). D'autre part 63% des patients sont inquiets et stressés par leur urticaire et 38% présentent des troubles du sommeil.

Soigner l'urticaire chronique

"Il associe l'évitement du phénomène responsable de la poussée à la prise quotidienne d'un ou plusieurs antihistaminiques, et ce durant plusieurs mois", précise le Dr. Roos.

Comment atténuer les poussées ?

Plusieurs pistes :

  • Evitez autant que possible le facteur déclenchant.
  • Evitez les médicaments à base d'aspirine et d'AINS.
  • Attention aux douches et bains trop chauds.
  • Apprivoisez votre stress grâce à la pratique d'une activité physique ou méditative.
  • Suivez votre traitement jusqu'au bout, même si vous constatez une amélioration.
  • Eviter de trop vous couvrir et de surchauffer votre habitat, afin de limiter la transpiration.

Qui consulter ?

Dermatologues et allergologues sont les professionnels connaissant le mieux cette pathologie. Même si l'origine allergique d'une urticaire chronique est rapidement éliminée. 40% de ces urticaires évoluent au-delà d'un an, 30% au-delà 2 ans et près de 20% plus 10 ans. 

Merci au Dr Nina Roos, dermatologue.

Les traitements de l'urticaire chronique
Les traitements de l'urticaire chronique

Sommaire Qu'est-ce que l'urticaire chronique ? Causes Médicaments responsables d'urticaire Situations à risque Symptômes Diagnostic Impact sur la qualité de vie Soigner l'urticaire chronique Atténuer les...