Toxoplasmose : symptômes, traitements et risques

Transmise par le chat, la toxoplasmose est une infection particulièrement redoutée pendant la grossesse. Mais elle n'est pas que congénitale, elle peut aussi être oculaire et cérébrale. Quels sont les symptômes en cas d'infection ? Quelles précautions suivre ? Explications avec le Dr Guillaume Béraud, infectiologue.

Définition

La toxoplasmose est une infection parasitaire, transmissible par les animaux (zoonose), en particulier les chats. Le chat est infecté par le parasite Toxoplasma gondii qui peut se transmettre à l'être humain. Dans la très grande majorité des cas, la toxoplasmose est inoffensive, tout au plus responsable d'une banale infection transitoire, mais elle peut représenter une menace importante pour les personnes dont le système immunitaire est déficient et pour le fœtus, lors de la grossesse. "La toxoplasmose est fréquente en Europe et notamment en France, d'où l'importance de la surveillance" explique le Dr Guillaume Béraud, infectiologue à Poitiers. "Aux États-Unis en revanche, elle est beaucoup plus rare, et il n'existe pas de suivi particulier pendant la grossesse."

Toxoplasmose congénitale

Lorsque le fœtus est infecté par la mère pendant la grossesse on parle de toxoplasmose congénitale. Les conséquences sont très variables en fonction du stade de la grossesse lors de l'infection : elles sont plus graves si la toxoplasmose congénitale se fait en début de grossesse (mais le risque de transmission au fœtus est plus faible) et moins graves si elle se fait en fin de grossesse (mais la transmission est plus fréquente).

  • Avant 16 semaines (contamination très rare)

Mort in utero (fausse couche), retards psychomoteurs majeurs, atteintes neurologiques. 

  • Entre 16 et 28 semaines

Lésions cérébrales (plus rares qu'au stade précédent). 

  • Après 28 semaines

Lésions oculaires (atteinte des pigments de la rétine pouvant entraîner une déformation de la vision). 

Prévalence de la toxoplasmose chez les femmes enceintes 

Chaque année en France, quelques 200 cas de toxoplasmose contractée en cours de grossesse sont diagnostiqués, responsables d'une vingtaine d'interruptions thérapeutiques de grossesse. La prévalence de la toxoplasmose chez la femme enceinte en France est de 54% de patientes contaminées avant la grossesse. Les 46% restant devront donc être particulièrement vigilantes afin de ne pas la contracter pendant la grossesse.

Toxoplasmose oculaire

C'est l'atteinte oculaire de l'infection par le parasite Toxoplasma gondii. Les lésions jaunâtres sont assez faciles à identifier à l'examen. La toxoplasmose oculaire se soigne bien et n'affecte généralement pas la vision du patient, sauf quand les lésions touchent la macula

Toxoplasmose cérébrale

Chez les personnes immunodéprimées, une toxoplasmose anciennement contractée peut se réactiver. Elle peut alors se compliquer et provoquer des lésions cérébrales plus ou moins importantes, c'est la toxoplasmose cérébrale. C'est fréquemment le cas des personnes séropositives. "Chaque année en France, il y a 5 000 nouveaux cas de personnes infestées par le VIH, une grande partie d'entre eux ne le savent pas. Il peut alors se passer plusieurs années sans que la personne ne présente de symptômes, et lorsque c'est le cas, elle est dans un état d'immunodépression avancée et peut présenter des lésions cérébrales importantes, explique l'infectiologue. Une fois traitées, elles peuvent laisser des séquelles allant de tremblements à des crises d'épilepsies, et si elles ne sont pas prises à temps, elles peuvent aboutir à la mort."

Quels sont les symptômes de la toxoplasmose ?

La majeure partie du temps, la personne immunocompétente n'aura aucun symptôme, mais dans quelques cas, l'infection peut se manifester par un syndrome mononucléosique avec une augmentation de volume des ganglions , de la fièvre et une grande fatigue. Ces symptômes disparaissent en général au bout de quelques semaines, sans traitement.

Dans le cas des personnes immunodéprimées, et majoritairement celles atteintes du Sida, des formes graves peuvent se présenter, notamment la toxoplasmose cérébrale.

Transmission

Les principaux modes de transmission de la toxoplasmose sont l'ingestion de viandes insuffisamment cuites (vache, porc, mouton), la consommation de fruits/légumes crus mal lavés et contaminés par Toxoplasma gondii, ou le contact avec un chat (en particulier les jeunes chats) ou sa litière : le parasite étant rejeté dans les matières fécales des félidés contaminés. A noter que les chats domestiques sont très rarement en cause dans les cas de contaminations. 

Diagnostic

Chez l'adulte, la sérologie de la toxoplasmose, mettant en évidence des anticorps caractéristiques du parasite, est possible.

En cas de toxoplasmose cérébrale chez la personne immunodéprimée, un examen d'imagerie, scanner ou IRM, permettra de rechercher des images d'abcès du cerveau, unique ou plus souvent multiple.

Comme l'explique le Dr Béraud "chez la femme enceinte non-immunisée, une sérologie est pratiquée de manière systématique chaque mois. Et en cas d'infection avérée de la maman pendant la grossesse, de nombreux examens sont mis en place pour vérifier le degré d'atteinte du fœtus et sa viabilité".

"Inutile de se séparer de son animal pendant la durée de la grossesse"

Sérologie

La toxoplasmose est une maladie causée par un parasite (Toxoplasma gondii) dont la transmission s'effectue par l'ingestion de viande contaminée. Le diagnostic sérologique de la maladie (analyses sanguines) consiste à rechercher des anticorps spécifiques (anticorps anti-toxoplasme). Le dépistage de la toxoplasmose est particulièrement important chez les personnes immunodéprimées (système immunitaire défaillant) et chez les femmes enceintes car il existe un risque de transmission au fœtus. 

Traitements

  • Dans le cas de l'atteinte chez les individus immunocompétents, la guérison se fait au bout de quelques semaines, sans aucun traitement si ce n'est celui de la fièvre si besoin. 
  • Chez les personnes immunodéprimées et en cas de toxoplasmose cérébrale, différents antiparasitaires peuvent être administrés pendant 6 semaines.
  • Chez la femme enceinte, celle-ci doit être traitée par une molécule, la spiramycine, dès que la sérologie a prouvé une infection récente et si les tests pratiqués sur le fœtus sont négatifs, une simple surveillance échographique et sérologique mensuelle est entreprise. En cas de tests positifs (fœtus également infecté), un traitement est poursuivi jusqu'à la fin de la grossesse si l'échographie est normale. Une interruption médicale de grossesse peut avoir lieu dans le cas contraire, mais elle ne concerne que 3% des cas.

Prévention : "Il ne faut pas que ça vire à la paranoïa"

"Si les femmes non immunisées en début de grossesse doivent prendre certaines mesures d'hygiènes, elles ne doivent pas non plus s'inquiéter outre mesure ni se laisser gâcher leur grossesse. Bien faire cuire la viande ou la congeler (car la congélation tue le parasite), rincer les crudités et se laver les mains avant et après la manipulation de denrées alimentaire suffit largement, il ne faut pas que ça vire à la paranoïa" insiste le spécialiste. "Celles qui ont des chats mettrons des gants pour nettoyer la litière, mais inutile de se séparer de son animal pendant la durée de la grossesse comme on l'entend parfois dire."

Par ailleurs, chez la personne atteinte du Sida dont le taux de lymphocytes CD4 (certaines des cellules de défense de l'organisme) est trop bas, les mêmes médicaments que pour le traitement curatif sont donnés, mais à moindre dose à visée préventive.

Merci au Dr Guillaume Béraud, infectiologue à Poitiers.

Toxoplasmose : symptômes, traitements et risques
Toxoplasmose : symptômes, traitements et risques

Sommaire Qu'est-ce que la toxoplasmose ? Toxoplasmose congénitale Prévalence chez la femme enceinte Toxoplasmose oculaire Toxoplasmose cérébrale Symptômes de la toxoplasmose Transmission Diagnostic Sérologie ...